x_and_y_chromosomes01_1

Chromosomes : le dilemme du sexe

On connaît toutes la fameuse phrase de Simone de Beauvoir : « on ne naît pas femme, on le devient », en revanche on connaît moins « on n’est pas conçue femme, on le devient in utero selon l’humeur de nos gênes ».

Souvenirs de cours de biologie du lycée : les hommes ont deux chromosomes : X et Y, les femmes, elles, ont une paire d’X. Puis, comme beaucoup d’idées claires apprises au cours de nos premières années d’éducation, cette affirmation simple se retrouve anéantie par des subtilités techniques et une foule de contre exemples.

Y : le chromosome sans gènes.

Première nouvelle qui affole : le chromosome Y serait amené à disparaître. Pas demain, pas chez nos petits-enfants, mais dans une dizaine de millions d’années. Ou cinq pour les plus pessimistes, comme Jenny Graves, une chercheuse australienne experte sur le sujet.

Alors pourquoi Y se ferait la malle ? Très simple nous expliquent les chercheurs, il s’agirait d’un processus qui date de plusieurs millions d’années : Y perd ses gènes presque depuis sa création et est à présent d’une taille franchement ridicule comparé à X, le chromosome « smart and sexy » comme l’appelle Mme Graves. Erreurs de réplication causée par son isolement (contrairement à X, il n’est jamais par paire) et accidents génétiques ont amenés Y à perdre 97% de son matériel génétique. Et on dit que les femmes perdent tout…

Messieurs, pas de quoi paniquer pour autant, il existe deux alternatives. La première : des études réfutent la théorie de la disparition d’Y en affirmant que son nombre de gênes s’est stabilisé et que certains d’entre eux sont essentiels à la survie, donc ne disparaitront pas.

Deuxième alternative : le campagnol-taupe transcaucasien, une espèce animale qui réussit à produire des mâles sans la présence d’Y. Dans tous les cas donc, rien à craindre pour nos mâles.

Femelle par défaut ?

 Une autre des préconceptions qui s’est trouvée être fausse au regard de la science : on est femme par défaut, par défaut d’Y, en l’occurrence.

Là encore, ç’eut été trop simple ! Si Y porte bien le gène SRY, qui « active » la masculinisation, sa seule présence n’est pas suffisante. La détermination du sexe résulte d’une « cascade » d’activations, permises par plusieurs gènes. FOXL2 pour ne citer que lui, est un gène déterminant dans la production des ovaires. Sans lui, des individus XX pourraient avoir des testicules par défaut, comme le montrent des expériences sur d’autres mammifères.

Pas de supériorité entre les gènes donc, pas de chromosome plus performant non plus. X et Y sont déterminants dans bien plus que le choix de notre sexe, ils peuvent jouer sur notre durée de vie et les maladies à risques, mais c’est encore une autre histoire.

Si le sujet vous intéresse, je vous invite à consulter le dossier proposé par Le Monde, très complet, un brin complexe, mais fascinant, sur ces questions de gênes, de sexes et de genre.

Léa

6 Comments

  1. Coline says:

    Bonjour Léa,
    juste une petite remarque sur les termes utilisés dans cet article : c’est dommage et problématique de mélanger ainsi les notions de sexe mâle/femelle et celles de genre (homme/femme), merci d’y faire attention !!!

  2. Lilou says:

    Je trouve quand même que la façon (habituelle, pas celle de cet article ci) est vachement misogyne, au moins sur ces 2 points :
    * Considérer qu’on est femme par défaut, serait penser que tous le monde est femme à la base, et que les hommes auraient quelque chose en plus.
    * La façon de présenter Y “smart and sexy” ou le “différent” serait encore une fois considérer que les hommes aient quelque chose de différent, or ils n’ont rien de spéciale par rapport aux femmes.
    Si idées préconçues il y a, elles seraient sur la soit disante “infériorité” des hommes vu la quantité d’information génétique de leur chromosome Y. Les médias populaires insistent bien sur la taille du cerveau des femmes sans parler du coefficient d’encéphalisation, ni des carences génétiques masculines.
    Le fameux couple XX n’est pas tellement mit en valeur. Des mots tels que fameux, suffisent à manipuler l’esprit des gens sur la valeur que l’on donne aux individus.

  3. isa says:

    @Lilou il me semble que justement cet article parle du fait qu’en général le chromosome X est dévalorisé par rapport au chromosome Y, alors qu’on ne devrait pas les placer sur une échelle puisque tous les deux apportent des choses essentielles et différentes.

    Quant au chromosome “smart and sexy” de Jenny Graves il s’agit du X :)

  4. isa says:

    et par contre oui le “on n’est pas conçue femme, on le devient in utero selon l’humeur de nos gênes” est curieux. “femme” entre guillemets aurait été mieux mais même, cette phrase a un souci.

  5. Lilou says:

    @Isa tu es sûr que c’est le X “smart and sexy”? Mais je suis d’accord, l’article de Léa est bien plus respectueux des femmes.

    Sinon y a peut être un problème avec cette langue française, vu que le mot “homme” désigne humain en général, alors que le mot “femme” se réduit à une partie des humains. De même que les deux chromosomes sexuels ne devraient pas avoir le même nom, mais l’un s’appeler X, et l’autre Z par exemple, sinon ça sous-entend que ce serait la même chose et ça dévalorise. Ainsi, par exemple, on aurait XY et XZ. Et nous serions les fameuses XZ. Et pour équilibrer mieux les choses, des mots tels que, par exemple “Mausc” : les hommes de sexe masculin, et “femme” : les hommes de sexe féminin.
    Voilà, dsl de sortir un peu du sujet avec ma révolte grammaticale lol.

  6. Bi says:

    Article intéressant!

    Mais franchement dans les commentaires, faut arrêter de voir de la misogynie partout. On ne peut pas reprocher aux chercheurs d’avoir au départ pensé qu’on devient femme par défaut, c’est ce que les observations suggéraient. Après il s’est avéré que les choses étaient plus complexes. C’est ça la recherche …
    Et Lilou, on a deux chromosomes sexuels X et les hommes ont deux chromosomes sexuels différents X et Y, c’est un fait, et non pas une histoire de choix de vocabulaire. Perso ça ne m’empêche pas de dormir la nuit.

Leave a Comment

*