IMG_0574

LE PULP EST MORT, VIVE LE PULP

“Le Pulp libère la femme depuis 1997″

Fièrement imprimé sur un flyer désormais collector, ce slogan résume à lui tout seul 10 ans de fêtes dans le plus mythique des clubs lesbiens.

Fermée en mai 2007, la boîte de filles a certes révolutionné le clubbing, mais a surtout décomplexé toute une génération de lesbiennes. Pas un week-end sans dramas et réconciliations, des soirées rock le mercredi, électro pointu le jeudi, gay friendly le vendredi et 100% filles  variet’ le samedi soir. Des histoires d’amours aussi, des bastons, du sexe, de la drogue. Le Pulp était décadent tout en étant révolutionnaire.

Certes il y eu le Katmandou, le Privilège, l’Enfer mais le Pulp était un peu au clubbing lesbien ce que Jim Morrisson était au rock and roll. Et je ris de ma métaphore.

Je ne repasserai pas en revue tous les dj stars qui ont honoré les platines de ce minuscule club sans déco. Je ne repasserai pas non plus en revue les VIG (Very Important Gouine), piliers de comptoir avérées, et toutes les anecdoctes aussi drôles, absurdes ou mythiques qui s’y sont déroulées. Quelques noms, quand même, pour l’instant émotion : Chloé et Jennifer Cardini (qui y ont fait leurs armes), la légende Sextoy (à qui le club doit le nom), Sophie et Mimi, Dana Wyse, Axelle Le Dauphin, La Chocha, Fany, Yvette Dame Pipi, Zouzou, j’en passe et je passe.

Si j’écris ces quelques lignes aujourd’hui, c’est pour répondre à cette question: mais que devient le Pulp?

On sait que la Mairie de Paris a racheté les murs pour en faire des HLM et un parking. Pendant des années, la devanture est restée à l’état “d’instance de travaux”: murée. Et soudain, une porte s’ouvre… La meilleure réponse à cette question reste donc l’image. Nostalgiques s’abstenir.

Le porche

Vue du club au niveau des portes battantes

Les toilettes

La cabine dj vue du dancefloor

Sextoy’s better than Jesus

Cabine dj coté backstage

Dancefloor vue de la cabine dj

Le plafond

Et pour finir, visite guidée en vidéo :

 

Mes excuses pour le coté Iphone des images, et mes excuses à toutes celles qui n’ont pas connu le Pulp et qui n’y verront qu’un chantier ordinaire…

Rag

Rag

D.A et programmatrice des soirées Wet For Me et Barbi(e)turix, Rag manie les platines aussi bien que les mots. Twitter : @Raagg

Plus d'articles

14 Comments

  1. bibi says:

    ah la la !!! moi j’ai passé mes meilleures soirées là-bas quand j’étais djeuns

  2. Elsa says:

    Sextoy IS better than Jesus. Far away, among the stars. Merci.

  3. SophiePulp* says:

    MERCI RAG ! Pfiouuuu ! Ça remue les tripes !

  4. Nina.Zam says:

    Ca fait trop bizarre de voir l’intérieur de ce chantier … qui n’en fini pas ! Ce qui rend le truc encore plus triste.

    La photo tag hommage à Sextoy est collector ! <3

  5. Nab says:

    Je partage votre nostalgie, je ressens la même chose pour le Scorp qui était voisin, mitoyen, et qui subit le même sort que le Pulp! Le milieu gay parisien n’a plus jamais été le même depuis la fermeture de cette boîte de nuit… RIP ! ! ! !

  6. valcg says:

    merci d’avoir poussé la porte et d’avoir fait ces photos, c’est un pan de ‘nos” mémoires que vous avez exhumé, j’y étais ! ;)

  7. Krikor says:

    <3 Merci

  8. Doug says:

    “Le roi est mort, vive le roi”, signifie que lorsque le roi meurt, le règne de son successeur commence instantanément. On salue en même temps la fin d’un règne et le début du suivant et les deux rois de la phrase ne sont donc pas les mêmes. Titrer un article de la sorte s’applique lorsque l’on compte annoncer que, si le Pulp a fermé en 2007, il s’apprête à se réincarner, ou à rouvrir, etc., ce qui n’est pas du tout le cas ici. Ce titre est donc provocateur de fausses joies, et c’est mal.

  9. artychaut says:

    Merci pour toutes ces merveilleuses annees, a toutes, que de bons souvenirs… Oui nostalgie, :/

  10. clement aswf says:

    merci pour ces photos

  11. tomate verte says:

    “Que reste-t-il de nos amours ?” comme dit la chanson. Le chantier pourri c’est un peu triste évidemment. Je rappellerai néanmoins qu’avant le Pulp il y avait l’Entracte, de 93 à 97 si je me souviens bien, et que ça chauffait déjà pas mal !!
    Contrairement à ce que dit l’article, le Pulp a quand même eu un gros passage à vide, lorsque l’Enfer a ouvert à Montparnasse. Toutes les filles y allaient et le Pulp était vide malgré l’entrée devenue gratuite !
    Il n’empêche que le Pulp restera dans nos mémoires.

  12. Catherine says:

    Le samedi soir , J’achetais des fleurs, je changeais les draps, et je filai au Pulp… Et je tombai raide dingue amoureuse d’une femme magnifique et je croyais à l’amour .Et X disait que ce qui était extraordinaire avec moi c’est que j’étais amoureuse de l’amour. C’etait bien !

  13. sand says:

    J’y ai travaillé en 99 !! Des moments forts qui ont marqués ma vie ! Je recherche Jo avec qui j’ai eu quelques moments de délire et puis Christine … Enfin si suelsûun me reconnaît. … N’hésitez pas ! Sandrine la serveuse

Leave a Comment

*