#Alice 6

Alice Springs, “femme de” mais pas que

Alice Springs est une « femme de ». C’est également un bled perdu au milieu du bush australien, popularisé par le film Priscilla, folle du désert. Mais loin de ne résumer qu’au choix de cet étrange pseudonyme, June Newton est d’abord et avant tout une excellente photographe dont les portraits ont marqué la fin du vingtième siècle.

Née au début des années 1920 en Australie, June Newton commence sa carrière de comédienne sous d’excellents auspices en remportant plusieurs prix. Mais sa rencontre puis son mariage avec Helmut Newton la poussent à arrêter le théâtre lorsqu’elle arrive à Paris. C’est à la peinture qu’elle décide alors de se consacrer après la guerre pendant qu’Helmut Newton devient un photographe de mode reconnu notamment grâce à ses séries de portraits, souvent érotiques, dans Vogue.

C’est grâce à un épisode fiévreux de son mari en 1970, contraint de rester au lit alors qu’il doit réaliser les photos d’une publicité pour une célèbre marque de cigarettes, qu’Helmut montre à June comment se servir d’un appareil photo. C’est elle qui s’occupe de prendre les photos ce jour-là. Face au succès de la campagne publicitaire dont les photos de June ornent alors tout Paris, elle est rapidement contactée pour d’autres shootings. June Newton devient alors Alice Springs. Elle aime photographier des femmes fortes, toujours éblouissantes et devient à son tour une collaboratrice très régulière de Vogue et de Vanity Fair. C’est en 1978 qu’Alice Springs se fait connaître du grand public avec sa première exposition à Amsterdam.

Si June Newton répond toujours aux commandes des magazines de mode dans les années qui suivent, elle s’ouvre également aux portraits des contemporains de son époque comme les artistes Roy Lichtenstein et Joseph Beuys, l’écrivain Gore Vidal ou encore le cinéaste Wim Wenders.

Malgré le succès d’Alice Springs, c’est la notoriété de son mari que l’histoire de la photographie retiendra. C’est d’ailleurs sa femme qui ouvre à Berlin, après le décès de son époux en 2003, la Fondation Helmut Newton qui expose les œuvres de ce dernier ainsi qu’une partie de son propre travail.

La Maison Européenne de la Photographie à Paris a présenté en 2012 une première rétrospective du travail d’Alice Springs. Elle propose actuellement le deuxième volet de cette exposition qui dévoile une photographe de son temps, entre portraits de mode photographies plus intimistes avec son mari.

Pour en savoir plus 

A la Maison Européenne de la Photographie à Paris jusqu’au 23 août

 

Marie B.

Accro au Scrabble, aimant les rousses façon Faye Reagan, Marie affectionne au moins autant la politique que les romans fin de siècle.

Plus d'articles

Leave a Comment

*