Plus de libido?

Il y a trois ans, dans une édition du fanzine de Barbi(e)turix, je vous parlais déjà de la libido dans le couple, ou du moins, de sa perte. Il y a trois ans, je vous disais presque que c’était une histoire de lesbian bed death, mais pas que pour les lesbiennes. J’affirmais qu’il arrivait un moment dans la relation où le désir pour l’autre était moins présent, que c’était une histoire de durée de la relation, de  cette complicité fortement installée.  Aujourd’hui, après d’autres expériences et la lecture de cet incroyable bouquin L’intelligence érotique*, je peux vous dire que j’ai dit des conneries. Non pas que j’avais tellement tort à l’époque, mais que je ne voyais cela que sous le spectre du deux, du couple.

Certes, le désir pour l’autre prend racine dans son inassouvissement, et dès lors que la distance entre les deux personnes se resserre, la sécurité, la stabilité prennent place, au détriment du désir. C’est un fait. Cela arrive à de nombreuses personnes. Mais aujourd’hui, je veux parler de cette perte de libido qui n’est pas une simple histoire de fréquences,  qui n’est pas liée à la stabilité du couple ou à la fatigue due à une surcharge de travail. La perte de la libido, elle peut durer des mois, et elle est, bien souvent, peu liée à l’autre. Alors, qu’est-ce qui fait que l’on peut perdre la libido, celle par laquelle on peut être tentée de se définir, parce que bon, désirer, c’est aussi un peu exister.

J’ai toujours cru que le désir était l’essence même de l’existence, que sans ça, on ne pouvait pas vivre. Mais la perte de la libido n’est pas seulement une perte de désir (pour autrui), elle est une perte intime, liée à nous, à notre histoire, nos hormones, notre transit intestinal, notre santé mentale ou bien même notre santé tout court. Alors, oui, on peut vivre sans libido, on peut même apprécier de vivre sans libido, puisque je l’ai fait pendant des mois. Alors, qu’est-ce que c’est la perte de la libido ? Ca vient d’où ? Ca veut dire quoi sur nous ?

En 2013, Laci Green publie une vidéo sur le sujet.

Il est certain qu’il n’y a pas de normes en ce qui concerne la fréquence des rapports sexuels ou même du désir, mais parfois, çe peut venir d’ailleurs. Bref, voici une liste de tout ce que vous devez vérifier avant d’affirmer qu’il s’agit du lesbian bed death (un cliché qui a la vie dure) ou encore que vous n’avez plus envie de votre copine.

L’estime de soi : il arrive parfois que l’on se sent tellement peu désirable (malgré tous les compliments de notre copine), qu’on ne se sent plus non plus désirante.  La confiance en soi et l’estime de soi peut mener à une perte de votre libido. Peut-être faut il alors se demander d’où vient cette perte d’estime et comment l’améliorer. Souvent, l’insécurité que l’on éprouve vient de soi, et assez rarement (relativement), de l’autre.