78173437_2872696926128444_3234561633216888832_n

Barbi(e)turix lance son émission radio : Culture Q !

Il n’est jamais trop tard pour faire sa rentrée,  Barbi(e)turix  débarque sur les ondes des internets dès ce mercredi 27 novembre de 21h à 22h, be ready !  Lubna, la pluridisciplinaire de Barbi(e)turix qui organise aussi bien les événements qu’elle tire les cartes, s’est armée de son enseignante chercheuse préférée Isabelle Mornat pour confectionner un tout nouveau projet radiophonique CULTURE Q à l’initiative de la webradio Station Station.

Rencontre avec Marie La Nuit, Lubna et Isabelle.

Avant de s’égarer dans les multiples collectifs, associations radiophoniques, podcasts et autres médias.. qui sont présents dans la communauté, j’ai demandé à Marie La nuit, chargée de la coordination de la radio de La Station de me faire un petit état des lieux de cette fameuse Web Radio appelée Station Station :

Station Station est, à l’origine, la radio de La Station – Gare des Mines. Initiative du collectif MU, qui gère le lieu à la Porte d’Aubervilliers, elle a été lancée au printemps 2017, et diffuse en continu depuis la rentrée 2017 une programmation riche de mixtapes musicales et littéraires, de chroniques, d’interviews, de créations sonores, de Djset. S’y trouvent depuis lors tout autant de contenus écrits, photographiques, vidéos, et toujours audios, pour donner à comprendre sous différents médium les problématiques qu’explore La Station, en ouvrant ainsi la porte sur le fonctionnement du lieu et ses enjeux esthétiques, éthiques et sociétaux : créations émergentes, scènes expérimentales, mouvement queer & féministe ou encore pratique contemporaine de la fête.
C’est un média à la marge des autres médias, qui tient grâce à l’énergie de ses bénévoles – coordinateur.ice et animateur.ices – et qui a pour vocation de diffuser une parole plus durable que la fête en proposant un panel de podcast & d’archives, d’articles, de chroniques, de reportages…”

“En juin dernier, Barbi(e)turix organisait son festival We Luv Gouine, dont la première soirée, dédiée au cinéma, se tenait à La Station – Gare des Mines. Pour l’occasion, le collectif m’a sollicitée pour co-animer avec Lubna une émission sur la représentation des LGBT+ au cinéma. Nous avions déjà travaillé ensemble lors de l’organisation d’une soirée WET où Comme Nous Brûlons, dont je fais partie, avait eu carte blanche lors de la Wild Edition, c’est là que les liens ont commencé à se tisser.

Ils se sont donc un peu plus serrés lors de cette émission, dont j’ai trouvé le sujet passionnant, et à la rentrée, j’avais Barbi(e)turix dans un coin de ma tête avec l’envie qui trottait de leur proposer une émission pérenne sur la radio. Il me tenait plus qu’à cœur de développer plus de contenus féministes, queer, politiques & engagés. En effet, il était de plus en plus essentiel que Station Station propose, encore plus, la diffusion d’analyses et d’idées en lien avec les publics qui fréquentent La Station, pour qu’ils trouvent un écho aussi en nous écoutant. J’ai donc contacté le collectif pour proposer cette émission sur le cinéma, et Lubna a surenchéri en proposant d’élargir beaucoup plus le champ d’exploration, et c’est ainsi qu’elle et Isabelle ont proposé Culture Q. »

Justement Isabelle, avait soif de brandir à nouveau son micro après les quelques épisodes de Radio Jouir, concoctés par ses soins durant les soirées Wet For Me (ça parle Drague, Cul, Clitoris et orgasmes, etc.)

Et elle nous raconte comment le projet est né :

Lubna m’a proposéede faire un podcast avec elle, j’avais un projet sur la lutte queer féministe, et puis la proposition d’une émission mensuelle bbx sur station-station est arrivée, ça tombait assez bien. On s’est rapidement mises d’accord sur un format autour des normes, tant les normes que notre communauté recrée, involontairement ou moins involontairement, qu’un questionnement des normes autour de nous venant de nos pratiques, de nos expériences, individuelles et collectives qui permettent de réfléchir, d’avoir un angle, une perspective. L’envie de parler avec les concerné.es , peu connu.es , moins connu.es , pas connu.es peu importe, qui ont des envies, des parcours critiques, un engagement, des réalisations sur des sujets peu ou pas abordés.
On voudrait faire un mélange de direct avec les invité.es , de reportages, diffuser des créations sonores pourquoi pas, des lectures… Il y a plein de choses qui existent, une vraie explosion finalement, de podcasts et d’émissions féministes, gouines, trans… C’est magnifique, il y encore matière à faire.

L’idée c’est d’aller à la rencontre surtout et de faire nos sujets à partir des gen.tes, de leurs expériences, on veut éviter l’expertise, les questions générales. On veut questionner les normes, voir des morceaux d’utopie et imaginer des voies alternatives, un peu plus de libertés (oui c’est très prétentieux), donc on va plutôt aller se surprendre. Marcus définissait le punk comme le « besoin urgent de vivre non pas comme objet mais comme sujet de l’histoire – de vivre comme si quelque chose dépendait réellement de notre propre action – et ce besoin urgent débouche sur un champ libre » MARCUS G, Lipstick Traces. Une histoire secrète du vingtième siècle, 1989. Ça me parle.

Elles ont décidé de s’attaquer à des sujets variés et originaux, Lubna nous dévoile déjà les sujets à venir :

“La première émission sera sur l’autisme, les normes sociales et le validisme. Pour ce premier épisode, on invite Delphine Montera à l’initiative du projet de documentaire Autiste Queer le Docu  et Oh MU qui nous parlera de sa musique, et de son combat pour faire connaitre les particularités de l’autisme, notamment via son compte insta tas pas l’air autiste.

Pour la prochaine, le 18 décembre, on discutera des initiatives de lutte féministe, des ateliers de self défense et des clubs de bagarre”

Un dernier  mot de Marie de La Station qui a pleins de projets pour la suite :

“Par ailleurs, de nouvelles émissions vont continuer d’entrer en grille : Isola, animée par Corbeille Dallas, va inviter des collectifs engagés ; une émission musicale par Tamara Goukassova ; une autre par Mathilde Quéquigner ; une autre encore par Amo Vaccaria (il tient à cœur aussi d’avoir beaucoup plus de femmes à la radio. Il ne s’agit là que des émissions qui sont confirmées et qui prendront antenne à partir de décembre ou de janvier, car il y en a encore d’autres qui sont en élaboration, notamment sur les thématiques du féminisme, des lieux alternatifs, de la situation des migrants à la Porte d’Aubervilliers.”

Donc si t’as bien compris, Barbieturix sera sur les ondes de la Station 1 Mercredi sur 4
Ce Mercredi 27 novembre, à 21H, pour écouter Culture Q, tu vas sur cette adresse
Puis bon, comme le podcast est en vogue en ce moment, ce sera reporté sur le site de la Station et sur le SoundCloud de Barbieturix
Juste ici

Kiss Kiss

Solene

Electron libre avide d'ondes sonores stimulantes

Plus d'articles

Be Sociable, Share!

Leave a Comment

*