alison-bechdel-photo-credit-elena-seibert

L’essentiel des gouines à suivre d’Alison Bechdel

Alors que je visitais le quartier de Castro à San Francisco il y a quatre ans, je suis tombée sur le recueil de planches de bande-dessinées désormais célèbre d’Alison Bechdel : The essential Dykes to Watch Out For. Sachant que la traduction française n’existait hélas pas encore, je me suis précipitée pour acheter le dernier en rayon. Je l’ai ramené chez moi, j’ai lu la moitié, ne me trouvant pas si à l’aise avec l’argot américain.

L’essentiel des gouines à suivre est un recueil de chroniques écrites et dessinées de 1983 à 2008. Alison Bechdel aura consacré 25 ans de sa vie à ses chroniques. Les éditions Même pas mal ont traduit plus d’une centaine de planches de 1987 à 1998 sélectionnées par Alison Bechdel, afin de nous offrir un recueil riche (mais un peu incomplet quand on souhaite lire l’œuvre entière évidemment).

Mais pour toi qui ne sais pas ce dont il s’agit : L’essentiel des gouines à suivre dépeint la vie de lesbiennes et bies pendant près de trois décennies. Alison Bechdel décrit avec brio ce milieu qu’elle connait si bien, ces gouines qu’elle a connues et dont elle fait partie. Alison évoque tout et n’oublie presque rien, ruptures amoureuses, amicales, mariage, homoparentalité, sexisme, racisme, interrogations philosophiques, politiques, éthiques, manifs, la sexualité, le point G… Elle offre un témoignage de son époque, de l’histoire géopolitique américaine à travers le regard de la communauté lesbienne des années 90.

Et tout est réussi. L’humour se mêle avec brio aux interrogations de nos personnages. J’ai souri ou ri à de si nombreux passages qu’il fut dur de sélectionner les meilleures planches. L’humour est plus que brillant, la dérision, parfaite.

On sourit, parfois, émue de voir dessiné quelque chose que l’on a si bien vécu:

On se reconnait, on s’identifie, on se surprend à dire à voix haute “mais c’est tout à fait ça !” toutes les cinq planches. On avale d’ailleurs la bande dessinée presque d’une traite, du moins, on aimerait, car lire 232 planches d’un coup n’est pas chose aisée même si l’envie est là.

Même si l’action se déroule dans les années 90, que les dialogues et les situations pourraient être avoir lieu aujourd’hui.Il est frappant de voir que ces questionnements sont toujours débattus 30 ans après. Avons-nous si peu évolué dans les milieux LGBT que les problématiques restent finalement toujours les mêmes ? La place des gouines dans le milieu militant gay, la biphobie dans le milieu lesbien, la question du mariage, la normalisation de l’identité LGBT… Qu’est-ce que la subversion ? Se marier ou ne pas se marier ? Autant de questionnements que l’on se pose encore autour d’un apéro un vendredi soir entre filles.

Alison Bechdel n’oublie pas non plus le harcèlement de rue, Thelma et Louise, le coming-out auprès des parents, le végétarisme.

Chaque planche de cette bande dessinée est une occasion de plus de se reconnaitre ou de faire preuve d’autodérision. Un régal !

L’essentiel des gouines à suivre d’Alison Bechdel

Traduit de l’américain par les éditions Même pas mal

Sarah

Sarah parle de cul et d'amour mais aussi de bouffe vegan, de genre et de féminisme. Passion vélo et gingembre addict. Nouvellement vidéaste, elle espère flooder la toile de sa vision du porno. Twitter : @sarahdevicomte

Plus d'articles

2 Comments

  1. timide says:

    Merci Alison !

  2. Couette says:

    “Traduit de l’américain par les éditions Même pas mal” ?!???
    Traduit par Corinne Julve !! Les traducteurs existent, merci pour eux.

Leave a Comment

*