misingui par Denis lucas

Jouir sans se toucher ?

Qu’est-ce que l’orgasme ? Comment y parvient t-on ? Est-il nécessairement génital ? Avons-nous besoin de stimuler le clitoris pour avoir un orgasme ? Quelle est la part du mécanisme cérébral quand on arrive au sommet du plaisir ?

L’orgasme est une tension suivie d’un soulagement. Le sexe se gorge de sang, le clitoris se durcit, le vagin se lubrifie, les orteils se contractent, le corps entier se tend pour se détendre ensuite. Parfois, la sensation est précise, et parfois, elle est plus diffuse. Même si c’est le corps qui est le lieu de toutes ces sensations, le cerveau est un point central pour atteindre l’orgasme, chez les hommes comme chez les femmes. Mais peut-on envisager un orgasme sans “contact” avec les zones érogènes ?

N’ayant jamais expérimenté ce type d’orgasmes, le sujet m’intéressait depuis longtemps lorsqu’un ami évoqua le fait d’avoir réussi à jouir sans se toucher. Non seulement j’étais étonnée de cette possibilité mais ayant encore quelques clichés en tête, j’avais du mal à imaginer un homme avoir un orgasme sans se toucher.  Il fut donc tout naturel d’écrire là dessus pour déconstruire les idées préconçues sur les orgasmes.

En passant un appel à témoignages, je fus d’abord surprise du nombre des filles ayant déjà atteint un orgasme de cette manière. Dans la majeure partie, ces orgasmes sont fortuits et parfois, c’est une fois un premier orgasme physique que le second orgasme “mental” arrive. Cela demande juste de l’endurance.

Parmi les témoignages que j’ai reçus, il y a celles qui ont expérimenté l’orgasme toutes seules dans leur sommeil ou éveillées et celles qui l’expérimentent à deux.

Il y a les orgasmes fortuits qui peuvent arriver dès l’enfance :

« J’avais oublié mais quand j’étais ado, cela m’arrivait souvent. Tu rêves que tu baises, tu te réveilles alors que ton sexe est tendu. Dans mon cas, je saurais pas dire si c’est un orgasme comme j’en ai quand je me touche mais à l’échelle du rêve, j’imagine que ça en est un. Et à chaque fois, ça me réveille. » confie Alex.

« Les premiers orgasmes que j’ai eus je ne savais pas que ça en étaient : juste une sensation bizarre et agréable. J’étais en CM2, je m’étais assise d’une certaine façon, l’entre-jambe sur le bord de ma chaise. Puis dans mes rêves ça m’arrive très souvent. J’ai conscience que je suis en train de rêver et je cherche à influencer le rêve vers un rapport sexuel si le cadre est propice, étrange et déroutant….Cela m’arrive aussi parfois quand je regarde des choses érotiques ou pornos : l’autre jour j’étais sur un tumblr porn et j’étais super excitée, tellement excitée que le simple fait de me relever et que mon clito entre en contact avec mon short de pyjama m’a fais jouir, un petit orgasme, mais quand même. » ajoute Mélanie.

Pour Emmanuelle ces orgasmes sont totalement inattendus : « Quand je dors, il m’arrive de rêver de moments érotiques. Dans mon rêve je peux être en train de faire l’amour ou de me masturber, (je ne me rends pas compte que je rêve) et l’orgasme monte pendant que je dors jusqu’à ce qu’il me réveille en vrai. Et j’ai des orgasmes sans même me toucher. C’est super intense, comme un orgasme habituel ».

Charlotte, elle, tente de les apprivoiser pour les stimuler : « J’ai très régulièrement des orgasmes sans me toucher car il me suffit de croiser les cuisses et de les contracter par spasmes pour faire pression sur mon clito. J’arrive à avoir des orgasmes très rapidement comme ça. Je me suis rendue compte il y a peu que je contractais le vagin en même temps. Du coup, en ce moment je “m’entraîne” à juste le contracter lui, toujours par spasmes, sans croiser les jambes. Je ressens beaucoup de plaisir comme ça mais je ne suis encore jamais arrivée à l’orgasme, généralement, je croise les jambes au bout d’un moment parce que j’en peux plus et je veux jouir. Aussi, ça m’arrive d’utiliser cette technique (contracter simplement le vagin) quand je suis avec une quelqu’un et que je sais qu’on va faire l’amour un peu plus tard. Ca me permet de commencer à m’exciter et à lubrifier. »

Ainsi, ces orgasmes expérimentés seuls peuvent avoir lieu pendant le sommeil, lors d’un rêve érotique, et même éveillée. Souvent ils sont déroutants car surprenants mais il semblerait, vu les circonstances évoquées, que ces orgasmes soient tout aussi maitrisables que ceux que nous avons lorsque nous nous touchons.

Mais qu’en est-il lorsque cela a lieu avec sa partenaire ?

« Je pense que le sexe est très cérébral. J’ai eu des copines qui s’inquiétaient car elles se disaient que, si je pensais à autre chose ou à quelqu’un d’autre en étant avec elles, je ne faisais pas vraiment l’amour “avec elles” . Mes partenaires avaient l’impression que je n’avais pas besoin d’elles et que je pouvais avoir du plaisir sans elles. Aujourd’hui c’est quelque chose que je vis vraiment à deux, même si ma copine ne peut pas le faire » confie Julia.

Dans un autre article ou nous parlions de ce qui vous excitait, une personne avait confié pouvoir avoir un orgasme par mimétisme du plaisir de l’autre. Peut-être s’agit-il de cela également ?

« Si je pense à un truc et que je vois ma copine se toucher j’arrive à jouir. J’ai l’impression que l’on me pénètre alors que ce n’est pas le cas. Et si je prends ma copine juste avec l’excitation que ça me procure et le fait de l’entendre jouir, à tous les coup ça va me faire jouir en même temps. Je ressens quand même un manque après alors que j’ai pu avoir un très gros orgasme et que je suis vidée de toute mon énergie. Et pourtant j’ai envie de sentir quelque chose me prendre. Plus que si j’avais jouis juste en me faisant lécher par ma copine. Oui c’est ça, c’est une jouissance qui ne va pas me suffire. Même si je peux m’arrêter là .C’est comme si mon cerveau avait jouit mais pas mon corps alors que si. » ajoute Julia.

S’agit-il aussi de concentration sur son propre plaisir ?  La possibilité même de pouvoir se concentrer sur soi finalement alors que les femmes ont pendant des siècles étaient forcées à être concentrées ailleurs : le plaisir de l’homme ?

Pourquoi n’avons que rarement entendu parler de ce type d’orgasme chez les hommes et les femmes ? Car il s’agit du même mécanisme. Il s’agit d’une envie, d’une tension qui, une fois arrivées à son apogée, se soulage.  Le cerveau est le lieu où les connexions se font, le corps lui réceptionne (s’il en a la possibilité) toutes les sensations crées par le cerveau. Que s’est il passé alors pour que nous passions à côté d’une telle découverte sur notre plaisir ?

Peut-être parce que si cela demande une concentration certaine, on oublie le plaisir de l’autre. Mais le plaisir est en soi égoïste et on peut très bien l’être un peu à deux, non ?

Et vous, vous est-il déjà arrivé de jouir sans contact ?

Sarah

photo de couverture : Misungui par Denis Lucas

Sarah

Sarah ne parle plus trop de cul ni d'amour d'ailleurs mais ses passions demeurent : féminisme, antispécisme, santé mentale et gingembre.

Plus d'articles

Follow Me:
Facebook

Be Sociable, Share!

19 Comments

  1. Cassy says:

    Ah interessant cet article ! En effet jouir sans toucher arrive lorsqu on dors, mais j avoue que cela s est produit une fois sans que je comprenne d’ ou cela vienne, reveillé et entrain de faire de l escalade. J étais seule dans la salle de bloc (salle d entrainement) ou je faisait des tractions suspendu…Le fait de contracter le corps a tellement tendu mon clito que lors du gainage j ai éprouvé quelques choses d assez intense au niveau de mon sexe… Alors j ai presque jouï mais sans me toucher et meme sans penser a quoique ce soit qui fait plaisir . (puisque j été en train de m entrainer…) Le corps sans la conscience parfois s exprime lui aussi :D

  2. timide says:

    “jouir sans se toucher ?” ou la possibilité radicale pour sortir de concepts envahissants. :-)

    réponse franche et de façon éveillée : non jamais !

    en dehors du sommeil ( un état naturel qui réclame plus que des considérations web), je pense que biologiquement, il n’est pas possible de “jouir sans contact” pour la simple et bonne raison que le phénomène de jouissance passe par une contraction musculaire qui engage les tissus génitaux et qui procède elle-même d’une stimulation physique concrète, elle-même liée : au désir, au cycle sexuel, à l’expérience personnelle, aussi à la reconnaissance de soi, le partenaire choisi (…)

    au sens littéral (littéraire ? ), il n’y a pas de confusion nécessaire entre les notions de jouissance et excitation.

    culturellement, même si elles sont sine qua non l’une de l’autre, elles ne sont pas plus ou toujours pas similaires, et encore moins liées dans des formes d’expression de la fatalité.

    et puis, sans être médecin, mais de ma propre contribution, au risque d’avoir un commentaire à l’apparence peut-être déplaisante, je perçois le “jouir sans se toucher” plutôt comme un trouble sexuel qui pourrait être lié à des formes de manque.

    je peux alors me poser cette question : “jouir sans se toucher” reviendrait-il à avoir une satisfaction sans plaisir !?! si c’est le cas, ce n’est plus un orgasme mais plutôt une sorte de tension obsessionnelle orgasmique qui a pour conséquence, (même involontaire ou inconsciente) de réprimer le plaisir et l’expression de ses nuances …

    … interlude des 1000 et 1 raisons …

    enfin, pour finir sur une note moins négative, j’ai appris que la notion d’orgasme se distingue de celle du plaisir. même s’ils désignent tout deux une gamme de sensations amoureuses, on peut lire dans certains ouvrage que le plaisir ne se résume pas à l’orgasme. (ce qui est une bonne nouvelle en soi.)

    Et comme aurait dit le mathématicien et philosophe du XVIIIè, Charles Fourier : ” Ce ne sont pas les plaisirs qui sont malfaisants, mais seulement la rareté des plaisirs, d’où naît l’excès.”

  3. eilah says:

    Oh oui ! Déjà joui rien qu’en embrassant mon partenaire. Une fois aussi, on se regardait tellement profondément dans les yeux, son regard si intense me caressait, me dénudait et j’ai joui … toute seule.
    Plusieurs fois, ça m’ arrive en le suçant, je jouis en même temps que lui, rien qu’en l’entendant jouir.

  4. Etrange says:

    En faisant quelques recherches je tombe sur cet article…en réalité il y en a très peu sur le sujet et parfois j’ai le sentiment étrange…d’être décalée.
    Oui pour moi il es très facile de jouir sans me toucher, sans même être stimulée, il suffit que je le décide, et, pas dans l’instant mais dans les 20 secondes qui viennent, d’atteindre l’orgasme, comme je le veux et quand je veux.
    Un jour j’ai joui juste en observant une personne, et j’en ai donc conclu que on pouvais jouir sans se toucher. j’ai essayé de reproduire cette même sensation, et j’y suis parvenue. Peut être suis-je assez détendue?
    Bref, tout ça pour expliquer que ce n’est pas pour autant que je peu me passer d’un homme, ou de caresses, ou bien de masturbation. La jouissance est une chose, le plaisir du partage ou de sentir des caresses sur son corps en est une autre.
    Je voulais juste dire que c’est possible, mais j’aurai aimé lire le témoignage d’autres femmes…qui peuvent vivre ça comme moi ça j’ai parfois l’impression d’être…étrange..

  5. .G says:

    Je suis actuellement avec un homme avec qui j’ai des orgasmes (quelquefois avec éjaculation) quand on s’embrasse, ou en se serrant l’un contre l’autre (pas besoin de se déshabiller!). Ca n’arrive pas une fois de temps en temps, c’est systématique.
    J’ai la trentaine et j’ai connu pas mal de mecs, dont quelques rares avec qui j’ai vécu une expérience un peu du même type (en moins intense), Mais au point d’avoir des orgasmes, c’est la première fois!

  6. Louloa says:

    Je suis exactement comme Charlotte. Pouvez vous me mettre en contact avec elle? :)
    Je crois mes jambes, je fais des spasmes sur mon clito et je joui très vite
    Pratique quand on attend que ca!!

  7. Clitoris says:

    J’aime bien me toucher et sa me donne beaucoup d’orgasme

  8. ANNALAURA says:

    Il m’est déjà arrivé plusieurs fois de jouir dans mon sommeil. Mais je pense que dans mon cas, c’est à cause déjà d’une longue habitude de masturbation (plus de 20 ans de pratique! j’en ai 36…)
    Je traversais une période d’abstinence, et j’étais en manque et je fantasmais tout le temps sur des scènes de sexe avec un homme. Je dois dire que c’est très agréable, surtout pour une femme qui n’a plus de partenaire depuis longtemps, comme moi !

  9. Line says:

    Bonjour, j’arrive a me “masturber” sans me toucher simplement en tendant mon corps, notamment en realisant des exercices abdominaux comme des pompes. L’orgasme arrive plus rapidement de cette facon comparé a la maniere traditionnelle

  10. Faÿ says:

    J’ai la trentaine, mec en couple, et j’arrive à jouir sans que moi ou ma partenaire ne me touche. J’imagine ou la regarde ou un film et j’ejac grave. C’est intense rapide et immédiat. En 1 mn sans toucher à ma queue. Le plus facile et lorsque ma partenaire me fixe dans les yeux et regarde mon sexe grandir et grossir. Ejac immense et immédiatement. Voulez vous regarder ? Vous passe vidéo. A plus.

  11. mehdi says:

    Bonsoir et merci pour ces témoignages très intéressants …

    Je constate néanmoins une certaine propension à l’orgasme clitoridien .
    A votre avis une femme excisée peut elle avoir ce type d’orgasmes ou elle me ballade

    Cordialement
    Mehdi

  12. mehdi says:

    Ma question concerne une femme se disant innexpérimentée mais qui selon toutes vraissemblance si elle ne mythonne pas serait une nymphomane qui s’ignore ( education stricte , très pratiquuante etc )

    Je veux savoir si elle me balade car c’est arrivé sur Viber sans se voir

    Merci pour vos contributions

  13. Olivier says:

    Apparemment, comme Eilah ma femme atteind régulièrement des orgasmes clitoridiens en me faisant une fellation ou en me caressant lors de nos préliminaires. Quel pied de la voir s’interrompre quelques instants pour profiter de sa propre jouissance ! Donc oui le plaisir peut s’inviter aussi de cette façon quand l’excitation est provoquée par le désir de faire éprouver du plaisir au partenaire. Une juste récompense sympathique en quelque sorte ! Et tellement érotique !

  14. Miss says:

    Moi il m’arrive d’avoir un orgasme quand je fais des reve érotique je me réveille exciter et je suis obliger de vite me toucher en pensant fort à un sexe et sa augmente mon orgasme mais c’est quand on est en manque de sexe que sa nous arrive de faire ce genre de reve

  15. Elyy says:

    article très intéressant… malheureusement il y en a peu dans ce genre et je me sens or-norme…

    j’ai 16 ans et j’arrive à éprouver du plaisir sans me toucher, d’ailleurs je n’arrive pas à atteindre le même stade en me touchant, c un truc de ouf x)
    je me demande si c’est normal car je connais cela depuis la primaire…
    je pensais qu’en croisant mes jambes et avoir des spasmes me permettait de mieux me concentrer en classe, sans vraiment savoir ce qu’il m’arrivait. De plus je rougis rapidement de manière générale et je complexe… cependant, ne sachant pas ce que je faisait j’étais souvent rouge en classe
    mais durant ces dernières années cela c’est amplifier, je peux en faire plusieurs dans la même heure! dès fois même quand je ne veux pas, ca arrive comme ca
    je suis tellement bien, mais quand j’ai finis je me remets en cause, me demandant si c mal
    ca me gène vraiment
    et même avec un partenaire je n’arrive pas à éprouver des sensations plus intenses
    je suis trop bizarre
    si quelques à des conseils à ce sujet mrc

  16. Tenevas says:

    Salut Elvy tu es une nana ou un mec. Çar c’est pas la même sensation et la même pratique. Cela t’arrive sans le souhaiter ou alors alors dans des moments d’excitation ?

  17. Yoro says:

    Elvy tu es juste très sensible tu n’as point besoin de culpabiliser :)

    Et c’est trop bien d’être bizarre! :p

  18. Luna says:

    Ça m arrive de jouir en me réveillant (généralement c’est à cause d’un rêve érotique) ou parfois je m en souviens même pas. Première fois que ça m’est arrivé j’avais 16 ans.

  19. Macha says:

    Un article intéressant,

    Car je me posais des questions à ce sujet…

    En effet, dès que je me couche, avant de m’endormir, donc je suis dans un état relax, je ressens le plaisir monter sexuellement, et même comme des “va et vient” sans me toucher; c’est presque automatique.

    J’ai longtemps douté et personne vraiment pour en parler,
    je ne pense pas être demandeuse plus que de nécessaire dans la vie, d’après ce que je me connais,
    mais là le plaisir est “intense” je dirais plus que si c’était physiquement avec un partenaire…

Leave a Comment

*