tumblr_mqqu34qOhG1qz7dr7o1_1280

Éloge de la sodomie

C’est un orifice qu’on oublie souvent dans nos pratiques, un trou dont on peut avoir honte, qui suggère des pratiques sexuelles encore bien taboues. Pourtant, l’anus peut se targuer d’être le seul orifice sexuel universel, commun à tous les êtres humains, procurant des plaisirs variés mais des plaisirs accessibles à tout le monde.

Si je vous en parlais déjà dans le fanzine bbx n°14, c’est parce que c’est un sujet qui me tient particulièrement à cœur. Pour le fanzine, j’avais eu quelques témoignages sur les pratiques anales de certaines ou de l’absence de ces pratiques des autres.

Aujourd’hui, je souhaite mettre le doigt sur ce qu’on entend particulièrement sur la sodomie et les stéréotypes qu’on peut souvent rencontrer.

« La sodomie, ça fait mal »

Et je ne vous dirai pas forcément l’inverse. Oui, la sodomie, ça peut faire mal, surtout si on nous prend par surprise, si on n’en a pas envie, si on n’est pas assez détendue. Ca peut aussi faire mal parce que lorsqu’on nous parle de cette pratique, le commun des mortels imagine que l’anus est automatiquement pénétré par un pénis.

Or, la sodomie, ce n’est pas que ça.

Il y a quelques années, j’avais entendu dans une conversation entre filles que la sodomie digitale n’était pas une « vraie » sodomie parce que ce n’était pas la bite qui entrait dans l’anus. Evidemment, dans notre société, une « vraie » relation sexuelle n’en n’est pas une sans coït.

Lorsque vous tapez sodomie sur google, vous tombez sur des guides pratiques de la sodomie. : Sur la plupart des sites internet féminins hautement pertinents, les guides que l’on vous propose ne parlent pas de la sodomie digitale. Tous les conseils qui vous sont donnés ne concernent qu’une seule chose : le plaisir plus accru de votre homme dans votre rectum plutôt que dans votre vagin, et la douleur éventuelle que vous ressentirez. On vous dira aussi que le plaisir que vous ressentirez ne sera pas fulgurant, mais que votre homme sera comblé.

Rien n’est dit sur le fait qu’une personne peut vous pénétrer avec ses doigts, parce que pour qu’ une relation sexuelle soit réussie, il faut à tout prix que l’homme ressente du plaisir et ne se fasse pas chier. Parce que foutre ses doigts dans votre anus, c’est « plus dégueu », puis « c’est comme des préliminaires, ça n’a aucun intérêt ! »

Bref. Ce qui m’amène à un autre stéréotype dans les relations sexuelles hétéronormées…

« Un mec qui aime se faire sodomiser, il est un peu pédé non ? »

Je ne compte pas le nombre de fois où j’ai pu entendre dans la bouche des garçons ou même des filles qu’un mec qui aime la sodomie est pédé. Ce genre de phrase est souvent dite avec un certain mépris déconcertant.

D’après ces personnes, les gays auraient donc le monopole du plaisir rectal. Dans ce cas  là, si un homme hétéro aime la sodomie, il est automatiquement considéré comme passif, et donc, homo.

Alors…que…Non. Tous les hommes peuvent ressentir du plaisir anal et il suffit pour cela de dépasser l’association d’une pratique à une orientation sexuelle.

Et puis, quand bien même ces mecs seraient en fait gays, qu’est-ce que cela ferait ?

Cette remarque est en fait complètement homophobe qui passe en douce dans les conversations de cul. Sur le site internet cité plus haut, lorsqu’on vous parle de sodomie, on ne vous en parle que dans un sens. Si une femme pénétrait un homme, même avec ses doigts, cela renverserait les rôles, l’homme serait humilié, puisque passif.

 « Mais l’anulingus, c’est dégueu quand même, l’anulingus »

Pas plus dégueu qu’un cuni ou qu’une fellation finalement. Le sexe, en soi, c’est quelque chose de sale. La transpiration sort des pores de votre peau, la cyprine gicle sur les draps, les salives se mélangent et tout bave. Mais en même temps, ce n’est pas sale. Le sexe, ce sont des liquides et des odeurs naturelles. C’est sale…oui, mais..en fait, non.

L’anulingus, c’est pareil. Puis il suffit simplement d’avoir une bonne hygiène pour cela.

C’est un peu comme lorsque vous appréhendiez de faire un cuni pour la toute première fois à une fille : peur de ne pas aimer son odeur, son goût, ses effluves.

« Puis, c’est tellement bon de mettre un doigt dans le cul »

Sur cette dernière phrase , je vous laisse avec cette vidéo d’arte sur l’anulingus.

Sarah
Photo de couv: Syntheticpubes

Sarah

Sarah parle de cul et d'amour mais aussi de bouffe vegan, de genre et de féminisme. Passion vélo et gingembre addict. Nouvellement vidéaste, elle espère flooder la toile de sa vision du porno. Twitter : @sarahdevicomte

Plus d'articles

7 Comments

  1. Elise says:

    Merci pour ce billet et notamment pour m’avoir fait découvrir cette vidéo qui me fait encore pleurer de rire. Je voulais également revenir sur cette appellation “anulingus” et sa consonance quasi médicale qui ne donne pas vraiment envie. Pour ma part, je trouve que l’expression “feuille de rose” amène un peu de poésie. Quoiqu’il en soit, je valide la pratique !

  2. timide says:

    “Pourtant, l’anus peut se targuer d’être le seul orifice sexuel universel (…)”

    pour moi, affirmer cela est un déjà un choix, et donc peut devenir un dogme si on cherche à l’imposer, à l’ériger comme une vérité absolue, comme une évidence fondamentale chez l’humain.

    non seulement je ne suis pas d’accord avec cette affirmation, mais en plus je me rends compte que j’ai une tendance, une propension à m’y opposer naturellement et volontairement.

    ainsi, non, ce n’est pas une évidence.
    maisayant eu le plaisir et le souvenir agréable de récemment rencontrer l’auteure de l’article (@Sarah ;-) ) et même … les Barbieturix :-) , j’accepte volontiers de donner mon avis sur la question :

    pour moi, l’anus est, certes un orifice universel, tout comme les narines et les oreilles, mais dans sa condition anatomique et non pas sexuelle.

    je pense donc à partir de la phrase de Sarah et (au risque de m’isoler) que l’anus peut-être considérer comme un orifice sexuel à part entière, à condition qu’il soit dans le même accepté de reconnaître (dans le cas dogmatique qui nous est proposé par l’auteure du présent article) qu’il est une dérivation culturelle des pratiques sexuelles entre humains.

    voilà ! :-)

  3. Lukia says:

    Alalala Sarah, comme je ne peux qu’aller dans ton sens, surtout ton paragraphe sur la supposé homosexualité du sodomisé…

    Étant un homme hétéro, j’aurai voulu compléter cet article et pourquoi pas convaincre certains autres hommes réticents ou qui hésiteraient à franchir le pas.

    Messieurs : qu’il est jouissif de se faire sodomiser ! De se laisser envahir par une langue, un doigts, un sextoy, tout en se faisant pratiquer une fellation ou pendant qu’elle vous chevauche. C’est un total oubli de sois-même que de se sentir posséder des “couilles au cul”.

    Je constate que depuis ma première expérience avec une femme en la matière et les autres relations que j’ai pu avoir avec d’autres femmes, cela a toujours ouvert le couple et a permis beaucoup plus d’échange et de complicité, que ce soit au lit ou dans la vie quotidienne.

    Bref, à bon entendeur, salut, lavez-vous et lancez-vous !

  4. Rosalie says:

    Sarah quel merveilleux article !!
    humm que c’est bon par le cul…

  5. Samilolo says:

    Croyante et pratiquante ! C’est certainement le comble de l’excitation pour mes sens, quant à la double pénétration c’est tout simplement et entièrement orgasmique !

  6. chatenette says:

    sublimo

Leave a Comment

*