tumblr_mmfynsFAMI1qzw5u3o1_1280

Entre filles, qu’est-ce qu’on risque ?

La semaine dernière, le clip de prévention d’Emilie Jouvet pour Yagg, intitulé “Entre filles, on ne risque rien”, remettait sur la table la question de la prévention des filles, encore trop passée sous silence. Avec près de 30 000 vues, son succès témoigne d’un manque d’informations accablant.

Tu es une fille, tu envisages d’avoir ce qu’on appelle un « rapport sexuel » avec une autre fille et tu veux faire comme tout le monde, te protéger. Oui mais comment ? Et contre quoi au juste ? Comment faire du sexe de manière « safe » sans pour autant y perdre du plaisir ? Comment se renseigner sans virer parano ? Comment se protéger sans avoir à s’enrouler dans un film plastique ?

Les virus qui font peur : les hépatites et le VIH 

L’hépatite B est une MST grave, invalidante, potentiellement mortelle (oui je sais, on commence fort). Il existe un vaccin et ça, c’est bien. Le virus est présent dans le sang et dans toute sorte de liquide biologique (dont la salive !) et, pour ne rien gâcher, il est très résistant à l’air libre.
Moyen de protection ? Evitez tout contact avec le sang de votre partenaire, limitez ceux avec la cyprine (ou « mouille »), fuyez la salive. En gros, emballez-vous dans du plastique !
 Plus sérieusement, vous pouvez commencer par faire une prise de sang. Vous saurez si vous êtes porteur ou non (car on peut être porteur chronique sans forcément être malade comme un chien). Si votre partenaire fait de même et qu’elle est négative, que vous êtes en couple stable, roulez jeunesse ! 
Si vous êtes plus « volage » parlez du vaccin à votre médecin.

L’hépatite C n’est pas considérée comme une MST et se transmet par le sang.
Moyen de protection ? Le plastique (c’est fantastique) ! Pendant les règles, je vous conseille d’ utiliser des gants. Attention, les rapports anaux sont plus « traumatiques », la muqueuse rectale étant fragile, elle peut saigner. Pour la sodomie, on pense donc aux petits gants en latex, noirs, blancs, roses, comme il vous plaira. Et on en change si on passe de l’anus ou vagin.

Le VIH ou “virus du SIDA” est lui aussi présent dans le sang et les sécretions.
Pour s’en protéger, idem que pour l’hépatite C. Par contre, contrairement aux hépatites, le VIH est un virus fragile qui ne vit que peu de temps à l’air libre, le risque de contamination est donc plus faible.
 Si votre partenaire et vous êtes dans un couple séro-différent (l’une VIH+ et l’autre VIH-), pensez à mettre en place un suivi et peut être un traitement. Si votre partenaire est négative, que vous évitez les rapports pendant les règles et les échanges de sex-toys, le risque (non nul) pourrait être considéré comme anecdotique.
Quoiqu’il en soit, faire des sérologies permet de poser les choses et d’être plus sereine dans votre vie sexuelle.

 

Les virus qui piquent : HSV 1 et 2 (herpès)

L’herpès ça pique, beaucoup, surtout dans la région génitale. Pour s’en protéger, c’est compliqué. Déjà, si vous avez une poussée d’herpès labial, évitez le sexe oral avec votre partenaire à moins de vouloir partager votre miasme dans un élan de fusion amoureuse. Sinon, il y a la digue buccale, sorte de carré de latex (ou autre) à mettre sur la zone que où l’on veut faire des choses. Pas franchement sexy mais c’est safe ++ surtout que le virus peut être présent sans qu’on le remarque.

 

Les virus invisibles : les HPV ou papillomavirus

Ce sont les crêtes de coq(condylomes) et c’est également le principal responsable du cancer du col de l’utérus. Vous ne pouvez pas vous en protéger, il est capable de traverser le préservatif. Non, pas de panique ! Contre ça, le dépistage ++++ c’est-à-dire un frottis à réaliser à partir de 25 ans puis tous les 3 ans chez une sage-femme, un médecin généraliste ou un gynécologue permet de détecter le virus. 
Il existe aussi un vaccin que l’on peut faire ado ou en début de vie sexuelle qui protège contre certains de ces virus, les plus souvent retrouvés lors d’un cancer du col de l’utérus. Jeune gouine, demande des conseils à ton médecin ou à une sage-femme !

 

Les IST bactériennes ou parasitaires :

Chlamydia, Mycoplasme, Gonococcie, Syphilis et Trichomonas. Atchoum. Comment les reconnaitre ?  Ça gratte, ça brûle, ça coule bizarre, ça sent bizarre, ça fait mal quand on fait le sexe. Elles évoluent souvent à bas bruit mais sont traitables. Surtout, attention au partage de sex-toys non protégés. Le contact rapproché entre sexes peut être contaminant mais tout dépend de votre souplesse (l’effet ventouse, you know what i mean?). En gros, toute pénétration/contact prolongé A<->B est à risque. 
Pour se protéger, on pense aux gants et aux digues pour les rapports buccaux. Et donc là encore, dépistage et si couple stable, enjoy.

 

Les mycoses, ça gratte, c’est rouge, les pertes sont plus épaisses. Fatiguant mais pas insurmontable. Les mycoses sont traitables en automédication. Allez à la pharmacie et demandez des ovules d’éconazole LP puis lisez la notice. Ce n’est pas une maladie mais un déséquilibre de flore ultra fréquent chez la femme. Oui on peut la transmettre. Ou pas… Mais de toute façon, on a moyen envie de batifoler pendant.
 Si les mycoses sont récidivantes, consultez.

 

Pour un vagin heureux :

Le vagin est naturellement rempli de bactéries qui lui offrent une flore équilibrée et qui le protègent. Tout ce qui pourra modifier cette flore causera potentiellement des problèmes. Alors, passer de l’anus au vagin directement n’est pas une très bonne idée. De même, les mains transportent toute la journée un paquet de cochoncetés. Aller câliner votre minou (le vrai, à poil, qui miaule) puis passer directement à votre copine, y’a mieux. Ce n’est pas catastrophique et ça peut arriver dans le feu de l’action (la gouine à chat sait de quoi je parle). Dans la mesure du possible passer un petit coup d’eau et de savon sur les mains avant ne fait pas de mal… 
Et à celles qui me répondent que ces messieurs ne lavent pas leur bite avant de passer à l’acte, je dirais qu’un pénis est surement plus propre qu’une paire de mimines.

 

Résumé pour dans la vraie vie :

Le sexe c’est la vie. C’est loin d’être propre et aseptisé et faut faire avec. C’est avant tout fait pour (se) faire plaisir. Oui, il y a des risques, mais on peut les limiter tout en gardant la funitude de la chose. 
Si tu penses rester avec ta partenaire un petit moment : DEPISTEZ-VOUS. Sérologie HIV/hépatite B et C + les autres bêbêtes. Tu peux aller voir ton médecin généraliste ou le Centre de Dépistage Anonyme et Gratuit (CDAG). C’est un moment relou à passer mais ça te rendra plus légère et tu seras fière d’avoir fait un acte responsable pour toi et l’autre.

Si le couple stable t’ennuie, que tu n’arrives pas à choper dans la durée ou que je me mêle de ce qui ne me regarde pas : don’t panic. Ouvre tes chakras, écoute ton corps et consulte s’il change. Et puis… limite les pratiques à risque important (pendant les règles, les échanges de sex-toys non protégés, les mains sales, les échanges de coupes menstruelles parce que t’as oublié la tienne…) En faisant cela tu limiteras grandement les risques de choper quelque choses de grave.

Si tu veux être safe à 100% de la mort qui tue pas : pense aux gants, au morceau de latex dans la poche, à découper un préservatif si tu n’as pas de digue et à en parler, tout simplement.

 

Flo, sage-femme

 

Sources : mon cerveau, ma formation initiale, mon expérience professionnelle et chups.jussieu.fr

À lire sur le même sujet :
J’ai testé pour vous la digue dentaire
Pratiques extrêmes, conseils sécurité 

17 Comments

  1. laurepau says:

    Le couple menstruel ou la coupe ?

  2. Lubna says:

    Le couple menstruel : combo tampon/serviette

  3. Punkdandie says:

    Rho nan pas l’échange de coupe menstruelle quand même X)

    Mais bien contente d’avoir oublié depuis longtemps le couple menstruel tel que décrit par Lubna (mais bien trouvé :)

  4. Madrilene says:

    Au delà, de l’échange des “coup(l)es menstruelles”, éviter aussi l’échange de brosses à dents (surtout en cas d’Hépatite B) et pour éviter d’irriter les gencives évitez de vous brosser les dents avant de passer à l’acte.

  5. Aurore says:

    Merci pour l’article, c’est celui que je cherche depuis que j’ai 16 ans ! Au lycée pendant les séances de “préventions” (qui se limitaient en gros à : les mecs mettez un préservatif, les filles dites aux mecs de mettre un préservatif) je n’osais pas demander l’info sur les risques entre filles et sur internet je ne trouvais pas non plus d’infos assez completes à mon gout. Je trouve les infirmeries scolaires devraient toutes imprimer l’article et le mettre à disposition des élèves (:

  6. timide says:

    “passer de l’anus au vagin directement n’est pas une très bonne idée.”

    c’est UNE mauvaise idée.

    “je dirais qu’un pénis est surement plus propre qu’une paire de mimines.”

    euh, on n’est dans la régression là, non ?

    belle et bonne initiative de la part de bbx/barbi(e)turix !

    merci Flo donc pour tes conseils de “dokette gynéco” !

    mais quand même, bien que je ne sois pas une spécialiste en médecine, j’ai quand même envie de faire une remarque :

    tu écris : “le sexe c’est la vie. C’est loin d’être propre et aseptisé et faut faire avec.”

    bah nan justement, je ne suis pas d’accord le ton général de cet article car, c’est en réalité l’hygiène de vie de chaque personne qui fait la liberté de son corps dans la sexualité.

    à vous lire, on à l’impression que vous vivez la sexualité dans la pornographie et le commercial.

    non, la pornographie et le commercial ne sont pas la vie. donc, non, on ne peut pas dire le coeur léger et dogmatiquement que le sexe, c’est loin d’être propre et aseptisé si l’on considère que le sexe c’est la vie.

    il faut discerner et faire des choix pour bien vivre sa sexualité.

    cela passe par le respect de son être et le bien-être de son corps.

    autrement dit, si t’es le genre de meuf à porter le même string pendant 3 jours, sous un taille basse ultra serré qui te coupe la circulation du sang, qui enchaîne clop sur clop, apéro sur apéro, le pot de gel tout entier dans les cheveux, le maquillage gemet au petit matin comme reste de la veille et juste un coup de gant pour enlever les crottes de yeux avant de repartir au boulot, autant dire que ces petits conseils d’hygiène sexuelle ne suffiront pour éveiller et élever ta conscience.

    faire de la prévention, c’est bien, mais, le faire sérieusement, c’est encore mieux.

    #excitenousbordel vs #etlatendressebordel

  7. Flo says:

    Bonjour timide,
    je ne suis pas une “dokette gynéco” mais sage-femme. Alors oui, j’ai des compétences communes avec un médecin gynécologue notamment le suivi gynécologique de prévention, c’est peut-être cela que tu voulais dire ?

    Cet article est écrit avec une “caution médicale” c’est à dire moi et ça sans jouer au docteur.
    Le ton ne te plait pas et c’est ton droit par contre, le fond est bel et bien sérieux et il y a un monde entre se laver et changer sa culotte de manière épisodique et se récurer au savon antibactérien 3 fois par jour. Et donc oui, faire de la sexualité quelque choses de “”"propre”"” avec tous les guillemets que je peux mettre à ce moment, est un leurre.

  8. timide says:

    non, ce n’est pas un droit, juste une opinion. c’est tout.

    à mon humble avis, on ne badine avec la santé (publique ?), qu’elle soit mentale, physique ou morale par voies réelles ou virtuelles.

    cela dit, merci bien pour le sérieux de ta réponse dont toutes lectrices saura apprécier l’intérêt et la sincérité.

    barbi(e)turixement vôtre et bien à vous

  9. timide says:

    et puis après tout, je me permets en supplément des conseils proposés dans l’article ci-dessus, d’ajouter ce lien (yagg) de vidéos qui ne sont pas des moins intéressantes au niveau de leur contenu informatif, notamment sur la détection de cancer du col de l’utérus et avec quelques propos de coraline delebarre (Kiosque Info Sida) sur la stérilité.

    complément plutôt instructif qui donne à réfléchir sur soi, ses propres pratiques de lesbianisme, ainsi que sur la place de l’autre en tant que “partenaire sexuelle” dans le cadre de relations FsF :

    http://tusaisquoi.yagg.com/2013/06/26/prevention-pour-les-lesbiennes-et-bisexuelles-le-point-sur-les-outils-et-les-ist-avec-coraline-delebarre-du-kiosque-info-sida/

  10. Noé says:

    Enfin un bon article qui informe vraiment toutes les femmes et pas seulement les “femmes entre elles” , bravo ! Mais vraiment on doit apprendre aussi aux messieurs à se laver avant et surtout pas dire que là, c’est pas sale , ça n’est pas vrai .

  11. docteur quinn says:

    Pour ma part,je trouve dommage d’écrire un article sur la santé sexuelle des lesBIEnnes sans faire la promotion des déjà nombreuses sources de prévention existante, que ce soit via “tomber la culotte”, le site des chlamydiae, la campagne tu sais quoi, ou encore santé plurielle… bref votre texte est malheureusement truffé d’approximation et bien qu’il soit ‘drôle’ il y manque vraiment une “caution scientifique”. Merci à timide de ramener des informations accessibles en ligne et mise en place par des professionnels de la prévention.

    Sources : mon cerveau, ma formation initiale, mon expérience professionnelle…. je suis la caution médicale parce que je suis sage femme!… c’est hyper narcissique et hypocrite, on ne se fait pas toute seule, je pense qu’il faut savoir rendre à César blablabla…. à moins que l’objectif soit juste de montrer sa grande richesse intellectuelle…

    Bref quand vous dites:
    Pour la sodomie, on pense donc aux petits gants en latex, noirs, blancs, roses, comme il vous plaira.
    Moi je pense plutôt aux préservatifs masculins ou féminins…j’utiliserai les gants pour un fist..
    quand vous dites MSt, je pense plutôt à IST
    Quand vous parler du HPV, les condylommes n’ont sont qu’une des expressions, d’ailleurs non oncogènes, le risque est lié aux lésions pré-cancéreuse facilité par le virus. Le frottis n’est pas un dépistage c’est un moyen de repérer les éventuelles lésions, il n’y a pas de dépistage puisque environ 80 % des femmes sont porteuses d’un package HPV (tous ne sont pas oncogène d’ailleurs)
    Si le VHC n’est pas une IST alors la mycose non plus…
    et sinon par digue buccale, vous parlez certainement de la digue dentaire?
    bref… je m’arrêtes là, simplement merci de lire quelques manuels la prochaine fois avant d’écrire votre exposé, car si votre verbiage et attrayant et frais, le fond est quant à lui branlant
    cordialement
    docteur Quinn

  12. AntiTimide says:

    @ timide

    Va lire le pelerin magazine au lieu d essayer de t’élever en jouant sur les mots, enfin c est mon humble avis !

  13. MGeeh says:

    ‘La gouine à chat’ :)

  14. Flo says:

    Effectivement docteur quinn. Le frottis est examen de dépistage permettant de reconnaître des lésions pouvant être pré cancéreuses. Seul le frottis en phase liquide peut par la suite identifier le type d’HPV présent. C’est une fausseté rajoutée par BBX non présente sur mon papier initial et qui est restée malgré ma demande de rectification.

    La mycose n’est effectivement pas classée dans les IST.

    Je n’ai fait la promotion d’aucun organisme de prévention existants car j’ai trouvé des faussetés scientifiques sur chaque site que j’ai visité. Mais il doit en exister sans erreurs, je ne les connais juste pas.

    Digue buccale/dentaire les deux expressions existent.

    Enfin, effectivement mon but est de montrer toute ma richesse intellectuelle. Je salue votre analyse si fine de ma personne.

    Flo

  15. Emma says:

    Bonsoir, je m’apprête a avoir un rapport avec ma copine. Nous sommes en couple depuis 1 mois, et n’avons jamais eu de rapport entre nous. Je suis vierge elle non, mais je vous avoue que cet article m’a un peu effrayée …
    Je suis vaccinée contre le cancer du col mais je ne me:suis jamais faite dépister, elle je ne sais pas. Quelles précautions me conseilleriez vous ? Merci d’avance ! :)

  16. Paulin says:

    Coucou, peut-être qu’en j’écris un peu tard (oui, quatre ans, bon) mais j’ai une question qui me taraude et à laquelle les gyneco ont généralement un peu de mal à répondre : je dois enfin subir une conisation apres des années d’un HPV “qui va partir tout seul ne vous inquiétez pas” mais je me demande, quelle attitude adopter par la suite au niveau des rapports ? Est-ce que je peux reprendre du service quelques jours plus tard si je me sens en forme ?
    Merci <3

Leave a Comment

*