photo 1

gouinoweb : Girls Like Magic!

Girls Like Magic est une web série de 8 épisodes diffusés en 2018 et disponible sur Youtube. C’est l’histoire de la rencontre entre Maggie (Julia Eringer) et Jamie (Shantell Yasmine Abeydeera). Maggie a suivi son compagnon depuis Londres jusqu’à Los Angeles, et sa voisine Jamie est une musicienne lesbienne qui sort d’une relation instable.

“Où il y a de l’amour, il y a de la magie”

Mignon jeu de mots, “où il y a de l’amour, il y a de la magie” annonce que la relation entre Maggie alias Magic et Jamie va osciller entre amitié et amour. Dans la vraie vie, elles sont amies. Dans la série, elles flirtent, elles vont dans des bars lesbiens, elles se confient l’une à l’autre, elles s’occupent d’un petit chien. Oui aux Etats-Unis, on est plus chien que chat. C’est la magie des grands espaces.

Une histoire d’émancipation

Magic dépend émotionnellement et financièrement de son fiancé, présenté comme un mec très centré sur lui-même. Sa relation avec Jamie l’encourage à s’affirmer, à se confronter à ses peurs et à ses insécurités. De même, Jamie grandit au contact de Magic qui l’aide à affronter ses peurs. Les péripéties de leur relation sont plutôt réalistes.

Une série inspirée de la vie de la scénariste

Julia Eringer, la scénariste, a rencontré Shantell Yasmine Abeydeera à Los Angeles. Grâce à elle, Julia a découvert l’univers lesbien et queer : drama, dildo, références à The L Word et tout ce qui fait notre culture. C’est ce qu’elle partage avec nous à travers Girls Like Magic pensée comme “une lettre d’amour à toute la communauté LGBT de Los Angeles”.
C’est d’ailleurs un projet collectif. Shantelle Yasmine, elle, s’est occupée de toute la bande originale. Son épouse était présente sur le set pour la coiffure, le maquillage et l’habillage. Soutenue par la communauté lesbienne de Los Angeles, cette websérie a aussi été filmée par le réalisateur gay de la série East Enders, Kit Williamson.

En conclusion, cette websérie n’a pas la profondeur et la complexité de séries avec des moyens plus conséquents, et c’est rafraîchissant, en plus d’être fidèle à une certaine réalité lesbienne. C’est plein de bons sentiments sans pour autant être mièvre. Je vous encourage à vous faire votre avis et à nous dire ce que vous en avez pensé !

Nota Bene : cette série n’a pas de sous-titres français sur Youtube.

 

 

Carole A. Stéphane

Encore en deuil de Lexa & Clark (The 100), chercheuse de lesbiennes/bies dans les séries, auteure du guide Les Filles ont la peau douce et dit souvent que la mémoire sert à oublier. Insta : carolea.stephane

Plus d'articles - Website

Follow Me:
Twitter

Be Sociable, Share!

Leave a Comment

*