affiche

#Female Pleasure en salle

Documentaire féministe qui sort le 1er mai 2019 en France, #Female Pleasure de Barbara Miller nous décrit le monde d’aujourd’hui à travers le parcours de cinq femmes de pays différents. On a eu le plaisir de le visionner  le mois dernier!

Dans une interview sur femina.ch, la réalisatrice suisse explique qu’à l’origine de ce film, “il y avait cette interrogation: comment les femmes du XXIe siècle, qui nous paraît si moderne et progressiste, vivent-elles leur intimité? Si on regarde l’histoire des derniers millénaires, on s’aperçoit en effet que les cultures ont très souvent diabolisé le corps féminin.” Barbara Miller nous livre sa réponse à travers ses rencontres. C’est touchant, émouvant et effrayant à la fois.

 

 

La réalisatrice a voulu montrer comment les femmes font face au sexisme : des détails du quotidien aux violences inqualifiables. Dans ce documentaire, nous entrons dans la vie de femmes qui illustrent cet état du monde. Au Japon, en Allemagne, en Inde, aux États-Unis ou encore en Grande-Bretagne, elles luttent pour elles-mêmes et pour les autres. Au travers des luttes individuelles qui nous touchent, c’est la lutte collective pour l’émancipation qui nous marque.

 

Contrairement à son titre, le plaisir n’est pas au centre des conversations. On y voit plutôt la lutte d’une artistes japonaise face aux tribunaux pour avoir imprimé et diffusé un modèle en 3D de sa vulve. On assiste au combat d’une Indienne pour promouvoir le droit à l’amour auprès de ses compatriotes. Les trois autres témoignages sont tout aussi fascinants et difficiles, toujours en prise avec la religion et la tradition. Plusieurs scènes marquent les esprits, notamment celle décrivant l’excision à de jeunes hommes de façon très graphique et pédagogique. Cette scène est suivie d’une prise de conscience salutaire et porteuse d’espoir.

 

C’est un documentaire qui nous parle de lutte positive, de reconstruction et de solidarité entre femmes, avec le soutien d’hommes concernés.

Des milliards de femmes pourraient nous raconter leur histoire et nous toucher tout autant. Mais peu osent le faire ou en ont l’opportunité. Bravo aux cinq femmes de ce documentaire qui nous font entrer dans leur intimité et leur lutte ! A voir donc.

Carole A. Stéphane

Encore en deuil de Lexa & Clark (The 100), chercheuse de lesbiennes/bies dans les séries, auteure du guide Les Filles ont la peau douce et dit souvent que la mémoire sert à oublier. Insta : carolea.stephane

Plus d'articles - Website

Follow Me:
Twitter

Be Sociable, Share!

One Comment

  1. timide says:

    Et l’opportunité d’utiliser le médium audiovisuel confirme la capacité d’empowerment chez les femmes, concept si cher à la com du site BBX.com !

Leave a Comment

*