couv

4 choses à savoir sur l’italo-disco

L’italo-disco, kesako ? T’en entends parler partout, depuis plus ou moins cinq ans, mais tu t’es jamais exprimé.e sur la chose, faute de savoir réellement de quoi on parle. L’italo-disco. Une espèce de disco à l’italienne ? A l’occasion de Barbi(e)turix x Le Balajo, dimanche, nous tenions à te donner toutes les clefs pour bien t’amuser, pour savoir comment te sapper, et pour pas passer pour une teubée. 

 

Italo kesako ?

 

T’es pas si loin. L’italo-disco naît en Italie, comme son nom l’indique si bien, sur la fin des années 70, comme un dérivé du disco traditionnel. C’est dans le milieu des années 1980 que le courant connaît ses heures de gloire, mais personne ne le nomme encore ainsi. Il est alors, un enfant du disco, une forme italienne de la new-wave anglo-saxonne et un précurseur de l’eurodance des années 1990. Ce n’est qu’en 1985 que Bernhard Mikulski, (du label allemand ZYX Music) décide de mettre un mot là où le vide empêche toute commercialisation.

Italo ça sonne como ?

 

Plutôt expérimental, plus électronique que le disco, plus coloré et plus romantique que la new wave, plus nostalgique que son alter-ego américain High Energy (sorte de disco à tempo élevé populaire dans les milieux LGBT de San Francisco), l’italo-disco c’est aussi l’heure de folie du vocoder, utilisé à toutes les sauces, et grande star des dancefloor. Niveau chanson, pas de message politique qui allait changer le monde, pas de militantisme, la voix devient instrument et on parle amour, vision du futur.

 

Italo, on se looke como ?

 

Tu l’auras compris, on te parle de l’Europe des années 1980. C’est l’arrivée du jean dans les collections de mode, les cheveux sont fixés au spray dans les airs, on s’accroche de grosses boucles d’oreilles, on sort les épaulettes, filles comme garçons, on se laisse pousser le mulet, on donne dans la chemise à motifs, on porte des vestes de l’espace, on mélange les motifs, on se fiche d’accorder les couleurs, on remonte les pantalons jusqu’aux aisselles, on adapte le lycra à n’importe quoi woaaah, qu’est ce qu’on était bien dans les années 1980 ! 

 

Et aujourd’hui quoi l’italo ?

 

L’italo, au regard des années 1980 dans leur généralité, c’est un peu le courant qui ne s’est jamais démodé. Beaucoup s’en inspirent et réinventent le style, des courants électro-clash, nu-disco, à l’horror-disco, en passant par la “wave” en général. On pensera donc à des artistes comme Matias Aguayo, Mijo, Inigo Vontier, Zombies in Miami, Cowboy Rhythmbox et l’intégralité des releases Nein Records. Le style est plus sombre, l’esthétique est toujours décalée et le ton ensoleillé.

Et pour encore plus de plaisir auditif, écoute par ici la sélection de nos djs sur Rinse Fm !
Barbi(e)turix X Balajo, dimanche 11 février au Balajo, 17h-02h.
8e avant 19h, 10e après.

Adeline

Caution musicale de la team et rédactrice en chef du mag Heeboo, Adeline est amatrice de sonorités brutes et de soirées sans façons. Elle aime : le bleu / ponctuer ses interventions de points / râler. Ses soirées à elle (et à tout le monde) : Sneaky Sneaky.

Plus d'articles

One Comment

  1. timide says:

    Adeline <3 <3 <3 !!! :-)

Leave a Comment

*