19578684_10211954167443761_909186717_o

Le What The Fuck Fest***! revient avec sa programmation electrique !

Le What The Fuck Fest***! revient pour une seconde édition au Cirque Electrique, ce samedi 1er Juillet. Rencontre avec FloZif et Marianne Chargois à l’initiative de ce festival Queer des sexualités dissidentes. Performances, films post porn, expérimentations insolites, ateliers participatifs, DJ sets… Ca s’annonce festif !

 Le What The Fuck Fest*** d’où ça vient, c’est l’initiative de qui ? 

Le festival est né en 2016, à l’initiative de floZif et de Marianne Chargois. Nous allions souvent dans différents festival Porn à l’étranger et à Paris il n’y en avait pas. L’idée est venue un soir à la fête de Clôture du Porn Film festival de Berlin : On a décidé de se lancer et de faire une édition à Paris autour des sexualités alternatives et queers. FloZif s’est occupée du festival de films gays et lesbiens pendant 10 ans à Paris puis à Marseille, elle avait aussi monté des séances Porn au cinéma Beverley. Marianne était en charge (avec Matthieu Hocqmiller) du festival Explicit à Montpellier, elle est performeuse et travailleuse du sexe: nous étions donc déjà dans le circuit toutes les deux. 

C’est la deuxième édition, on peut donc supposer que la précédente fut une réussite ?

Oui, cela a été un vrai succès ! Nous avons fait un crowdfunding qui nous a permis de faire cette première édition de 3 jours. Les personnes et amiEs nous ont tout de suite soutenuEs. Nous avons monté l’événement avec une exposition, des rencontres débats, du cinéma, des performances… dans un soucis d’ouverture et d’éclectisme autour des représentations du sexe. Le public a suivi. L’ambiance était très joyeuse, avec un intérêt particulier pour la découverte des films, des performances – toutes inédites – et il s’est créé un lien amical et festif entre spectateurs-trices. La terrasse du Cirque Electrique a permit de se libérer. C’était un espace safe et débridé comme il n’y a nul par ailleurs. On a vraiment amené un concept et une atmosphère underground, une mise en visibilité des sexualités sans complexes, un peu de Berlin à Paris! 

Qu’est ce qu’on y voit, qu’est ce qu’on y fait ?

Cette année nous faisons une journée avec un workshop de corde “Facerope”, deux séances de cinéma où nous avons privilégié les films courts arty, avec des vrai formes créatrices innovantes. Ces films viennent de tous les pays et témoignent d’une production riche et florissante. Il ne s’agit pas de “plaire” mais d’exprimer un sens des sexualités différents, une vision non-binaire, une vision des corps hybrides, dégenrés, déformés, recréés, rejoués… Les performances, les lives, ont également une place extrêmement importante dans notre programmation. La performance est beaucoup utilisée par les minorités (de corps non conformes aux idéologies dominantes, de genre, de sexualités), elles offrent des explorations scéniques radicales, des discours critiques via des mises en jeux corporels. Ce sont aussi des formes de création souvent peu onéreuses (car ce n’est un mystère pour personne que les minorités sont aussi les plus précaires économiquement) qui permettent de façon efficace de montrer que toute mise en visibilité est tissée de discours. Et ces discours politiques et esthétiques sont passionnants et donnent lieu à des formes vraiment étonnantes et innovantes. Il y a 4 performances: Anatomie de Helena Patricio, La jeune fille et la maîtresse d’AmélieP., Stigmate(s) de Stigmate et My Dirty Genitals de Marianne Chargois et Alice Terik. Et pour finir une fête avec le concert de Dyke Sbires et un DJ set de Lau & Haktion. 

La programmation se veut très variée, comment vous trouvez / travaillez avec vos artistes et intervenants ?

Nous voyons des films dans des Festivals, des réalisateurs-trices nous envoient leur créations, et nous rencontrons beaucoup de personnes engagées via nos modes de vies, réseaux militants et artistiques… L’état d’esprit du What the Fuck? Fest***! commence à être reconnu et les artistes nous font confiance. Ils/elles se lancent dans l’aventure avec nous et pour beaucoup nous soutiennent aussi en participant.  

A qui s’adresse le What The Fuck Fest***! ?

Le public visé est le plus large possible mais bien sûr ce sont surtout les personnes queers et ouvertes aux représentations alternatives du sexe qui viennent. Des personnes curieuses de découvrir des films et performances qui ne sont pas communes.  

Le festival aborde les sexualités dissidentes : Pourquoi ?

Les luttes féministes, LGBTQI et sexworker montrent depuis longtemps déjà que le sexe est politique, que les genres et les sexualités sont bien plus que de simples pratiques de plaisirs personnels. Si les marges sont invisibilisées et si souvent stigmatisées, c’est bien parce qu’elles mettent en évidence la dimension culturellement construite des normativités sociales, qui nous sont pourtant vendues comme des faits de nature par des personnes aux idées réactionnaires et conservatrices qui défendent surtout le modèle de l’hétérosexualité blanche. Les violences et inégalités en droit subies par les LGBTQI, les minorités racisées, et les travailleurSEs du sexe sont toujours extrêmement élevées. Par ailleurs, la première des violences exercée à l’encontre des minorités de genre et de sexualité est la négation de nos existences par l’invisibilisation dans l’espace public et dans les médias. Or, cette disparition du champ du visible est également une éviction du champs politique et créatif : alors oui, créer des évènements, des performances, se ré-approprier les représentations nous concernant, des rassemblements collectifs positifs et puissants est absolument cruciale et nécessaire. Il y a beaucoup d’artistes qui créent et dont le travail ne peut être vu sous couverts de leur sexualité explicite, de « protection » du public, d’auto-censure intégrée, de frilosité pour garder bonne figure par rapport aux institutions et aux sponsors, rendre visibles ces créations et leur permettre de rencontrer le public est essentiel d’où l’importance du Festival !  

Pourquoi le Cirque Électrique ?

Le Cirque Electrique est un lieu ouvert aux expériences, pas seulement de Cirque, mais de concert rock, de l’underground, du décalé. Il représente un espace urbain libre, une zone de défis, de saltimbanques, face aux lieux plus conventionnels. L’équipe est comme une troupe et on s’y retrouve accueilli chaleureusement, sans jugement, ni influence en ce qui concerne notre programmation. Le festival envahit tout le lieu: le bar, le chapiteau, la terrasse, cela devient un “village Post Porn” le temps du Festival, du jamais vu en plein Paris !

Des projets pour la suite ?

Continuer le What the Fuck? fest***! Et pourquoi pas aussi développer des ponts entre les différents festivals internationaux, organiser quelques séances pendant l’année, monter des tables rondes et débats autours des créations sexuelles et dissidentes…

Et puis faire des films Porn – floZif comme actrice/performeuse et Marianne poursuivre ses créations-performances. Sans oublier le militantisme pour l’accès aux droits des travailleurSEs du sexe !

Que diriez vous aux curieux ou aux indécis pour les amadouer ?

What the Fuck? Come!!!!

http://whatthefuckfestparis.fr/

Evénement : https://www.facebook.com/events/1313077128786312/

Leave a Comment

*