2048x1536-fit_chanteuse-songe-fait-rb-matine-dancehall-pc-music

Nos 6 coups de coeur du festival Les Femmes S’en Mêlent

Alors que se clôture tout juste une 20ème édition forte en découvertes musicales et en émotion, Barbi(e)turix dresse son Top 6 des artistes qui nous ont épaté tout au long de cette semaine !

Sönge

Impossible de passer à côté de cette jeune beatmaker aux sonorités autant R’n'B qu’électro-pop, Sônge s’affirme aujourd’hui comme une nouvelle tête prometteuse. Sa particularité ? La synesthésie. Sônge associe les sons et la vision, une sollicitation des sens qui perturbe la perception et qui dans son cas, se trouve être des plus bénéfiques artistiquement. Si la comparaison à MIA reste évidente, ce n’est pas pour se rattraper à des atomes crochus musicaux mais plutôt pour se vanter d’une chose : si Sônge apporte autant de choses que MIA à travers ses projets, c’est tout le bien qu’on lui souhaite.

Cannery Terror

Le point ultra positif lorsqu’on aime la voix de Clara Cappagli d’Agar Agar, c’est de se dire qu’elle a un side project, Cannery Terror – en compagnie de Roxane Douieb et de leurs musiciens Paul, Nicolas et Guillaume – et que celui-ci n’a rien à voir avec le reste. Ce trip musical multivitaminé mi-ricain, mi-basque (elles sont originaires de Saint-Jean-de-Luz) aux relents de garage californien n’est pas pour nous déplaire. En ramenant avec elle un peu de West Coast, on s’imprègne totalement de cet univers un peu sale qui n’est pas sans rappeler quelques films de Larry Clark (Wassup Rockers) et d’autres réminiscences avalées à grands coups de clips psyché sur MTV. On dit “oui”, encore et encore.

Pi Ja Ma

Pour les amateurs-trices de la Nouvelle Star, Pauline de Tarragon, plus connue aujourd’hui sous le pseudo de Pi Ja Ma, nous laissait disons, “pantoise” à travers ses performances télévisées. Aujourd’hui, Pi Ja Ma, c’est un projet mature et abouti où l’illustration – Pauline fait en parallèle l’école Estienne – et la musique se mêlent avec justesse. Il suffit de voir son clip “Radio Girl” pour apercevoir le potentiel de cette jeune artiste.

Vale Poher

Que ce soit en solo, en collaboration avec d’autres artistes ou encore avec sa moitié de Mensch, Carine, Vale Poher continue sa carrière musicale avec une inspiration toujours croissante au fil des années. Ce nouvel opus solitaire, Pacific Péplum est un véritable souffle musical ! Une sonorité française bien 80′s empreinte d’un spleen électro-pop, voilà ce que Vale Poher a à nous offrir. Et on l’en remercie.

Little Simz

Les entrées de scène de Little Simz sont comparables à celle d’un boxeur, prête à décocher des punchlines bien sombres plutôt que des uppercuts sanglants. La jeune anglaise, qui n’aime pas se considérer comme une rappeuse mais plus comme une artiste complète (elle produit et joue de multiples instruments) continue de s’affirmer toujours plus magistralement à chaque apparition. Que ce soit en live ou via YouTube, Little Simz s’impose !

Morgan Hammer

Morgan Hammer n’est pas une inconnue de la scène parisienne. Cette DJ qui se balade entre Bayonne et Barcelone, nous avait fait l’honneur de jouer à une Wet For Me, voilà deux ans. Nous la retrouvons aujourd’hui en DJ Set pour la clôture du festival des Femmes S’en Mêlent, une façon de voir son évolution musical ou tout simplement de prendre plaisir à apprécier ses sets. Son autre projet, She Made Monster, avec sa partenaire du crime, Yoan Lokier n’est pas non plus pour nous déplaire. Le kiff.

 

An Si

Sbire candide de BBX, An Si s'intéresse à la culture queer, porn et mainstream. Ré-invente la langue française avec ses fautes d'orthographe.

Plus d'articles

Leave a Comment

*