15873440_1398918156788126_678906703091104528_n

Contre Trump, les femmes marchent sur Washington

Aujourd’hui l’horreur prend donc forme. Aujourd’hui les Etats-Unis investissent officiellement le représentant du populisme haineux, du nihilisme, du racisme et du masculinisme triumphant. Nous voyons déjà blanchir la crête d’un vague vertigineuse qui va venir s’abattre non seulement sur les Etats-Unis, mais sur nous tou.tes, où que nous soyons.

Mais aujourd’hui s’organise aussi le Women’s March on Washington. Ce rassemblement, qui pourrait se révéler être la plus vaste réaction à l’investiture d’un président américain jusqu’ici, a émergé des protestations qui ont fleuri un peu partout depuis deux mois. La marche, inspirée bien évidemment par celle organisée par Martin Luther King en 1963, rassemble feministes et allié.es, et se veut une revendication de tout ce que menacent Trump et son administration: droits des femmes, droits LGBTQIA+, droits des immigrés, combats antiracistes, écologie, droits des travailleurs…

Elle est la preuve vivante que la résistance est encore possible, alors même que la gueule du loup semble se refermer sur nous. “Don’t mourn, organise”: le temps est l’organisation, pas au désespoir.

“Nous devrions toujours, et particulièrement quand cela nous est difficile, exercer nos droits à la parole et à la réunion, et j’emploie ici consciemment le mot exercer. Il en va des droits comme des muscles; ils s’atrophient quand on ne les utilise pas […].” (Rebecca Solnit, Storming the Gates of Paradise: Landscapes for Politics)

Ne nous y trompons pas : le pire est encore à venir. Je suis de celles qui invoquent les parallèles avec les années 30, non par goût du dramatique mais par crainte de voir les évènements des derniers mois pris à la légère, ou avec un dangereux fatalisme. Mais que cette marche soit un appel et un rappel à continuer, ou commencer, à exercer nos libertés avant qu’elles ne soient irréversiblement menacées en France et ailleurs. Un appel à nous organiser, maintenant, pour une vraie convergence de nos luttes, à faire en sorte que la fête soit révolution et non oubli, et tirer de nos forces vives les stratégies pour survivre, comme l’annonçait déjà Isabelle Stengers, à “la barbarie qui vient”.

Evènement facebook de la Marche à Washington

Marche de solidarité à Paris

 

Kit

Kit est un croisement entre ta prof de lettres préférée et un monstre sous-marin tentaculaire énervé et misandre, un animal hybride qui hante les bibliothèques et les failles spatio-temporelles.

Plus d'articles

Be Sociable, Share!

Leave a Comment

*