IMG_1037

Barbie du mois: Avalon Lewis et ses illustrations

Instagram est presque devenu un incubateur de talents. C’est d’ailleurs au détour d’un surf que j’ai eu l’occasion de découvrir les dessins d’Avalon Lewis, illustratrice et apprentie tatoueuse. Un trait délicat, un univers peuplé de créatures fantastiques et puissantes. Sorcières et chevalières croisent femmes tatouées et jeunes filles décomplexées. Des personnages qui ont un point commun : elles reprennent le pouvoir sur leur image.

Plutôt université ou Tuto youtube?

Un gros mélange des deux : mi-université mi-internet depuis aussi longtemps que je m’en souvienne. J’ai toujours fais des études artistiques et ça m’a permis d’avoir une structure, un environnement où je me sentais à ma place, où je faisais grandir ma pratique sans partir dans tous les sens, en ingérant les bases. Mais je ne vois pas comment on pourrait se contenter de ça. C’est important de se forger ses propres expériences en expérimentant au delà du cadre scolaire, je me sens d’ailleurs plus autodidacte qu’autre chose au final. Sur internet par exemple je m’autorise toujours plus de liberté que devant mes profs,  c’est mon terrain de jeu, alors que je suis très pudique vis à vis de mon travail irl ( In Real Lide, NDLR) Et ça m’a aussi permis de faire des rencontres d’une richesse incroyable. J’ai pu m’adonner au body-painting, au maquillage artistique, un peu de stylisme, pas mal de photos, quelques expos collectives… Il y a plusieurs mois j’ai commencé le tatouage, plus en tant que simple illustratrice mais en apprenant à dompter les aiguilles. C’est un challenge hyper stimulant même si je manque encore cruellement de confiance en moi. J’apprends sur le tas, en encrant petit à petit un peu plus sur d’autres peaux que la mienne. J’ai besoin d’être amenée à la pratique rapidement de toute façon, la théorie m’ennuie vite. Et ça s’applique à tous les domaines !

Chômage ou CAC 40 ?

Actuellement je suis encore étudiante donc, et c’est assez compliqué d’envisager un job régulier à coté de mes 40h de cours. J’essaie au maximum de faire vivre mon e-shop, de prendre des commandes (que ce soit pour des motifs de tatouage, de l’illustration, du logo..) C’est du bonus financier au cours du mois on va dire mais je ne le développe pas suffisamment pour que ça devienne un revenu conséquent. Il y a le manque de temps et au bout d’un moment pas l’énergie pour tout gérer. Pour l’instant ça me permet de tâter le terrain on va dire : je peux évaluer ce qui fonctionne ou pas au niveau des clients, avoir des retours. Si je me plante sur un produit les conséquences sont moindres, ça permet de me remettre en question et je tente d’autres choses. C’est aussi une manière de faire une coupure avec les projets scolaires, et cette année le diplôme qui approche. Alors effectivement c’est me rajouter du boulot mais bon j’aime bien être débordée. A terme le but serait de vivre de tout ça évidemment, en ayant conscience que ça va être certainement compliqué, je suis bien lucide à ce niveau là. On verra comme ça se passe !

Sport ou charcut’ ?

Pas complètement healthy, un peu trop débauche par moment, mais j’essaie de garder un certain équilibre et ça ne se passe pas trop mal. Même si les deux derniers mois sans sport ont été un peu durs je me dégage de nouveau du temps pour ça. C’est la seule chose qui me défoule, me détend. J’ai arrêté la viande à la fin du collège en 3ème, je ne fume pas.. Mon cas n’est pas trop dramatique je pense même si j’aime profiter.  Par contre c’est vrai que j’ai tendance à faire passer ma santé au second plan certaines fois et c’est pas génial. Il faudrait que j’apprenne à plus me reposer et à écouter mon corps, on est pas toujours très copains.

 

Chocolat ou cocaïne ?

Le sucre, et chaque essai pour me débarrasser de cette addiction, ou du moins la canaliser, est un pur échec, c’est embêtant. Ah et sinon je fais une fixette sur l’Orangina jaune en ce moment alors que ça faisait des années que j’avais arrêté les sodas, oups.

Drama ou peace&love ?

Ça m’amuse car je repense à tellement de situations où j’ai pu être une drama queen en puissance ! Heureusement qu’avec le temps on grandit et qu’on apprend à se canaliser.  Je prends beaucoup sur moi pour ne pas m’emporter trop rapidement, pour prendre les choses avec calme. Mais j’ai tendance à être trop impulsive et à m’agacer rapidement. Ça étonne toujours beaucoup de monde de me voir véritablement en colère car de 1. c’est rare et de 2. c’est réellement explosif. J’ai toujours le sourire mais derrière il y a beaucoup d’exigence, et je laisse pas trop passer les fautes. Quand je suis déçue de quelqu’un/quelque chose, impossible de revenir en arrière. On dirait que je suis une personne horrible en lisant ça non? Ah ah. Pourtant quand tout va bien je ne suis que douceur et je préfère toujours éviter les conflits.

Discothèque ou plateau tv ?

Alors, lorsque j’habitais à Paris j’avais tendance à repartir de soirée au petit matin par le premier transilien, je trainais beaucoup dans les soirées queer. Ici à  Toulouse c’est plutôt bars et apparts. Il n’y a pas les mêmes événements, pas la même énergie, mais ça me va aussi même si ça me manque quelques fois. De toute manière mes semaines sont un peu plus intenses et je peux me contenter d’un plaid et d’un énorme bol de thé avec grand plaisir.
(Mais pas trop de jours de suite tout de même hein)

 

Petits miroirs pour Sacha Kimmes

La vie idéale, c’est quoi pour toi?

Je n’ai pas à me plaindre de ce que je vis mais un quotidien où je ne me mets pas la pression continuellement déjà ce serait un petit plus. De façon mesurée c’est bien, chez moi c’est excessif. Vivre plus sainement avec moi-même et le travail, ne rien négliger ni personne. Prendre le temps autant pour les autres que pour moi, oui c’est hyper important, continuer à être si bien entourée aussi. C’est toujours une question d’équilibre de toute manière.

C’est quoi ton féminisme ?

Hum, il évolue en permanence : Il apprend, il grandit, il est attentif. Un peu timide aussi, mais qui souhaite s’exposer toujours un peu plus et un peu plus fort. Il est bienveillant, j’essaie de planter ses petites graines autour de moi dès que j’en ai l’occasion, en douceur. J’ai beaucoup appris sur Twitter à ce niveau là, et m’entoure toujours plus de personnes inspirantes (et au passage qui ont beaucoup plus de facilité que moi à poser les mots sur les problèmes qui me font cogiter). Il se construit petit à petit, et avec le recul je suis contente de mon parcours jusque là mais j’aimerais agir et revendiquer les choses un peu moins timidement. Dans mon travail aussi d’ailleurs !

Tes projets pour les mois à venir ?

Oula, dur à dire, tout peut être chamboulé si rapidement. Je prends les choses au jour le jour maintenant. Néanmoins il faut que je développe beaucoup plus le tattoo, m’attaque à la refonte de la boutique ! Les projets seule c’est sympa mais j’ai envie de rencontrer de nouvelles énergies créatrices, faire plus de collaborations, c’est toujours enrichissant. D’ailleurs j’ai rejoint le projet Fairies & Boobies il y a quelques mois et c’est un véritable plaisir d’y contribuer, ça va continuer un moment ! Je profite de cette question pour vous dire que : ma boite mail est ouverte. Si vous voulez qu’on crée des choses ensembles n’hésitez pas à m’écrire !

Ton site / magasin / blog ?

Blog
Cargocollective
Instagram
Eshop

Sarah

Sarah parle de cul et d'amour mais aussi de bouffe vegan, de genre et de féminisme. Passion vélo et gingembre addict. Nouvellement vidéaste, elle espère flooder la toile de sa vision du porno. Twitter : @sarahdevicomte

Plus d'articles

Leave a Comment

*