ian-daniel-gaycation-season-finale-as-told-to-body-image-1474579066-size_1000

Gaycation France : Ian Daniel pose les questions qui fâchent

La saison 2 de Gaycation a débarqué sur nos écrans d’ordinateur : après un épisode d’ouverture dédié à Orlando, puis un passage par l’Inde et l’Ukraine, Ian Daniel pose ses valises en France, délestée de notre tiny canadienne préférée, Ellen Page.

Avec cet épisode, nos attentes étaient grandes. Quelles problématiques LGBT l’émission allait-elle réussir à développer en quarante-quatre minutes chrono ? La complexité du rapport que la société française entretient avec l’homosexualité allait-elle être correctement traitée ? Quarante-quatre minutes c’est long quand vous regardez une mauvaise série avec des blagues lourdes mais c’est terriblement court quand il s’agit de dépeindre une communauté que vous connaissez.

L’épisode s’ouvre sur une plage gay nudiste du sud de la France, séquence sans grand intérêt, avant de s’envoler vers Paris. Ian y découvre le marais et ses habitués : des gays qui s’amusent, qui font la fête, qui s’assument. Le documentaire démarre sur un apriori positif : Paris est ouvert, le marais est un quartier “queer” depuis des décennies mais… Très vite un déséquilibre apparait. Les interrogés sont majoritairement gays, majoritairement blancs et aisés. Ils semblent vivre dans une forme d’insouciance bienheureuse, assenant qu’”il est facile d’être homo en France aujourd’hui”. Mais où sont les lesbiennes ? Les trans ? Les LGBT racisés ?

Si d’apparence, il est en effet facile d’être homo à Paris, dans le quartier privilégie du marais, le documentaire a le mérite de gratter un peu sous le vernis pour soulever différentes problématiques spécifiques à la France et à sa communauté LGBT.

Ian rencontre ainsi Emilie Jouvet afin d’évoquer la question de la PMA, et notamment le fait qu’il faille encore aller à l’étranger pour y avoir recours. Il rencontre également quelques têtes connues du milieu qui arrivent à soulever, hélas de manière anecdotique, le problème du racisme en France et au sein de la communauté LGBT. Puis il s’entretient avec des personnes trans pour qui la situation est toujours aussi précaire : la France, le pays des droits de l’Homme ignore toujours ceux des trans. Il se rend enfin dans une association en banlieue qui propose des ateliers pour parler des discriminations : il y croise des jeunes, pour beaucoup homophobes et décide de se rendre à Beaucaire, rencontrer son maire frontiste.

Bref, le documentaire brasse large. Une intention somme doute louable mais qui ne permet pas de traiter les problématiques en profondeur. S’il survole donc, Ian daniel a pourtant les mérites de poser les bases des interrogations que nous avons déjà : le vote frontiste parmi les LGBT, les immigrés de 3e génération qui vivent parqués dans des cités depuis les années 70, la transphobie du gouvernement mais aussi du milieu LGBT. Bref, il pose les bases des questionnements liés à l’intersectionnalité en France.

Le documentaire est sans doute instructif pour les personnes qui ne vivent pas en France mais il est très frustrant pour nous. Certes il pose des bases, mais j’aurais aimé qu’il appuie encore plus là où ça fait mal : racisme, sexisme et transphobie institutionnelle, discriminations au sein même de la communauté LGBT, failles juridiques autour de la parentalité…

J’aurais aussi aimé qu’il creuse davantage sur La manif pour tous et ses militants qui viennent d’un milieu bien différent des jeunes des cités interrogés, j’aurais aimé qu’il évoque aussi la lenteur du gouvernement de François Hollande à faire voter la loi du mariage pour tous mais aussi l’incapacité du parti socialiste à légaliser la PMA ou à donner de vrais droits aux personnes trans.

Parce qu’on sait que le problème en France n’est pas seulement dans les douze villes qui ont élu un maire frontiste mais partout ailleurs, dans les profondes mailles de notre pays.

Pour voir l’épisode, c’est par ici.

 

Sarah

Sarah ne parle plus trop de cul ni d'amour d'ailleurs mais ses passions demeurent : féminisme, antispécisme, santé mentale et gingembre.

Plus d'articles

Follow Me:
Facebook

Be Sociable, Share!

2 Comments

  1. Amélie says:

    comment est ce possible de regarder l’épisode si on a pas de cable qu’ils proposent ? je n’y arrive pas… Merci par avance

  2. Angie says:

    Tu peux trouver l’épisode sur Youtube !

Leave a Comment

*