1

Le coeur et le cul #14 : “Je ne ressens jamais d’amour passionnel”

Nostalgiques des courriers du coeur du magazine Girls, Barbi(e)turix propose désormais chaque semaine ses conseils avisés. Aujourd’hui, nous parlons aromantisme et relations queer platoniques avec notre lectrice Lula.

Chèr-e Arsène,

Je lis tes chroniques depuis quelques semaines et je me dis que tes conseils me seraient peut-être d’une aide précieuse. Voilà mon souci : depuis mon adolescence, j’ai enchainé les relations durables. Loin de moi les flirts et autres coups d’un soir, quand je suis intéressée par quelqu’un, je vois les choses sur le long terme et j’aime prendre mon temps pour connaitre la personne avec qui je couche.

Mais j’ai l’impression que quelque chose cloche chez moi : je ne ressens jamais cette “passion” telle que mes copines me la décrivent, cette espèce d’ivresse amoureuse qui fait que l’on respire, mange et dort pour la personne aimée. Je n’ai jamais eu de coups de foudre. Généralement, je me fais draguer et si la personne me convient, je m’engage.

Chez moi, les sentiments sont toujours très limités. Je peux être extrêmement attaché à quelqu’un mais de là à dire que je l’aime… Je ne ressens jamais cette folie inconditionnelle. Du coup je me retrouve dans une sorte de mimétisme social où je m’adapte en imitant les autres, les films etc. Je me retrouve à dire à quelqu’un que je l’aime, parce que ça fait 6 mois que l’on est ensemble, que j’aime passer du temps avec. Mais j’ai l’impression de ne pas être 100% honnête…

Je vis mes relations amoureuses d’un point de vue très rationnel : cette personne est bien pour moi parce que “telle raison”; elle m’apporte telle ou telle chose, nous avons tant de points communs etc. Finalement je suis plus dans l’analyse des points forts de ma relation que dans le sentiment.

Je ne me considèrerais pas comme aromantique, parce que j’aime les diners à deux, les ballades, l’intimité etc. Mais je ne rentre pas dans la représentation de l’amour tel qu’il est perçu de nos jours. J’ai même songé à un léger autisme…

Je culpabilise car j’ai l’impression d’être fausse avec ma copine actuelle, qui elle me couvre de déclarations d’amour… Que me conseilles-tu ? J’ai vraiment l’impression d’être un cas à part…

Lula

Bonjour Lula,

Merci pour ton message et ne t’en fait pas : tu es loin d’être un cas à part. Tout le monde ne ressent pas d’attirance romantique, et ce n’est ni une exception, ni une anomalie. Au sein même des personnes qui la ressentent, cette attirance peut s’exprimer d’un millier de façons différentes : certaines auront coup de foudre sur coup de foudre tandis que d’autres n’en feront jamais l’expérience ; certaines encore percevront en premier lieu l’attirance romantique via l’attirance physique là où d’autres auront avant tout besoin de ressentir un lien de complicité fort.

Aimer différemment ne veut pas dire aimer moins. Comme tu l’as dit, il est tout à fait possible de ressentir un attachement profond tout en rationalisant cet attachement : la valeur de la relation n’en sera pas moindre. À vrai dire, si le trope de l’amour passionnel est effectivement le récit le plus majoritairement diffusé – voir le seul – quand il en vient aux relations, cela ne veut pas dire qu’il n’existe pas une myriade d’autres combinaisons possibles.

Parmi elles, peut-être que le principe des relations queer platoniques te parlera. Ces relations peuvent comporter – ou non – les mêmes composantes qu’une relation classique (rendez-vous, flirt, baisers, intimité sexuelle, etc…) à la différence qu’elles ne se fondent ni sur un sentiment amoureux, ni sur une exclusivité sexuelle, mais plutôt sur un engagement fort et partagé qui relève habituellement plus des relations amicales. Comme elles sont décrites sur le tumblr Spectra-Fidelis : « “Si vous imaginez une relation romantique comme un dîner aux chandelles, et une relation sexuelle comme un grand lit deux places, essayez de vous représenter une relation queerplatonique comme un thé pris dans la lumière de l’après-midi et deux lits superposés reliés par un téléphone fait de deux canettes et d’un fil. Pareil, sauf que non.”

Enfin, si l’asymétrie dans votre relation te met mal à l’aise, je te conseille vraiment d’en parler avec ta copine. D’autant plus que, si tout se passe bien entre vous, cela te permettra sans doute de la rassurer. Bien sur, ce n’est jamais une étape évidente, mais plus tôt tu le feras, plus tôt ton sentiment de malhonnêteté envers elle se dissipera. Au contraire, garder un tel sentiment pour toi risquerait plutôt de vous éloigner sur le long terme…

Je te souhaite de réussir à partager tes sentiments avec ta copine et de trouver un équilibre où vous serez toutes les deux à l’aise.

Arsène

 

Illustrations : Anaïs de Sousa

Arsène M.

Rat de bibliothèque végan, Arsène dévore quand même tout ce qui est relié en queer. Iel passe beaucoup de temps à mettre du désordre dans ses mots et de l’ordre dans ses pensées.

Plus d'articles

Be Sociable, Share!

Leave a Comment

*