1

Le coeur et le cul#13 : “Elle m’a quittée et tout s’est écroulé”

Nostalgique de la rubrique sexo du magazine Girls, Barbi(e)turix propose désormais ses conseils avisés. Aujourd’hui, nous parlons rupture avec notre lectrice Alice.

Chère Barbi(e)turix,

Je vous écris aujourd’hui car je n’arrive pas à dormir, comme environ tous les soirs depuis 3 mois. Car ma copine m’a quittée il y a 3 mois. Un coup de téléphone et le monde s’est écroulé, mon monde, du moins. Je me rappelle l’avoir plutôt bien pris lorsqu’elle me l’a annoncée. Ok, ça y est, ma première rupture. J’refais partie du clan des célibataires, c’est la vie, tout le monde passe par là après tout.

Ensuite j’ai commencé à réaliser. Elle m’a quittée putain, ça y est, c’est fini je vais plus jamais la revoir, je vais plus pouvoir lui parler, je vais plus pouvoir l’embrasser, je vais plus pouvoir lui faire l’amour, je vais plus pouvoir l’aimer. C’est ça le plus dur. Ne plus pouvoir l’aimer. J’ai plus le droit, ça me ferait trop souffrir, mais est-ce qu’on a vraiment le choix ?

Les jours après la rupture, j’étais pathétique, je l’appelais tous les jours, elle répondait une fois sur quinze, j’essayais de ne pas pleurer en entendant sa voix mais ça m’était impossible.

S’il te plaît, je t’en supplie, me quitte pas, me fait pas ça, je t’en supplie (je savais que si j’en étais venue à la supplier, c’est que c’était peine perdue, j’ai essayé quand même) Malheureusement, la seule réponse à laquelle j’ai eu le droit en retour c’est “concentre-toi sur tes études plutôt, désolé je sais pas quoi te dire d’autre”, d’accord, merci du conseil.

Elle était tellement distante, ce n’était plus la même personne, comme si j’étais devenue une inconnue à ses yeux, quelqu’un sans importance. Pourtant elle m’a aimée, autant que moi je l’ai aimée, ça j’en suis sûre, je me demande bien pourquoi je lui suis si indifférente maintenant. Avant cette rupture, je minimisais totalement les conséquences que ça pouvait engendrer.

Une rupture, c’est un deuil. La personne dont je suis totalement tombée amoureuse il y a deux ans n’existe plus, elle est morte, je ne la reverrai jamais.

Je vous écris aujourd’hui car j’ai perdu quelqu’un de très cher à mes yeux il y a trois mois et que je ne sais pas comment m’en remettre. J’ai la chance d’avoir des amis formidables qui m’entourent et me permettent d’oublier quelques fois, malgré cela je me sens tellement seule, une solitude immense qui ne s’en va jamais. Je pleure souvent, la nuit, le matin, sous la douche, pendant que j’suis en train d’écrire ces lignes. Et j’ai constamment cette boule en travers de la gorge, vous savez, cette boule qu’on ne peut ni avaler, ni recracher.

Je vous écris aujourd’hui car je me demande s’il est possible de se remettre d’une rupture pareille, pour ma part, le temps n’y fait pas grand-chose, j’me sens toujours aussi seule, je suis toujours aussi triste, c’est de ma faute, j’ai toujours été sensible du genre à pleurer devant des conneries de films romantiques. Comme on dit, de l’amour à la haine il n’y a qu’un pas, et je ne suis plus sûre de savoir si je l’aime encore ou si je la déteste comme jamais on a pu détester quelqu’un dans sa vie. Je crois que je suis mitigée.

Alice.

 

Bonjour Alice,

Merci pour ton message, dans lequel je suis plus que certain que beaucoup de personnes se retrouveront. On a beau être prévenu-e, on a beau savoir, il est difficile de ne pas se retrouver complètement désemparé-e au moment de devoir affronter la réalité d’une rupture. Et effectivement, certaines sont plus dures que d’autres.

Mais je voudrais d’abord te dire une chose : tu as déjà fait un chemin énorme. Raconter sa propre rupture n’est pas le plus facile à faire, et même si c’est douloureux, cela veut dire que tu es déjà en train de prendre du recul. Tu n’es plus dans la panique des premiers jours. Alors oui, il y a le lot des larmes, de dépenser une fortune en mouchoirs, de croiser son reflet pas très flatteur aux yeux tout rouges et tout gonflés dans le miroir, d’avoir l’estomac qui se noue parfois sans même aucune raison apparente : mais tu regardes tes émotions en face et il n’y a que comme ça qu’elles finiront par s’apaiser.

Car oui, c’est possible de se remettre d’une telle rupture. Il y aura des hauts et des bas, et certains plus violents que d’autres, c’est certain. Et je ne vais pas te mentir en te disant que ça ira mieux après un bon bain chaud : tu as perdu quelqu’un de cher, tu l’as dit toi-même, et ce genre de blessure ne guérit pas en trois jours. Ça peut prendre quelques semaines comme ça peut prendre beaucoup plus longtemps. Laisse-toi ce temps, et ne te sens pas coupable de ne pas tourner la page aussi vite que tu le voudrais : il n’y a pas de durée standard de rétablissement après une blessure émotionnelle. Mais je t’assure qu’il arrivera un moment où tu te rendras compte que tu as cessé d’y penser, ne serait-ce que pour quelques instants, ou sans ressentir ce mélange désagréable de colère et de tristesse.

En attendant, il n’y a rien à faire et tout à faire à la fois : il faut continuer de vivre, et c’est sans doute le plus compliqué.

Le chemin sera cahoteux au début et la tristesse paraîtra parfois insurmontable. Ne culpabilise pas, laisse-toi le temps d’aller mal, d’être triste : ce n’est pas de ta faute et tu as le droit d’en baver, d’avoir des sentiments contradictoires et d’avoir besoin de temps pour te relever.

Tu as la chance d’avoir des ami-es présent-es pour toi : n’hésite pas à te tourner vers elleux. Que ce soit en passant du temps avec elleux ou en échangeant quelques messages si tu ne te sens pas d’humeur à sociabiliser : même si le sentiment de solitude peut-être très fort, tu es entourée, et iels pourront t’aider à t’en rappeler.

Je ne sais pas si tu l’as déjà fait, mais te débarrasser des choses qui te rappellent ton ex est aussi important, et surtout libérateur sur le long terme, même si c’est difficile. Quitte à en profiter pour changer totalement de déco. Et s’il y a des choses que tu ne veux absolument pas jeter, confie les à un ami proche, mais éloigne les de tes yeux. Supprime aussi son numéro, même si tu le connais par coeur. Et ses mails, et ses lettres. En bref : fais du vide, et laisse-toi de la place !

Je crois qu’il est aussi important de ne pas chercher à sur-rationnaliser ce que tu as vécu. De la même façon qu’il n’y a pas toujours d’explication logique à ce qui commence une relation, il n’y a pas toujours d’explication à sa fin. Nos relations, amoureuses comme amicales, nous échapperont toujours en partie : c’est ce qui rend les histoires si belles et les chutes si rudes.

Aussi frustrant et douloureux que ça puisse être, il faut parfois accepter la possibilité de ne pas comprendre « ce qui n’a pas marché ». Et que la fin d’une relation n’en fait pas un échec : tout ce que vous avez partagé de beau n’y a pas perdu ni de sa valeur ni de son importance.

Je te souhaite de prendre soin de toi tout le temps qu’il faudra jusqu’à ce que la boule de tristesse dans ta gorge disparaisse. Et elle disparaîtra.

Bien le bisou,

Arsène

illustrations : Anais de Sousa

Arsène M.

Rat de bibliothèque végan, Arsène dévore quand même tout ce qui est relié en queer. Iel passe beaucoup de temps à mettre du désordre dans ses mots et de l’ordre dans ses pensées.

Plus d'articles

Be Sociable, Share!

5 Comments

  1. Stéphanie says:

    Moi ça fera bientôt 2 ans et je confirme que ça passe, le plus dur étant de faire confiance à nouveau. En étant seule tu te découvres comme jamais auparavant. Enfin mon commentaire c’était pour féliciter Arsène car son texte est comme un gros chamallow qui fond sur le coeur et ça fait du bien…

  2. Lu says:

    Hello Alice, tout d’abord je t’envoie toute mon affection et toute la force dont tu pourrais avoir besoin. Je me suis sentie touchée par ton témoignage (sans comparer ou faire de rapprochement évidemment), m’étant fait larguer il y a deux mois. Comme Arsène, je crois qu’il n’y a pas grand chose d’autre à faire que de se laisser traverser par la tristesse et les émotions. Cependant, quelque chose m’a fait tiquer dans ton témoignage, l’impression que tu ne remontes pas la pente. Je ne connais rien d’autre que ton témoignage, mais le manque de sommeil, les nuits difficiles empêchent aussi le corps et ton esprit de guérir, et c’est un cercle vicieux terrible. Cela va sembler incongru, mais je te conseillerais… De faire du sport, sans forcément forcer, mais vraiment cela m’a aidé à mieux dormir, et à reprendre des forces. En tout cas dans un premier temps. Dans un deuxième, je voudrais aussi rappeler que tu peux en parler à ton médecin, la dépression ça peut concerner tout le monde, et la frontière avec la déprime passagère est fine. Oui on se remet tous in fine d’une rupture, mais il ne faut pas minimiser l’épreuve que tu traverses (sensible ou pas) et même si tes amis sont présents, il y a parfois une souffrance, face à laquelle tu les sens complètement paumés. Très loin de moi l’idée de pousser pousser à la ”médicalisation” et de coller le mot ”dépression” partout, mais je voilà le côté ”trois mois sans répit” de ton témoignage m’a fait tiquer là dessus.
    Encoure une fois je t’envoie une grosse grosse pensée.

  3. mag says:

    salut! Comme tu l’as dit toi même la séparation est un deuil… un deuil de l’autre, du couple, des projets…. et tout ce que tu traverses et malheureusement normal. Il peut t’aider de lire les 7 étapes du deuil amoureux : 1. Le choc 2. Le déni 3. La colère 4. La tristesse 5. La résignation
    6. L’acceptation 7. La reconstruction. Tu trouveras sur le net pas mal de choses là dessus. Cela ne fait pas avancer les choses plus vite mais cela fait se sentir moins coupables de traverser les choses et évite cette effet de panique que tu vis. tu liras aussi que ces phases ne sont pas linéaires et fluctuent d’un jour à l’autre. Toute les personnes à qui j ai conseillé cela ont trouvé que ça les aider. j’espère qu’il en sera de même pour toi. Et il faut faire une minute après l’autre… puis ça deviendra un jour après l’autre, une semaine… un mois… Bref il fut laisser le temps au temps sans tenter de comprendre le pourquoi…. bon courage!

  4. ben says:

    bonjour

    et bien moi j’ai décidé de ne plus jamais faire confiance. De toutes façons nos modes de vie et nos façons de “consommer” l’amour font que les histoires ne durent pas. Celui ou celle qui reste sur le carreau déguste, l’autre passe vite à autre chose. Et bien moi c’est terminé et je t’invite à en faire tout autant. Vis ta vie à toi, pas celle d’une autre personne. C’est toi qui compte, on ne compte pour personne en définitive. Le seul amour véritable c’est celui d’un enfant. Le reste c’est bien de l’illusion parfaite. On a autre chose à faire dans la vie qu’à subir les échecs amoureux. Alors fuis l’amour. L’amitié est bien plus forte.

Leave a Comment

*