taubira_8

On a lu « MURMURES A LA JEUNESSE » de Christiane Taubira

Essai surprise de ce début d’année 2016, rédigé en 10 jours dans le plus grand secret par l’ancienne Garde des Sceaux Christiane Taubira, « Murmures à la jeunesse », offre 94 pages de Taubira accessibles à toutes et à tous : pistes de lectures de sa bibliothèque ô combien riche, élans poétiques et prises de positions politiques marquées. Depuis sa parution, le livre caracole en tête des ventes et écrase la concurrence des auteurs politiques. Barbieturix vous en dévoile les grandes lignes.

Très attachée à la jeunesse et à la transmission depuis ses années en tant que professeur de sciences économiques, Christiane Taubira souligne qu’ « une génération peut éclairer le présent et offrir à la suivante de choisir l’épaisseur et les couleurs de son propre présent ». Elle revient tout particulièrement sur le racines du terrorisme tout en tentant d’en comprendre les causes sans en excuser l’existence. Tantôt « intelligence démoniaque », tantôt « intelligence hypnotique » , ce fléau du XXIe siècle ne doit pas faire plier la démocratie. Christiane Taubira insiste sur la difficulté de mettre des terroristes dans des cases, tout en rappelant son propre bilan, lorsque taxée de laxisme, on lui reprochait de vider les prisons françaises. Femme de précision, elle livre les chiffres clefs du terrorisme en France : 2000 dont un tiers de mineurs. On comprend mieux l’urgence de s’occuper de cette jeunesse en dérive.

« Impossible de croire ou de faire croire que nous n’avons rien à voir dans l’entropie envahissante ». La diplomatie occidentale a failli au Moyen-Orient, « 30 000 hommes tiennent en échec la communauté internationale ». Tout est dit. Comment répondre aujourd’hui ? Christiane Taubira revient sur les « instruments obsolètes » de notre démocratie : le rétablissement à la peine de mort et la déchéance de nationalité, réforme qui a précipité son départ de la Place Vendôme. Christiane Taubira revient sur la déchéance de nationalité dont le débat est actuellement en cours au Parlement dans de le cadre de l’examen du très controversé projet de loi. Selon elle, une loi complémentaire produirait du danger, en voulant protéger la Nation elle ne ferait qu’empirer la situation des familles victimes du terrorisme dont les enfants – souvent bi-nationaux – sont embrigadés par Daesh. Mesure « inefficace » qui plus est, la déchéance de nationalité a des « effets nuls en matière de dissuasion ». La France doit prendre ses responsabilités, « un pays doit être capable de se débrouiller avec ses nationaux. Que serait le monde si chaque pays expulsait ses nationaux de naissance considérés comme indésirables ? »

Christiane Taubira revient ensuite sur ce qui fait la solidité de notre République, « ce qui nous permet d’être nous » : la Constitution. « Ce que la République attend des citoyens qu’elle protège, c’est qu’ils veillent sur elle, sur les piliers qui la soutiennent, sur les principes qui la structures ». La nationalité en fait partie. Pour l’ancienne ministre « il est des choses trop inflammables pour s’en approcher sans méfiance avec deux silex à la main. L’un des silex est cette déchéance de nationalité visant des Français de naissance binationaux, l’autre est la triste et possible capacité pour la cheffe d’un juteux négoce familial d’accéder au pouvoir suprême. » Difficile de contredire ses propos lorsqu’on a frôlé de justesse le tsunami bleu marine aux dernières Régionales.

Même dans une période de doute, elle rappelle la capacité du peuple à se relever après avoir été meurtri, en donnant sa propre vision de la marche républicaine du 11 janvier. Le 13 novembre n’a pas achevé ce peuple. Il a révélé la jeunesse et même suscité des vocations si l’on s’en tient à l’afflux de candidatures pour défendre la France. « La gravité d’une question se mesure à la façon dont elle affecte la jeunesse » écrivait Pierre Mendès France, il ne tient qu’à elle, cette jeunesse dont nous faisons partie, de prendre notre destin en main.

Emmanuelle

 

Emmanuelle

Globe-trotteuse sur-diplômée touche-à-tout (nous n'avons toujours pas compris quel était son vrai métier). Un quart geek, un quart TDAH, un quart Taubira et un quart Ted Mosby ascendant Barney Stinson. Twitter : @emmanuellecamp0

Plus d'articles

One Comment

  1. timide says:

    Merci d’en faire état, cher BBX, légende vivante du web !!! :-)

    Au delà de toute typologie Gouine, la liberté de ton et de parole ne sont pas dissociables au même titre que la liberté d’expression, c’est avant tout celle de penser.

Leave a Comment

*