3

Le coeur et le cul #11 : “Je suis amoureuse de ma copine. Mais je n’arrive pas à me sortir l’autre fille de la tête”

Nostalgiques de la rubrique sexo du magazine Girls, Barbi(e)turix propose désormais ses conseils avisés. Aujourd’hui, pour notre troisième lettre, nous parlons frustration amoureuse avec notre lectrice Lola.

Chères Barbi(e)turix,

Après une grosse grosse période de célibat tout s’est accéléré cette année. Au printemps dernier, j’ai rencontré une fille qui m’a tout de suite intriguée. Elle était à Paris pour un stage avant de repartir pour sa ville natale, je ne me suis donc pas trop emballé, malgré une attirance respective très forte. On a flirté plusieurs semaines, on se voyait pour boire des verres, on sortait beaucoup… elle connaissait l’une des filles de ma bande de copines donc j’avais souvent l’occasion de la voir. Peu avant son départ, on s’est embrassé, j’ai passé une nuit blanche avec elle à parler de tout et de rien… mais nous n’avons jamais couché ensemble.

J’avoue que je n’étais pas vraiment en confiance avec elle. D’abord parce que c’est une fille assez magnétique, qui plait beaucoup. Elle est très jolie et je sais que dans sa ville, elle a une petite réputation de Don Juan. Après son départ, on a continué à s’écrire (beaucoup) par texto ou sur facebook. Elle me tannait pour que je vienne la voir… Je n’ai jamais cédé. Je crois que j’avais peur de me faire avoir, de n’être qu’une idylle de plus.

A la rentrée, j’ai fait la connaissance, un peu par hasard, d’une fille. Super feeling, même humour, mêmes intérêts, je me sens immédiatement bien avec elle. Delà, on se met très rapidement en couple. Je rencontre ses parents, on part en vacances ensemble, je tombe amoureuse très très vite. Toutes mes amies me disent qu’elle est géniale, qu’on fait un super couple. C’est vrai que c’est un amour, elle est pleine d’attentions, me chouchoute, me trouve merveilleuse etc.

Je sais que vous voyiez ou je veux en venir. Je suis amoureuse de ma copine. Mais je n’arrive pas à me sortir l’autre de la tête. Je précise que j’ai totalement couper les ponts avec elle, mais j’ai vu il y a peu qu’elle cherchait du travail à Paris et j’ai peur de craquer si jamais elle revient. Comme nous ne sommes jamais allées plus loin que le flirt, j’ai l’ impression que l’histoire s’est finie avant même de commencer. C’est plus fort que moi je pense à elle très souvent. Pourtant je sais que rationnellement, ma copine m’apporte tout ce qu’on peut attendre d’une relation de couple. Pourquoi je me sens si frustrée alors ?

 

Bonjour Lola,
Merci pour ton message. Admettre ses contradictions quand il en vient aux sentiments n’est pas souvent une partie de plaisir, mais c’est un premier pas nécessaire pour pouvoir être honnête envers soi comme envers les autres. On est rarement infaillibles telles qu’on voudrait l’être, et quand le cœur s’y met aussi, c’est une histoire sans fin !
L’idée générale quand il en vient à l’amour, c’est qu’on ne pourrait aimer « vraiment » qu’une seule personne. Je ne suis pas de cet avis.
Premièrement, parce que l’amour n’est pas une denrée rare dont il n’y aurait que des stocks disponibles limités. Les amitiés nous le prouvent, le polyamour aussi : aimer une nouvelle personne ne signifie pas en aimer moins les autres. Attention, je ne te conseille pas de devenir super pote avec cette fille qui te plait, ni d’ouvrir ta relation actuelle pour l’y intégrer. À te lire, ce n’est pas vraiment au goût du jour, et c’est tout à fait acceptable. C’est surtout pour te dire de ne pas culpabiliser pour les sentiments que tu éprouves pour cette autre personne.
Deuxièmement, parce que, comme tu le notes, il est plutôt difficile de parvenir à rationaliser ses sentiments. On peut en parler, les accepter, composer avec, mais essayer de les faire entièrement tomber sous la coupe de la logique donne à peu près les mêmes résultats que quand un enfant essaye de construire une tour en empilant des Legos les uns sur les autres : au début ça tient bien, puis ça commence à tanguer, et à la fin il y a tout les chances que ça lui retombe dessus.
Faire sortir de son cœur et de sa tête une relation qui a été intense n’est pas aisé. Encore moins quand celle-ci ne s’est pas terminée par une rupture abrupte : on peut vite avoir l’impression d’avoir raté le coche, de ne pas avoir tenté sa chance. Mais en même temps, quelle serait la valeur des sentiments si on pouvait simplement les effacer en soufflant dessus ?
Je pense que la meilleure attitude à adopter serait d’être honnête avec toi-même et, plus délicat sans doute mais d’autant plus nécessaire, avec ta copine.
Mettre des mots sur tes sentiments, et les partager, permettra sans doute de dédramatiser la situation. Au contraire, faire de ton attirance un secret impossible à partager ne fera que renforcer son caractère frustrant et obsédant.  Ta copine sera sans doute inquiète, et c’est normal. Mais si l’amour pour quelqu’un d’autre n’enlève rien, en soi, à votre relation, le fait de garder pour toi le fait qu’une personne t’obsède (d’autant plus si vous êtes amenées à vous recroiser) risque bien de t’éloigner de ta copine au fil du temps.

Arsène M.

Rat de bibliothèque végan, Arsène dévore quand même tout ce qui est relié en queer. Iel passe beaucoup de temps à mettre du désordre dans ses mots et de l’ordre dans ses pensées.

Plus d'articles

Be Sociable, Share!

One Comment

  1. Léa B says:

    Merci pour ce témoignage et cette réponse constructive encore une fois ! Je suis quasiment dans la meme situation … Cela fait du bien de ne pas se sentir seule !

Leave a Comment

*