971569d3da06b4588126ebf9f49eeba7

STAR WARS : #WheresRey ?

Le mois dernier les geeks du monde entier se réjouissaient de la sortie du nouveau Star Wars dans les salles : l’occasion rêvée pour l’industrie du jouet de lancer de nouveaux produits à effigie des personnages du film, en pleines fêtes de fin d’année. Pourtant, l’image de Rey, la jeune héroïne de la saga ne figure nulle part parmi les joujoux. Quelles sont les raisons de cette absence ?

Nous avons maintenant l’habitude de pouvoir compter sur l’industrie du jouet pour pérenniser les stéréotypes des différences entre les filles et les garçons : au petit garçon le camion, le ballon de foot, les Légos, les sets de chimie ; à la petite fille, la machine à coudre, la cuisine miniature et la barbie. Un rayon de jouets bleus, l’autre rose. Simple.

Les raisons de cette différenciation si marquée ? Les créateurs et vendeurs de jouets se sont rendus compte qu’ils vendaient tout simplement le double de jouets en commercialisant certains objets uniquement pour les filles et d’autres uniquement pour les garçons : impensable que la fille aînée laisse son vélo rose à son petit frère quelques années après, papa et maman devront en racheter un autre.

Cette distinction voulue est pourtant plus récente que l’on pourrait le croire. Elizabeth Sweet, Professeur de Sociologie à l’Université de Californie et spécialiste de la différenciation genrée dans le design et marketing des jouets, faisait remarquer que les catalogues des années 70s listaient des jouets moins ciblés à un seul sexe. Au contraire, ceux des années 90s montraient des jouets aussi spécifiques pour des filles ou des garçons que ceux des années 30s ou 50s, dévoilant ainsi une industrie volontairement déconnectée des avancées en matière d’égalité entre les sexes.

Quand LucasFilm et Disney sortent leur nouvelle production en 2016, avec en tête d’affiche une jeune jedi en puissance, on s’attendrait logiquement à retrouver le personnage féminin en vedette de la plupart des produits dérivés. Néanmoins, Rey n’apparaît pas dans le Monopoly Star Wars, elle n’apparaît pas non plus aux côtés du Millenium Falcon (qu’elle pilote pourtant dans le film!). Une décision dégueulasse et arriérée du lobby de l’industrie du jouet ? Peut-être, mais pas uniquement.

Si Hasbro, comme d’autres marques, se sont cachés derrière l’argument que l’inclusion du personnage féminin révélerait des détails clés de l’intrigue du film avant la sortie de celui-ci, un représentant anonyme de la marque fait remonter la décision à LucasFilm et Disney.

Disney aurait mis le paquet sur la commercialisation de figurines du nouveau anti-héros, Kylo Ren, en pensant que les nouveaux spectateurs de la saga porteraient leur prédilection sur lui. C’est pourtant à Rey que s’identifient la plupart des fans, filles et garçons, qui sont alors privés de jouer avec l’image de leur héroïne.

Il semblerait qu’à force de nous gaver de stéréotypes genrés, de nous répéter inlassablement que les films d’action ou de science-fiction n’intéressent pas les filles (trop occupées à jouer à la dînette, sûrement), Disney et l’industrie du jouet aient fini par gober leurs propres clichés.

Ana

Rousse des tropiques partageant un amour impérieux pour la peinture, les films de science-fiction et les voyages dans l'espace. Collectionneuse de gifs et d'images belles trouvées.

Plus d'articles

One Comment

  1. Mona-Lena says:

    Totalement intégralement d’accord. Je trouve l’absence de ce personnage dans le pannel des produits dérivés totalement scandaleuse.

Leave a Comment

*