4

Le coeur et le cul #9 : “Je sors avec un garçon mais je fantasme sur des femmes”

Nostalgiques de la rubrique sexo du magazine Girls, Barbi(e)turix propose désormais ses conseils avisés. Aujourd’hui, pour notre neuvième lettre, nous parlons fluidité sexuelle et fantasmes avec notre lectrice Tiphaine.

Chères Barbi(e)turix,

Je vous écris car votre site est dans mes favoris, que j’ai arpenté de nombreuses Wet for me, que mes fantasmes sont à 80% féminins. Pourtant je sors avec… Un garçon, depuis plusieurs années. Il s’agit de ma première relation sérieuse. Étrangement, c’est maintenant que je suis au sein de cette relation, qu’opère une sorte de “coming out” intérieur en moi. Je me rends compte que par soucis d’apparaître comme “normale” (et très soucieuse du regard des autres), j’ai réprimé justement cette part de fantasmes féminins présents et ces doutes depuis très longtemps. Ma relation se passe très bien, et c’est horrible à dire – je vous l’accorde-, mais elle m’a “rassurée” sur le fait que j’aimais les garçons. Sexuellement et émotionnellement tout se passe bien. Et je commence même à avoir des fantasmes sexuels mettant en présence l’espèce masculine. Qu’est-ce qu’elle vient nous faire chier, alors, cette connasse ? Et bien en fait, j’en plaisante d’ailleurs avec mon copain, j’ai été “surprise” de me découvrir aimant un garçon, et aimant le sexe avec un garçon. Surprise de me découvrir hétéro, quoi.

Aujourd’hui, voici les questions que je me pose donc et sur lesquels j’aimerais avoir votre avis.

- Est-ce qu’avoir beaucoup de fantasmes sexuels mettant en scène des femmes, fréquenter les milieux lesbiens et avoir comme site préféré Barbi(e)turix signifie que je suis bisexuelle ? Est-ce qu’il faut que j’arrête d’emmerder le monde avec ma potentielle bi-sexualité ou est-ce que ça a un sens de s’interroger ?

- Est-ce qu’il faut que j’”essaye” en couchant avec une fille ? Ce terme me parait toujours un peu bizarre : pourquoi un rapport sexuel serait forcément significatif ? J’ai eu des premiers rapports catastrophiques avec des mecs, d’autres très appréciables. Je vous laisse m’éclairer sur ce point !

En fait, à l’heure actuelle, il me semble naïvement possible que je puisse rester toute la vie avec mon copain actuel. Mais si ce n’était pas le cas, j’aimerais qu’à ma prochaine étape de célibat je puisse vraiment sortir avec une fille ou un garçon sans me mettre de barrière intérieure. Est-ce que vous pensez que je suis hétéro mais simplement attirée par la culture féminine et qu’il ne faut pas que “je force les choses” si je puis dire, ou même me laisser travailler par la question ? Est-ce que ça a un sens de se dire “bisexuelle” si, à part avoir cristallisé sur quelques filles et embrasser quelques-unes d’elles, on n’est jamais sortie avec une fille? Est-ce que j’ai juste peur du conformisme et besoin d’un supplément d’identité sexuelle? Est-ce que je mets la charrue avant les bœufs, au sens ou rien ne presse et “je verrais bien” ? Est-ce que j’ai juste, comme sans doute beaucoup de gens, des attirances sexuelles qui se rangent difficilement dans une seule grosse boîte fermée à double tour ?

Beaucoup de questions, désolée ! Si vous y voyez clair…”

TIPHAINE C.

Chère Tiphaine,

Tout d’abord, je voudrais te remercier chaleureusement et au nom de l’équipe pour l’intérêt que tu nous portes, il est toujours bon de savoir que nous avons un public varié!

Plus sérieusement, les questions que tu te poses touchent au champ immensément vaste et éminemment complexe de l’identité sexuelle, qui ne se laisse pas toujours ranger proprement dans trois petites catégories bien distinctes, ou définir une bonne fois pour toutes pour les restant d’une vie. Il n’y a en soi rien d’anormal à avoir des fantasmes hétéro- aussi bien qu’homosexuels, et il n’est pas étonnant que ta première relation avec un garçon te rassure suffisamment pour te désinhiber sexuellement, émotionnellement et socialement. Explorer son identité sexuelle n’est pas une chose facile, surtout au début, et il n’y a pas de honte à avouer qu’à un moment donné, ça t’a un peu rassurée de voir que tu aimais aussi les garçons. Nous vivons encore dans une société qui rend malheureusement la vie difficile aux identités sexuelles non-conformes, et c’est une bonne chose pour toi que tu en sois arrivée à un moment de stabilité et de confiance suffisantes pour te poser ces questions.

En ce qui concerne le potentiel d’appropriation d’une identité sexuelle perçue comme cool ou transgressive – que tu me sembles bien sentir, ce qui es tout à ton honneur – je pense qu’il faut que tu te poses deux questions: est-ce que ton rapport à la bisexualité est fétichisant (exclusivement sexuel, cliché, réduisant les personnes que tu rencontres à leur seule sexualité), et est-ce que tu envisagerais véritablement une relation avec une femme, avec tout ce que ça inclut de difficultés sociales et politiques au quotidien? Si tu peux répondre par la négative à la première question, et par la positive à la seconde (et j’ai bien l’impression que c’est ton cas), il n’y a pas en soi de problème. Mais si jamais ce n’était pas le cas, il faudrait peut-être réfléchir à nouveau à pourquoi la bisexualité est aussi attirante : est-ce un simple accessoire social, une expérience transgressive, un fantasme sexuel..?

Enfin, tu demandes si il faudrait que tu “essayes” avec une fille, pour savoir. Ce n’est pas une chose que je te conseillerais nécessairement, même si il est possible d’avoir des épiphanies sexuelles en embrassant ou en couchant avec quelqu’un. Tu me sembles avoir suffisamment mûri la question pour ne pas avoir besoin d’un tel moment déclencheur pour y voir plus clair. Et il n’y a pas de certificat de bisexualité décerné par une commission après preuve irréfutable d’au moins un rapport avec chaque sexe (enfin, d’après ce que je sais, mais je me trompe peut-être!); tu pourrais ne pas avoir touché une seule femme du bout du petit doigt de toute ta vie et te ressentir quand même comme bisexuelle, et tu n’as rien à prouver à personne. Presque personne n’hésiterait à clamer son identité hétérosexuelle même avant d’avoir couché avec qui que ce soit, il n’y a pas de raison que ça soit différent dans le cas de la bisexualité. Ceci dit, si tu es en couple libre (ou potentiellement libre), que tu rencontres une fille qui te plaît pleinement et spontanément et que celle-ci est au courant de ta situation conjugale et d’accord pour un coup d’un soir : fonce! Et, bien évidemment, les Wet for Me t’accueilleront les bras grand ouverts si jamais tu devais te retrouver à nouveau célibataire et prête à vivre pleinement ta bisexualité…

Je te souhaite de continuer à explorer ton identité sexuelle avec bonheur et sérénité. Et continue à nous lire, nous sommes là pour toutes les filles, où qu’elles se placent sur le spectre LGBTQI++!

 

illustrations : Anais de Sousa

Kit

Kit est un croisement entre ta prof de lettres préférée et un monstre sous-marin tentaculaire énervé et misandre, un animal hybride qui hante les bibliothèques et les failles spatio-temporelles.

Plus d'articles

10 Comments

  1. Fruity says:

    Votre réponse est brillante, tout simplement brillante.
    J’aime vous lire Barbieturix parce que d’une part, vous dénoncez la catégorisation sexuelle intelligemment et d’autre part, parce que vous permettez d’entrevoir, au travers de ces courriers du coeur par exemple, les douloureuses conséquences qu’ont ces étiquetages.
    Ce qui reste vertigineux c’est de voir de quelle manière, même un fantasme peut-être culpabilisant. Or la vie fantasmatique est, il faut le rappeler, le moteur de notre vie psychique : plus elle est censurée, critiquée ou bafouée par des injonctions sociales ou externes, plus elle risque de nous torturer : ” N’ayez crainte de vos fantasmes, libérez les et écoutez les. Jamais un fantasme ne peut être conformiste !”.

  2. Artemisia.g says:

    J’aime beaucoup les illustrations d’Anaïs de Sousa :) En revanche, ça me frappe quasiment à chaque fois: j’ai l’impression que les personnages figurés sont systématiquement blancs… ça me renvoie au fait que, sans avoir aucune information sur la personne qui écrit au courrier du coeur et du cul, on présume souvent qu’elle est blanche.

  3. Artemisia.g says:

    Je crois que je n’ai vu qu’une seule meuf noire illustrant cette rubrique parmi une multitude de personnes blanches.

  4. Salut Artemisia.g,
    Merci de me le faire remarquer, c’est vrais que je n’y pense pas forcément, et parfois j’y pense et j’ai peur que mes dessins soit un peu maladroits ou caricaturaux, mais je vais essayer d’être plus attentive à ça à l’avenir.
    Voilà, encore une fois merci pour la remarque et sincèrement désolée si le manque de diversité à pu blesser certaines lectrices, je vais corriger ce problème.

    Bonne soirée à toi !

  5. Soo-shee says:

    Je rejoins Artemisia.g sur cette observation.

  6. Sushifrenchie says:

    Et quid des asiatiques?!!!!!!

  7. Sushifrenchie says:

    Bon je plaisante Artemisia. Je comprend, quand on vient sur ce genre de site ça fait du bien de pouvoir s’identifier. Moi je me sens noire mais tout le monde s’en fout parce-que je suis asiat à l’extérieur !

  8. Cha says:

    Votre réponse me laisse perplexe: “est-ce que ton rapport à la bisexualité est fétichisant (exclusivement sexuel, cliché, réduisant les personnes que tu rencontres à leur seule sexualité), et est-ce que tu envisagerais véritablement une relation avec une femme, avec tout ce que ça inclut de difficultés sociales et politiques au quotidien?”
    Perso, je suis en couple depuis des années avec mon amoureux, et j’ai des relations avec des femmes par ailleurs. Elles sont tendres, érotiques, amicales, sexuelles (sans pour autant être “fétichisantes”, pour reprendre votre néologisme). Non, aujourd’hui, je me vois pas être en couple avec une femme. Point de difficultés sociales infranchissable en la matière, juste une question de désir…
    Heureuse de vous lire, mais le conformisme n’est pas toujours là où on le croit.

  9. Pliutre says:

    Message à l’attention de Anaïs de Sousa. Franchement je vous lis depuis quelques mois et je vous trouve mesurées et toujours dans la main tendue dans vos articles, et je voulais te dire que personnellement je trouvais ton style très bien comme il l’était. Là, avec le commentaire de Artemisia, j’ai l’impression d’assister à une remise dans le rang d’une femme par une autre plus autoritaire, surtout qu’elle ne te laisse pas le choix en utilisant le pathos, en sous-entendant que tu l’as atteint personnellement (c’est un peu du chantage quoi)… Moi-même j’ai des origines étrangères et je m’en fiche bien de ne pas voir des personnes de couleur dans tes dessins, justement vous avez votre propre style, il suit votre instinct et c’est justement beaucoup mieux (comme tout le reste sur Barbieturix) que toutes les tartines de moraline qu’on retrouve sur les autres sites pour filles. Donc voilà Anais, reste comme tu es, ne change rien à ton style, si de toi-même tu as choisi de dessiner ainsi c’est que ça te correspondait, et personne ici n’est assez qualifié pour te dire de quelle façon tu dois colorier tes personnages. Je t’embrasse toi et toute l’équipe de Barbieturix :)

Leave a Comment

*