8072740_orig

Girls by Girls : culottes en coton, copines et couleurs pastels

C’est le produit de notre génération des Internets, des smartphones et de la diffusion gigantesque des talents autour du monde. Une rencontre via Instagram entre Seattle et Londres. Entre deux jeunes femmes photographes qui ont décidé de créer ensemble, malgré les milliers de kilomètres qui les séparent. Ashley Armitage et Ophélie Rondeau ont lancé depuis quelques jours la plateforme Girls by Girls, un site Internet qui a pour vocation de mettre en avant des femmes photographes qui mettent en scène d’autres femmes. Mais différemment. Explications.


crédit photo : Samera Paz 

Comme nombre de femmes photographes, Ashley Armitage ne supportait plus la représentation que donnaient médias et podiums des corps féminins. Après avoir été déçue par la production cinématographique dont elle souhaitait faire son métier, elle se lance dans la photographie, un art qu’elle peut enfin pratiquer seule. Plus tard, elle est contactée via son compte Instagram, par Ophélie Rondeau, autre jeune photographe londonienne.

” I’m trying to show real girls with real bodies and real imperfections. All we ever see in the media is a thin, white, tall, cis, straight woman. We need more diverse representations. I want every single girl to open up a magazine or turn on the TV and see themselves represented.” Confie Ashley Armitage au site américain i-D.

Après de fructueux échanges entre Londres et Seattle, les deux femmes créent enfin Girls By Girls, une plateforme sur laquelle elles publient leurs propres portfolios de corps féminins. Mais elles invitent également d’autres femmes photographes du monde entier à contribuer au site ! Evidemment, il leur sera demandé de présenter un véritable travail sur les femmes, leurs corps, leurs regards.

Les clichés d’Ashley Armitage et d’Ophélie Rondeau montrent des corps, évidemment différents de ceux que nous voyons au quotidien, que ce soit dans la publicité ou sur les podiums, mais aussi un style beaucoup plus moderne, électrique et vivant !

Sur Girls By Girls, on retrouve des séries à l’esthétique moderne, poudrée, filtrée. On pense nécessairement à Sofia Coppola mais aussi aux clips californiens et aux campagnes de pubs American Apparel. Les filles portent leurs propres vêtements offrant de véritables looks de rue, bricolés, excentriques et colorés. On retrouve l’énergie des années 2010 avec une jeunesse multicréative, touche à tout qui récupère son inspiration dans toutes les époques, tous les médias, une jeunesse fouineuse qui assume son crane rasé peroxydé, sa salopette en velours jaune, ses plateform shoes et sa surcharge de bling autour du cou.

La dizaine de séries présentée est un extraordinaire moodboard avec sa palette de gueules inspirantes, de looks à la MIA et de tatouages bien placés. Ce sont aussi des corps que l’on connait dans l’intimité mais que l’on ne voit jamais affichés. Ce sont les plis de peau sous la courbe des mouvements, c’est une culotte qui rentre un peu dans les fesses, ce sont les rougeurs de l’émotion ou les bleus d’une chute que l’on a pas maquillés. Ce sont de véritables instants qu’elles captent, bien que mis en scène, le travail de la lumière et les regards qui traversent l’objectif dessinent de belles émotions.

Les 90′s natives sont cette génération qui aspire à un renouveau, une différence, une certaine sophistication vestimentaire, au croisement des genres et se saisit de tous les moyens à sa portée pour construire de nouvelles visions.

D’ailleurs, elles ne demandent qu’à recevoir de nouvelles contributions… Et c’est par là ! 

Angie

Caution bisexuelle de BBX, Angie écrit sur le cinéma et les arts. Mais en vrai, elle aime surtout les paillettes et les sequins dorés. Twitter : @angelinaguiboud

Plus d'articles

4 Comments

  1. Artemisia.g says:

    Dans la sélection de photos qui illustrent cet article je ne vois pas du tout le différence avec les corps normés de d’habitude. Je vais voir le site Girls by Girls… et c’est la même chose. Où sont-ils ces “corps que l’on connait dans l’intimité mais que l’on ne voit jamais affichés”? Là je ne vois que des petites meufs jeunes, minces et blanches correspondant aux normes en vigueur, juste lookées 90s natives. En gros, si c’est pour se contenter de montrer “les plis de peau sous la courbe des mouvements”, “une culotte qui rentre un peu dans les fesses”, ou “les bleus d’une chute” pas la peine de vendre le truc comme un projet qui va ENFIN montrer TOUTES nos corporéités. Gilrs by Girls, c’est juste une esthétique photographique un peu moins lissée et photoshopée qui correspond au goût du jour, mais l’idéologie derrière, bah c’est toujours la même!

  2. Ella says:

    Je suis d’accord avec Artemisia.g : ce projet montre tout de ces filles, mais en vrai, c’est parce qu’il n’y a rien dans le corps de ces filles que la société actuelle voudrait cacher. Elles n’ont rien de ce qui est aujourd’hui jugé disgracieux ou anormal. La diversité des corps et de la beauté féminine, tant du point de vue des couleurs que de la morphologie n’y est absolument pas représentée. C’est dommage, le projet avait, en théorie, un beau potentiel.

  3. Kevin says:

    Mais si, regardez: la dernière ne s’est pas épilée sous les bras! C’est hardcore, non! Non? Ah pardon…

  4. GF says:

    Alors pourquoi ne pas tenter de proposer de tels clichés, histoire d’alimenter et diversifier le projet ? =D

Leave a Comment

*