HawthorneBridgePortland

Voyage : Une lesbienne à Portland

Pendant trois mois, ma copine et moi avons parcouru une partie des USA. Le 10 octobre, je quittais New York et atterrissais à Portland. Portland, la ville des artistes queer, des fauché.e.s, des auto entrepreneurs/euses écolos, des tatoueurs/euses vegans, des stripteaseuses super douées et des cyclistes.

On ne va pas à Portland comme on va à NYC. Dans ce petit coin de l’Oregon, la vie est particulièrement tranquille. Le temps semble s’écouler plus lentement. Il n’a ni monuments touristiques, ni lieux immanquables, mais la ville entière mérite notre attention. Portland est une ville où il fait bon vivre, et encore mieux à vélo. 510 km de pistes cyclables, pratique quand on sait que de nombreux habitants sont assez fauchés.

Mais Portland est une ville riche, pas en emplois certes, mais riche de ses habitants. C’est peut-être la ville la plus queer que j’ai jamais eu l’occasion de visiter. Aucune fille n’a l’air hétéro, tout le monde a une tête d’écolo hippie et sent bon l’odeur du magasin bio. Je force le trait mais je ne suis pas loin de la réalité. L’artisanat y est très local et les artistes, nombreux. C’est d’ailleurs à Portland que vit la dessinatrice Erika Moen.
Si Portland est une ville qu’on ne visite pas vraiment, il y a par contre beaucoup à faire. Vous pouvez commencer par aller faire un tour au centre féministe de la ville In other words. C’est le meilleur endroit pour connaître tous les événements pour les femmes et les queer, acheter un livre de coloriage féministe badass ou feuilleter le magazine féministe local Bitch. Vous pouvez vous inscrire à toutes sortes d’ateliers ou juste vous installer pour lire sur place. Vous passerez ensuite au sexshop pour femmes She bop, parfait pour s’offrir un aspirateur de clitoris (je ne plaisante pas). Les vendeurs/ euses sont vraiment adorables, et ont l’air plus sincères que de très bons commerçants.
Si vous avez un peu de budget, vous pouvez dormir à “The Heathman Hotel”, l’hôtel hanté de Portland? Un free walking tour vous révélera tous les secrets de la ville : le guide vous racontera avec énergie pourquoi il y autant de fontaines à eau dans la ville et vous expliquera que l’artiste de la célèbre statut Portlandia a interdit de diffuser des photos de son œuvre dans un but commercial.
Pour manger, vous avez l’embarras du choix avec les 500 food trucks que propose la ville, vous pouvez même participer à un concours qui consiste à manger dans le plus de food trucks possibles en quatre heures afin de gagner un abonnement d’un an au réseau. Sacrés américains!
Sinon, vous pouvez aussi tester le Voodoo Daughnut pour le quatre heures, plus pour la décoration que pour la gastronomie ! Prenez ensuite un café dans un Stumptown Coffee et demandez un latte art ! Petit conseil : si l’envie vous prend de bien manger, allez tester le Harlow et le Prassad café !
Pour digérer tout ça, vous pourrez passer des heures dans la plus grande chaine de librairie du monde: Powell. Vous ressortirez sans doute avec des chaussettes imprimées Renard plutôt que des livres… Faites un tour au musée d’art de Portland mais surtout au Musée contemporain d’art craft: des expos féministes temporaires comme celle d’ Alien She sont régulièrement présentées.
Si vous n’êtes pas fatiguée, vous pouvez faire un tour en trottinette et visiter les lieux préférés d’une lesbienne du coin. Eh oui, Portland a un tel taux de chômage que c’est devenu le meilleur endroit pour créer sa propre activité.
Enfin, pour la soirée et après avoir vu l’un des plus beaux couchers de soleil de votre vie, vous aurez l’embarras du choix entre les strip clubs (pas glauques du tout) de la ville. Il y a même un strip club vegan. Comme dans de nombreuses autres villes des USA, il n’existe plus de bar spécifiquement lesbien à Portland mais les lesbiennes et bies boivent et se rencontrent dans de nombreux endroits : le Crush est sans doute le meilleur puisqu’y sont organisées des soirées queer et lesbiennes. Le Florida Room organise quand à lui des combats de lutte entre meufs, oui oui.
Si la ville finit par vous ennuyer et que vous avez envie d’être à poil dans la nature, louez une voiture et courrez aux Bagby Hot Springs: vous pourrez vous baigner dans les sources d’eau chaude en pleine montagne et fumer de l’herbe dans des petites pipes (le cannabis y est devenu légal cet octobre). A Portland, tout le monde utilisent ces pipes et les plus puristes vous feront la grimace quand vous leur direz qu’en France, on coupe avec du tabac.
Si vous n’avez pas le courage de faire la petite randonnée qui mène aux sources chaudes dans les montagnes, vous pouvez aller dans un spa coopératif où le maillot de bain est en option (enfin du naturisme aux USA!). Il y a deux soirées uniquement réservées aux femmes et une réservée aux personnes trans et queer. Tout est fait pour que vous vous sentiez safe ! Vous pourrez ainsi profiter du sauna et du jacuzzi nue en regardant les étoiles. Ça ne vous coûtera que 10 dollars ( sauf si vous ressortez avec un déo et des savons fait main locaux ) !

Portland est la première ville écolo des USA, elle recycle 67% de ses déchets! Il y fait bon vivre et les gens y sont adorables, elle concentre une énorme communauté de queers, de féministes et d’écolos vegans mais… elle est aussi réputée être la ville la plus raciste des Etats-Unis (et clairement la plus blanche). Sans doute là le coeur du paradoxe américain.

Pour visiter la ville de Portland, le guide de Britney m’a bien aidée !

Sarah

Sarah ne parle plus trop de cul ni d'amour d'ailleurs mais ses passions demeurent : féminisme, antispécisme, santé mentale et gingembre.

Plus d'articles

Follow Me:
Facebook

Be Sociable, Share!

Leave a Comment

*