Out in the night

CINEFFABLE : la sélection BBX

Cineffable, le Festival International du Film Lesbien et Féministe de Paris ouvre ses portes jeudi 29 octobre prochain à l’Espace Reuilly dans le 12e pour sa 27e édition. L’occasion pour la team BBX de se pencher sur ses coups de cœur de l’édition. FOCUS.

Angie ira voir The Foxy Merkins de Madeleine Olnek

Après avoir été primée au festival de Sundance en 2011 grâce à son premier film, Codependent Lesbian Space Aliens Seeks Same, (on a fait au plus court), la scénariste et réalisatrice new-yorkaise, Madeleine Olnek revient avec son second opus, The Foxy Merkins soit le film ayant le plus petit budget du festival de Sundance 2014 -pour le prix de « l’esprit d’indépendance ». Margaret, interprétée par Lisa Haas, débarque à New-York afin d’exercer le métier d’escort-girl lesbienne. Novice dans ce milieu, elle va être prise en main par Jo, hétérosexuelle, jouée par Jackie Monahan, qui possède déjà une solide carrière. La jeune apprentie va alors voir se succéder entre ses mains une palette de clientes lesbiennes assumées ou non : bourgeoises, républicaines chevronnées, fétichistes ou amoureuses, en même temps que nait entre les deux femmes, une solide amitié et sororité qui vont bouleverser leurs vies. Comédie délirante et absurde, à l’humour typiquement new-yorkais, le film maintient, en sous-texte, une critique du système prostitutionnel.

Isabelle ira voir Waiting de Rhoda N. Wainwright

Parce que c’est court et efficace. Rhoda N. Wainwright est née à Madrid en 1980 d’une mère anglaise et d’un père espagnol. Artiste touche-à-tout, elle a dirigé la webserie El Vlog de Greta, qui met en scène son double vidéaste avec sa bande de copines, et publié un premier roman en 2013, She loves you, une histoire d’amours lesbiennes sous la dictature franquiste. Waiting est son premier court-métrage, quelques minutes sans dialogue emmenées par la musique de Sergio Gonzalez Carducci.

Quelques minutes d’un ballet des corps redouté. Quelques minutes pour nous ouvrir la béance du désamour et faire trembler l’angoisse déchiquetée de la jalousie.

Marie-Pierre ira voir Out in the night de Blair Dorosh Walter

Dans le New-York d’aujourd’hui, une bande d’amies lesbiennes noires se font agresser par un homme et décident de répliquer. Les médias locaux s’emballent et créent de toutes pièces l’image d’un gang de lesbiennes assoiffées de sang, se faisant justice elles-mêmes. Au-delà d’une sévère critique du système médiatique et judiciaire américain, Out in the night, primé dans de nombreux festivals américains, donne à voir la lesbophobie persistante aux États-Unis.

Julie assistera à la soirée « A courts et à Q »

Je trouve ça assez alléchant, sans mauvais jeu de mots. J’aime l’idée de pouvoir avoir accès à du porno queer et féministe de qualité sur grand écran. C’est bien d’en parler mais l’accès n’est pas toujours facile.  Même si j’ai hâte de pouvoir voir la compilation des meilleurs moments de la série Crash Pad et le Crash Pad’s Guide to fisting, un court-métrage entre porno queer et guide d’éducation sexuelle (les deux sont réalisés par Shine Louise Houston, l’une des plus célèbres réalisatrices de porno queer) je vais surtout y aller pour voir Fuck Dolls de Zahra Houston dont j’ai beaucoup entendu parler. C’est un film australien de 14 minutes qui tend à subvertir  l’image que l’on a de la Barbie. J’aime le personnage de Zahra Houston, en même temps qu’elle réalise et joue dans des films pornos, elle fait une thèse de doctorat sur les aspects légaux de cette industrie. Ses films sont intelligents et puissants politiquement. Dans Fuck Dolls par exemple, je sais qu’elle utilise une Barbie comme strap-on, il s’agit de montrer que l’on peut détourner l’usage de la poupée la plus cliché qui soit pour en faire un instrument de plaisir pour les femmes. Bref, c’est drôle, c’est cul et c’est politique. Tout ce que j’aime.

☞ Vous n’avez pas notre dernier Fanzine ? L’équipe de Barbi(e)turix tiendra un stand, dimanche 1er novembre !

 

 

Adeline

Caution musicale de la team et rédactrice en chef du mag Heeboo, Adeline est amatrice de sonorités brutes et de soirées sans façons. Elle aime : le bleu / ponctuer ses interventions de points / râler. Ses soirées à elle (et à tout le monde) : Sneaky Sneaky.

Plus d'articles

Leave a Comment

*