DIX POUR CENT

Dix pour cent : une lesbienne crève le petit écran

Vous avez surement croisé les affiches en 4×3 qui fleurissent sur les panneaux publicitaires. Les deux premiers épisodes de la série évènement Dix pour cent ont été diffusés mardi dernier sur France 2. Un succès avec plus de 20% d’audience, et une double bonne surprise : un scénario bien ficelé et…. une lesbienne en rôle titre !

On a connaissait pour ses gonzo putassiers, sa réplique du « nain bourré », et ses crises de nerfs sans 3G dans les campagnes isolées. Camille Cottin, ex « connasse » de Canal + vire de bord et quitte son rôle de gamine pourrie gâtée pour devenir le personnage phare de Dix pour cent : Andréa Martel, agent d’acteur et lesbienne revendiquée.

Cocorico 

Cette fois-ci, France télé a mis le paquet. Tout le gratin du cinéma français est à l’affiche. C’est Cédric Klapisch qui signe la direction artistique et la réalisation de deux épisodes. Ceci explique peut être cela, Klapisch n’en est pas à son premier personnage lesbien : on se souvient de la très bonne Cécile de France dans la trilogie de l’auberge espagnole. L’actrice est d’ailleurs la guest star du premier épisode. Et comme tous les acteurs et actrices qui vont défiler au fil des épisodes, elle joue son propre rôle. On aperçoit ainsi Julie Gayet (héhé), Joey star, Laura Smet, Nathalie Baye, Françoise Fabian, Audrey Fleurot, Line Renaud, François Berléand, j’en passe et j’en oublie : tout le gratin puisqu’on vous le dit ! Du 100% français, tout est bon dans le cochon, même le scénario, ce qui est assez rare pour être souligné chez nos amis français.

Le pitch : quatre agents gèrent les carrières de stars du grand écran. Des impresario comme on disait avant, qui coachent les acteurs, leur dénichent des rôles, leur passent tous leurs caprices et les réconfortent quand le téléphone ne sonne pas, tout ça pour la modique somme de dix pour cent, prélevés sur leur cachet. Et parmi ces quatre personnages, celui d’Andréa Martel donc, lesbienne, canon et au caractère bien trempé.

Alelluia !

Le fait est assez rare pour être souligné. Une lesbienne, en premier rôle, en prime time, sur une chaine publique, ça ne court pas les plateaux. Surtout quand l’orientation sexuelle n’est pas LA caractéristique du personnage. Au même titre que ses trois autres collègues agents, l’un célibataire empoté, l’autre glacial et égoïste, la dernière vieille fille à chien (la bête s’appelle Jean Gabin), Andréa aime les filles, pas de quoi en faire une scène.

Alors certes à force de vouloir afficher la diversité on tombe parfois un peu dans le cliché. Andréa Martel est la lesbienne un peu salope qui ne veut pas s’attacher, l’assistant gay a tout de la grande folle au grand cœur, la secrétaire métisse collectionne les rôles d’esclave et de danseuse hip-hop, mais là où la série devient intéressante c’est que tous ces clichés sont à un moment critiqués, retournés, bref utilisés comme ressorts scénaristiques. Je ne vous en dis pas plus, c’est pas beau de spoiler.

Et puis franchement on ne va pas se gâcher le plaisir, voir une lesbienne sur le petit écran ailleurs que sur canal en crypté ou Pink tv ça mérite d’être salué.

 

 

 

 

Margaux

Petit format, grandes lunettes. Livrée avec un micro LEM et une carte UGC illimitée. Option journalisme et gender studies.

Plus d'articles

Be Sociable, Share!

3 Comments

  1. Mathilde says:

    Intriguée, j’ai regardé la série, et je dois dire que c’était une très bonne surprise. En plus d’être drôle et d’avoir un sens de la répartie extraordinaire, Andréa Martel est une femme forte, intelligente, qui vit de sa passion, ce qui la rend d’ailleurs très sexy.
    J’ai lu le descriptif sur son personnage sur le site de F2 : “Trop centrée sur elle-même, trop libre, trop indépendante… et probablement très effrayée par l’idée de partager une intimité réelle avec qui que ce soit. Du coup, elle multiplie les aventures, avec succès d’ailleurs, tant sa séduisante féminité et son ascendant naturel de chatte-panthère font fureur chez les filles. Oui, car Andréa préfère les femmes.”
    Ça fait du bien de voir des personnages comme elle.
    Hâte de voir les prochains épisodes !

  2. Alga says:

    En passant, le site de rencontres (ME+U) que fréquente Andréa Martel devrait exister…

  3. Colette says:

    Je viens d’engloutir les six épisodes. Et quelle série rafraîchissante ! Qui plus est, Cottin est très convaincante. Et appétissante…

Leave a Comment

*