coups-gueule-cauchemar-femme-big

Etre femme et SDF : sur la route des invisibles

Les femmes sans-domicile fixe sont peu nombreuses à Paris, croit-on souvent. Elles sont pourtant 10 000 à Paris et 60 000 en France. Souvent invisibles, le travail de journaliste-réalisatrice Claire Lajeunie dans son livre Sur la Route des Invisibles leur donne la parole et un visage.

Plus vulnérables que les hommes dans la même situation compte tenu du risque accru de violences et d’agressions sexuelles, les femmes dorment plus souvent dans des lieux à l’abri des regards. Les parkings ou les sous-bois sont ainsi moins dangereux pour dormir que la rue. Eloignées des zones fréquentées par les associations durant les maraudes, le travail de ces dernières à destination des femmes SDF est plus rare.

Etre une femme à la rue, c’est donc être invisible mais c’est aussi devoir faire face à sa propre condition physiologique. Ainsi, la question des menstruations est citée parmi les préoccupations premières des femmes à la rue comme le constate Claire Lajeunie dans son travail. Malgré un accès difficile à l’hygiène et le coût important des protections hygiéniques, les centres d’accueil à destination des SDF prennent trop peu en compte ces problématiques. La fondation Lecordier, bien consciente de cette situation, est la seule à offrir à Paris un accès aux protections menstruelles et des consultations gynécologiques aux femmes à la rue.

Claire Lajeunie a suivi pendant les six mois de son enquête des femmes aux profils très différents. Entre celle qui tombe dans la rue après avoir suivi son amoureux et l’épouse divorcée et privée de la garde de ses enfants, les histoires sont très différentes. Elles ont pourtant toutes en commun la rapidité de la chute qui conduit à vivre dans la rue.

D’une écriture simple, sans pathos, Claire Lajeunie donne enfin un visage à celles que l’on voit sans regarder à travers son livre mais également son documentaire diffusé sur France 5 le 29 septembre.

Sur la route des invisibles, Claire Lajeunie, éditions Michalon

Marie B.

Accro au Scrabble, aimant les rousses façon Faye Reagan, Marie affectionne au moins autant la politique que les romans fin de siècle.

Plus d'articles

Be Sociable, Share!

One Comment

  1. nip says:

    où est-ce qu’on peut voir le film ?

Leave a Comment

*