Paris street's full for first Gay Pride since legalisation of gay marriage - video

Marche des Fiertés Paris 2015 : tout ce qu’il faut savoir !

Samedi 27 juin 2015, l’Inter-LGBT organise à Paris sa 16e Marche des Fiertés lesbiennes, gaies, bi et trans. Plus de 40 chars, 80 associations et collectifs, des revendications et des luttes, mais aussi de la fête, avec un Podium de fin de marche entièrement repensé, proposant un line-up pointu et des shows variés.

Un mot d’ordre rassembleur

Avec cette année pour mot d’ordre : “Multiples et indivisibles” la Marche défend l’exigence d’une convergence des luttes avec le projet d’une société inclusive et solidaire, comme l’explique le communiqué de presse publié par l’Inter-LGBT :

“Au quotidien, nous, lesbiennes, gays, bisexuel-le-s et trans faisons face à de multiples discriminations et violences LGBTphobes. Parce que nos identités sont multiples, peuvent s’additionner d’autres discriminations et violences à l’encontre de celles et ceux d’entre nous qui ne jouissent pas des privilèges sociaux des dominant-e-s : liés au fait d’être un homme, d’être hétérosexuel-le, d’être blanc-he, d’être cisgenre[1] et/ou d’être aisé-e. Le sexisme, le racisme ou encore la précarité sont des violences qui se conjuguent aux LGBTphobies en direction des femmes, des non-blanc-he-s, des étrangèr-e-s et des précaires. Parce que nos combats interagissent, ils doivent être menés de façon transversale.”

Un parcours amélioré

Adieu Montparnasse, bonjour Luxembourg ! Le parcours de la Marche n’est pas sensiblement différent de celui de l’année dernière, si ce n’est que d’année en année, le déplacement vers la rive droite de Paris ne fait que se confirmer. Le point de départ est fixé à 14h en face du jardin du Luxembourg. A 16h30, le cortège coupera la sono et laissera place au son d’une corne de brume, pour marquer de départ des 3 minutes de silence en soutien à la lutte contre le SIDA. Le point d’arrivée se fera à nouveau sur la Place de la République (oh le symbole!), l’octroi, lui se déplace du Pont de Sully au boulevard Beaumarchais.

Un Lesbo-truck

Si le char Gouine Comme un Camion a laissé ses clés au garage cette année, un nouveau char lesbien fera son entrée sur le parcours. Lancé par trois collectifs lesbiens (Fuk the Name, FièrEs et Cineffable) et marrainé par Emilie Jouvet, le truck se veut rassembleur : financé par une campagne de dons, il tend “assurer la visibilité lesbienne et pour qu’un char lesbien festif et militant continue de rouler en 2015″.

Un podium repensé

La vraie nouveauté de cette marche c’est le PODIUM. Marrainé par l’actrice Jeanne Balibar et l’humoriste Bérengère Krief, il accueillera entres autres SCRATCH MASSIVE, MAËLSTROM, JENNIFER CARDINI, GUENA LG, CRAME, notre RAG nationale mais aussi un show de Drag Kings mené par la sulfureuse LOUIS(E) DE VILLE et d’autres guests surprises. Vous l’aurez compris, l’idée est de moderniser l’image de la Marche. Les dj-sets et prises de paroles débuteront à 16h et animeront la Place de la République jusqu’à 21H (toutes les infos ici).

Après cela, on ne saurait que vous recommander de nous rejoindre au Cabaret Sauvage pour une Wet For Me de douce folie, surtout si vous cherchez absolument à revoir cette belle bénévole qui vous a offert un autocollant “Stop homophobie” pendant la Marche…

 

 

3 Comments

  1. timide says:

    :-) 8) :P

  2. Artemisia.g says:

    Tiens? Pas un mot sur la grosse polémique autour de l’affiche (dont le slogan premier, “nos luttes vous émancipent”, plutôt révoltant, a été modifié suite aux nombreuses protestations) mais le visuel, une Marianne noire, hymne à l’intégration républicaine a été conservé… Du reste, cette année encore, la Pride sera toujours aussi tiédasse politiquement parlant. Si vous voulez vraiment marcher pour les plus précaires et discriminéEs d’entre nous, notamment les trans, les putes et les gouines, RDV le 26 juin pour la Pride de nuit: https://www.facebook.com/pages/Pride-de-nuit-du-26-juin-2015/1426933920961606.

  3. V13 says:

    A présent, au lieu d’un catéchisme, on a le choix entre deux. Classe ! Mais toujours aussi catéchismes, packs politiques, “si tu penses ça tu dois penser ça aussi, défendre ça, condamner ça, et pas autre chose”. Et comme je le disais ailleurs, il y a toujours des “nécessités supérieures”, pour ne pas dire universelles et hégémoniques, derrière les féminismes contemporains, qui risquent de donner quelques surprises.

Leave a Comment

*