tumblr_ngqd3gYP5D1t342k2o1_500

Le lâcher prise est-il obligatoire pour jouir ?

On dit souvent que l’orgasme est une affaire de lâcher prise, qu’il faut arriver à s’abandonner au plaisir, avoir assez confiance en soi et en l’autre pour laisser s’exprimer cette part intime de notre être. J’entends également souvent des sexologues dire que pour lâcher prise pendant l’amour, il faut accepter de perdre le contrôle.

Au détour de conversations entre amies ou plus souvent des témoignages que j’ai pu recevoir jusqu’ici et notamment, à l’occasion du pamphlet contre l’orgasme, j’ai pu m’apercevoir d’une chose: on assimile plus souvent l’orgasme à une perte de contrôle de soi, un certain lâcher prise, plutôt qu’au contrôle, qu’à la concentration.

J’ai commencé à me poser la question lorsque je me suis aperçue que j’étais dans l’hyper contrôle moi-même et que j’arrivais pourtant, à avoir des orgasmes alors que de nombreux psys affirmaient que, ne pas avoir d’orgasme était synonyme d’hyper-contrôle. (Je passe rapidement sur l’idée que de nombreux psychologues voient aussi l’orgasme comme un aboutissement à une relation sexuelle alors qu’il n’est pas obligatoire.)

Ainsi, en y repensant, je me suis rendue compte que j’avais besoin de me concentrer pour avoir un orgasme: me concentrer sur la sensation de la langue de l’autre sur le clitoris, me concentrer sur le plaisir que je ressentais. Il suffisait d’une pensée qui n’a rien avoir avec la relation sexuelle pour que la montée du plaisir se stoppe nette. Comme en méditation de pleine conscience: partir dans une pensée et revenir sur la sensation de la respiration.

Ici, c’est pareil. Il m’a semblé alors que l’orgasme était une histoire de concentration sur le plaisir en cours et que si j’étais préoccupée par quelque chose, il m’était plus difficile d’avoir un orgasme. J’ai alors commencé à demander aux femmes autour de moi ce qui se passait dans leur tête au moment d’avoir un orgasme : étaient-elles à l’apogée d’un lâcher prise ou de leur concentration?

“Moi, je me concentre. En général, quand je suis bien concentrée sur, disons, le plaisir, j’essaye de me concentrer sur le lâcher prise pour laisser le truc monter tout seul et avoir un meilleur orgasme. Donc selon moi, oui c’est les deux.” nous dit Marion.

“C’est un peu des deux, parfois c’est du lâcher prise quand je me retiens trop longtemps (orgasme qui vient trop vite, envie de prolonger le plaisir), mais ça arrive qu’il faille que je me concentre, notamment quand j’ai du mal à jouir et qu’il faut que je me concentre sur une sensation particulière. Et surtout quand on stimule mon vagin et pas le reste, là je suis obligée de me concentrer.” ajoute Laura.

“Je dirais que, pour moi, l’orgasme vient avec la concentration et le lâcher prise mais je rajouterais aussi la connaissance de mon corps, de soi-même, tout simplement.” pense Julia.

En ce qui concerne la notion de connaissance de soi, il me semble clair, personnellement, qu’il faille d’abord s’explorer soi-même, savoir comment notre plaisir fonctionne avant d’attendre que quelqu’un d’autre avant nous. Même si je pense qu’il est possible de ne pas passer par la masturbation pour connaître comment l’on fonctionne, j’imagine que c’est un peu plus difficile.

Mais en ce qui concerne la concentration sur le plaisir et le lâcher prise, c’est peut-être parce qu’il faut d’abord accepter que le premier orgasme du plaisir est bien le cerveau. Si je suis préoccupée par quelque chose, j’aurais du mal à avoir un orgasme, il faudra plus me concentrer sur la sensation, cela me demandera plus d’effort, si je n’ai pas assez confiance en l’autre, ou si j’ai honte de mon plaisir, j’aurais plus de mal à me laisser aller au plaisir.

C’est le cerveau qui régit notre plaisir et “ne pas arriver” à avoir un orgasme n’est pas un problème, ça arrive, peu importe que ce soit parfois plus simple. Nous ne sommes pas obligées de faire l’amour dans le but unique d’avoir un orgasme, mais il est important, je crois, de savoir comment ça fonctionne.

Et nous sommes mal renseignées: les femmes ont été informées trop tardivement du fonctionnement de leur plaisir que nous cherchons encore, à tâtons, ce qui est en jeu quand nous avons un orgasme: la concentration, le lâcher prise, ou tout simplement, au croisement des deux : une forme de pleine conscience.

Sarah

Sarah ne parle plus trop de cul ni d'amour d'ailleurs mais ses passions demeurent : féminisme, antispécisme, santé mentale et gingembre.

Plus d'articles

Follow Me:
Facebook

Be Sociable, Share!

8 Comments

  1. Royo59 says:

    C’est tout le “problème” du sexe. Il est très difficile, voir impossible, de l’expliquer par des mots.
    Le sexe est sensation et émotion, on peut d’ailleurs rapprocher ça de l’art, et c’est toujours difficile de définir les émotions par des mots, car les mots en sont dénués (c’est nous même qui la créons).

    Est-ce que “lâcher prise” et “concentration” sont vraiment les termes clés concernant la jouissance ? (ou même le sexe de manière générale)
    Je ne sais pas, mais en tout cas j’aurai tendance à les employer aussi, oui.

    Comme je le disais, le sexe est avant tout une question de sensation, il faut donc s’y abandonner, arrêter de réfléchir par mots, ne pas se dire “qu’est-ce que je fais maintenant ?”, mais juste ressentir. C’est tout autant une question de concentration que de lâcher prise, car toute notre attention doit être pointée vers la sensation que l’on éprouve et procure, mais il ne faut pas réfléchir pour autant, il faut se laisser aller, faire ce qu’on a envie, ce qui nous passe par la tête, et donc il faut lâcher prise oui.

    C’est un peu tout le problème entre le sexe et la sexualité selon Osho. Selon lui, le sexe est physique, et donc affaire de sensation, et est beau, là où sexualité est cérébrale et moche, car celle-ci est ce qui tendance à créer des blocages. C’est en arrivant à se défaire de cette sexualité qu’on arrive au vrai plaisir.

    Sans forcément que l’on soit d’accord avec lui ou non, dans le fond c’est vrai. Il faut se concentrer sur le sexe et lâcher notre sexualité.
    Mais ce n’est pas quelque chose qui ne concerne que la femme, c’est pareil pour l’homme, même si celui-ci a une jouissance différente. Plus on arrive à se lâcher et à s’abandonner au plaisir pur, plus celui-ci est intense. Et c’est tout autant une affaire de contrôle, de concentration, que de laisser aller.

    C’est difficile à expliquer c’est vrai. Mais c’est aussi pour ça que le sexe est tellement beau et bon, au même titre que l’art. Car on ne peut pas le rendre aussi logique que les mots. Et plus c’est bon, plus le fait même de devoir définir ça par des mots ne parait impossible, et inutile.

  2. Lilou says:

    Très intéressant cet article, et une bonne excuse pour se décomplexer ! Je dois me concentrer pour jouir, alors plus ou moins fort, mais j’ai l’impression de devoir maîtriser mon plaisir et comme toi, si je pense à autre chose un dixième de seconde, le plaisir peut redescendre très vite !

    Pour finir, superbe conclusion ;)

  3. Alison says:

    Je pense que c’est un des meilleurs articles que j’ai lus sur le sujet. MERCI

  4. Marion Favry says:

    Voilà un article intéressant, ne serait-ce que parce qu’il décortique un peu l’orgasme au féminin (pour les hommes, c’est pareil ?).
    Mais… Le lâcher prise et la concentration sur l’instant présent (ses sensations, son plaisir) c’est justement la même chose. Ce n’est donc pas l’un ou l’autre, c’est les deux, c’est la même chose.
    Lâcher prise, c’est lâcher sur le contrôle (mon dieu, j’espère que je ne vais pas être trop moche en jouissant), sur les idées que l’on se fait (et s’il ne m’aimait pas ?), sur les soucis et les angoisses lié au passé et à l’avenir (j’ai fermé le gaz ?). Le lâcher prise, c’est justement lâcher tout ça pour vivre strictement le présent, et le présent, justement, c’est la langue de son partenaire sur son clitoris, c’est l’orgasme qui monte et qu’on va accompagner le mieux possible, etc…

  5. Lunalup says:

    Un très bon article qui pose une vraie question. Je pense que le lâcher prise est nécessaire pour accepter de donner son corps à quelqu’un d’autre, pour accepter un regard extérieur sur son anatomie, pour que le corps ne se braque pas à la moindre caresse mais je pense qu’il faut être capable de se concentrer sur une sensation pour réellement ressentir du plaisir. Effectivement, la moindre pensée parasite peut ruiner tous les efforts de la partenaire… Le souci c’est que le fait de se focaliser sur cette sensation pour “jauger” son degré d’excitation et de plaisir, ça entraîne aussi une “obsession” de la réussite de l’orgasme. Et cela mène aussi régulièrement à un sentiment de culpabilité quand on n’y “arrive pas”. Etre trop concentrée sur son plaisir c’est parfois aussi passer à côté de la réciprocité ;) Le mieux pour arriver à réellement lâcher prise c’est d’être dans l’échange… !

  6. Artemisia.g says:

    Oui, c’est vraiment intéressant, je me posais justement cette question l’autre jour. De mon côté étant plutôt une “facile-à-jouir” (enfin la plupart du temps), je dirais que ça dépend bien du difficile cocktail confiance/bien-être/relâchement. Ces conditions réunies et j’ai des orgasmes géniaux. Mais c’est aussi plus compliqué que ça: dans certaines positions et pratiques (mais là encore seulement avec des partenaires en qui j’ai confiance, sinon je suis sur le défensive), je ne peux pas me retenir de jouir alors même que je voudrais “faire durer” un petit peu, ça vient très vite et c’est explosif, je ne contrôle rien, je suis complètement dans une autre dimension. Dans d’autres pratiques (par exemple le cunni), c’est plus dur pour moi d’avoir un orgasme, ou en tous cas ça ne vient pas tout seul. Il faut que je me concentre à fond sur mes sensations et qu’à point nommé je rajoute un petit fantasme par dessus et puis ça vient. Mais sinon que dalle. C’est pour ça que pendant longtemps j’ai cru que j’étais une frigide du cunni (ahah) avant de découvrir comment contrôler la sensation pour en tirer du plaisir.

  7. timide says:

    Ben, j’sais pas si “le lâcher prise” est obligatoire pour ce faire, mais ce qui est évident en lisant BBX, c’est que “lâcher prise” est nécessaire pour libérer la parole sur le sujet.

    ensuite, ça serait intéressant de découvrir un jour notre “artiste exib” dans de vrais longs-métrages, celle qu’on peut reconnaître sur des photos de l’article. En connaissant son tumblr, je peux dire que ce “bébé brune x” est elle aussi photogénique.

    @M.b

    Si tu lis BBX, à savoir : il y a la base TAF de Film France qui existe pour s’inscrire via internet : http://www.filmfrance.net/TAF_v4/public/basetaf.php Si c’est une motivation pour toi, bonne chance !

    @Sarah,
    désolée pour le hors-sujet mais j’aime trop BBX pour ne pas rester en mode fan.
    bisou.

  8. Weirda says:

    MERCI!

    Car oui, plus que oui, dans mon cas l’orgasme est une histoire de concentration et aussi de tension extrême de mon corps… Le lâcher prise n’intervient que dans les dernières secondes…

Leave a Comment

*