venfive

Venus X, déesse du Ghetto Gothic

Dire que Venus X, née Jazmin Soto, n’est qu’une simple DJ et promoteuse de soirée, serait tristement réducteur. Car ses soirées GHE20 GOTH1K, lancées à Brooklyn il y a cinq ans, ont littéralement fait trembler la nuit new-yorkaise, avec une formule simple : adieu bouteilles de champagnes, tables VIP et mondanités, bonjour lieux clandestins et public alternatif.

On est en 2009 et c’est un petite révolution dans le monde de la fête new-yorkaise underground. Rassemblant artistes, designers et musiciens courus autour d’une scène queer éclectique et créative, la popularité des soirées GHE20 G0TH1K (lire Ghetto Gothik) grandit à mesure que le secret bien gardé de ces nuits folles se répand dans la ville. Mélangeant influences goth et hip-hop, dubstep, punk et techno, sa créatrice Venus X, veut brasser les musiques et les publics.

crédit photo : Dr. Martens. 

Venus X n’a pas toujours été une punk grande gueule aux cheveux verts. Née dans une famille très catholique, la petite Jazmin grandit dans la communauté dominicaine de Washington Heigts, au nord de Manhattan, bercée par les airs de merengue qu’écoute son père. Studieuse et obéissante, elle reçoit une éducation stricte dans une institution catholique pour jeunes filles. C’est une élève modèle, vice-présidente lors de sa dernière année de lycée. Un parcours sans fautes, qui la conduit, grâce à ses excellents résultats, en école d’art à Manhattan. Mais la petite fille sage qui faisait jadis la fierté de ses parents y découvre le punk et la politique. C’est la révélation. Elle abandonne ses études et utilise le chèque de la bourse reçue en début d’année pour suivre ses groupes fétiches. S’ensuivent plusieurs années de va et vient entre l’école, les concerts punk, le militantisme, les voyages et les fêtes. Elle apprend alors à mixer, bosse comme serveuse au 40/40, un club où Beyoncé et Jay-Z ont l’habitude d’aller siroter des cocktails, commence à se constituer un réseau.

Si la découverte du punk ouvre d’abord l’horizon musical de Jazmin, c’est à travers son style qu’elle va affirmer sa différence. Elle se coupe les cheveux, les dresse en crête, les teint en vert, se tatoue, vit ses premières expériences lesbiennes. Une rébellion qu’elle vit comme une délivrance, après des années de rigueur familiale. Elle coupe les ponts avec sa mère et lève des fonds auprès de ses riches petits camarades de classe pour lancer sa première soirée, DeathWish, qui deviendra ensuite la GhE20 G0TH1K. C’est à ce moment là qu’elle choisit son nom de scène, ce sera Venus X : son deuxième prénom, et X pour Malcom X.

La première a lieu un mercredi soir au Beauty Bar à Brookly. Venus X a appris à mixer deux mois plus tôt, mais elle sait s’entourer et c’est ce qui va faire le succès de sa soirée. Genesis P-Orridge y fait des lectures de ses textes, Leilah Weinraub et K8 Hardy proposent des performances, le magazine DIS, consacré à l’art contemporain, se porte partenaire de la soirée, des groupes montants y font leurs premiers lives. Mais le Ghetto Gothic, c’est aussi une esthétique : un jogging porté avec un rouge à lèvres violet, des creepers alliées à de maxi-créoles… On matche les codes du rap et du hip-hop avec ceux du punk et du gothique…On brasse des influences jusque-là opposées, et surtout on réduit la distance entre des musiques culturellement affectées aux noirs ou aux blancs.

Quelques mois plus tard, Venus est repérée pour apparaitre dans un clip d’A$ap Rocky… Et très vite, c’est l’invasion ! Le lieu devient trop petit pour la foule qui s’y compacte. La soirée déménage et finit par atterrir au mythique Warehouse. Dans une interview donnée au magazine lesbien Girls Like Us, elle explique :

“Les gens ne comprennent pas à quel point c’est difficile d’être une bonne organisatrice de soirée. C’est un art de créer des flyers, c’est un art d’accueillir les gens et de les mettre à l’aise : est-ce qu’un gay se sent à l’aise entouré de voyous (“thugs”). Est-ce que des voyous se sentent à l’aise entourés de lesbiennes topless ? Est-ce que les lesbiennes topless ne se font pas emmerder ? Est-ce que les nerds ont des tickets boissons ? C’est un art, vraiment. “

Un art du mélange qui rend sa soirée incontournable. Car les lesbiennes autant que les gays autant que les fans de hip-hop côtoient les punks, les artistes, les marginaux. Un brassage culturel rare dans le milieu très cloisonné de la fête. Les soirées connaissent un tel succès que la récupération de la tendance “ghetto goth” frappe bientôt à la porte. Rihanna arbore lèvres bleutées et survet’ noir corbeau, FKA Twigs affiche son look de dark chola, Angel Haze surfe sur la vague… En France, on pense même aux jumelles d’Orties et à leur rap d’outre-tombe. Le Ghetto Gothic serait-il devenu grand public ?

Rihanna, saison “ghetto gothic”

Depuis, le Warehouse a fermé ses portes et les GhE20 G0th1k se font plus rares. Venus X communique les dates et lieux sur Twitter, pour réserver les places au fans de la première heure. Aurait-elle peur que son concept lui échappe ? Elle continue cependant de mixer, un peu partout sur le globe, oscillant entre différents mondes… De la petite soirée queer berlinoise à la fashion week new-yorkaise, sans renier son ambition première :

” GHE20 G0TH1K est une soirée politique et j’espère que ça le restera.(…) Je me rappelle une fashion week où je jouais avec Nicki Minaj. J’avais mixé un extrait d’un reportage d’Al Jazeera. J’avais juste envie de dire : ‘Hey les mecs, il y a une révolution en Egypte en ce moment même. Et pendant qu’on se bourre la gueule, tâchons de nous rappeler qu’on peut mater le faux cul de Nicki ET supporter un peuple qui renverse une dictature vieille de 40 ans’. On peut faire les deux, ce n’est pas antinomique. Donc oui, c’est politique et je suis politique, car j’ai l’impression qu’il y a encore trop peu de femmes qui ont assez confiance en elles pour ouvrir leur gueule et pour assumer d’être intelligente, belle, bonne et ambitieuse. Pour être qui elles ont foutrement envie d’être.”

Venus X est à l’image de son public, changeante, fluide, éclectique. De la petite fille sage de Manhattan à la lesbienne punk de Brooklyn, de l’amateur de rap hardcore au fan de voguing, de l’anonyme à la super star planétaire, blancs, latinos, noirs, tous se retrouvent derrière la bannière hybride du ghetto gothic, portés par la vision d’une fête où chacun peut être qui il a “foutrement envie d’être”.

Barbi(e)turix aura l’honneur de recevoir Venus X en dj set vendredi 24 avril à la Wet For Me fluid edition, pour une Peanut Butler spéciale “Hip-hop darkness pour toutes les perverses de la queerness et les déviantes de la djendeur”

Crédit photo couv : Dexter Navy from i-D online

Lubna

Grande rêveuse devant l'éternel, Lubna aime les livres, les jeux de mots et les nichoirs en forme de ponts. Elle écrit sur l'art, avec un petit a : bd, illustration, photo, peinture sur soie. Twitter : @Lubna_Lubitsch

Plus d'articles

One Comment

  1. timide says:

    woui, c’est bien d’en parler surtout si elle wet for Bbx, car il y est beaucoup trop peu de son travail visible sur la toile …

Leave a Comment

*