weareborn2

16e édition du festival Cinémarges à Bordeaux

Du 14 au 19 avril 2015 a lieu à Bordeaux, le festival Cinémarges qui met en avant une sélection de films dont les thématiques sont les sexe, genres et identités. Placé sous le signe des “icones queers” et du désir, cette seizième édition s’annonce riche !

“JE SUIS… Susan, Divine, Wonder Woman, chanteur folk, une Queen ou un King… I am what I am!” annonce l’édito de Cinémarges. Le festival bordelais mettra le queer à l’honneur en conviant dès le premier soir, mardi 14 avril à 19h, John Waters et son Polyester avec la truculante Divine ! La séance est à ne pas rater puisqu’elle sera en odorama, il s’agit d’une expérience cinématographique qui convoque le sens de l’odorat. Une carte avec différentes pastilles numérotées est distribuée à chaque spectateur qui doit gratter chacune d’entre elles à mesure que les numéros s’affichent à l’écran et bien sûr, la sentir afin de s’immerger complètement dans le film… Évidemment, ce ne sont pas uniquement des effluves de gâteau sortant du four que vous sentirez… La séance est précédé de quatre courts-métrages de fiction dont Le Chef de meute de notre bien aimée Chloé Robichaud.

La performeuse AJ Dirtystein sera à l’honneur jeudi soir, dès 22h30, à l’occasion d’une soirée consacrée au spectacle queer visant à déconstruire le genre par la scène musicale, le cabaret ou encore le travestissement. Le documentaire, We Are Born Naked, réalisé par Daniel Aguirre précédera le show de AJ Dirtystein, Don’t Pray For Us. 

Autre séance à ne pas rater, celle de Rien n’oblige à répéter l’histoire de Stéphane Gérard, grand prix du documentaire au dernier festival Chéries-Chéris, le film retrace l’histoire du militantisme LGBT avec comme marqueur de départ, les émeutes de Stonewall à New-York, en 1969. Ce vaste travail de recherche, essentiel, ouvre encore de nouvelles pistes de réflexion quant aux combats qui nous importent. La séance, qui se tient, vendredi 17 avril à 18h sera suivie d’un débat avec le réalisateur du film et Karine Espineira accompagnée de Maud-Yeuse Thomas (co-fondatrices de l’observatoire sur les transidentités).

52 tuesdays, primé à Berlin et à Sundance,  fait également partie de notre sélection : Billie, belle jeune fille dans la fleur de l’âge, a toujours été proche de sa mère avec qui elle vit depuis 16 ans. Un jour celle-ci lui annonce qu’elle entame une transition FtoM et lui demande d’aller vivre un temps chez son père. Elles se font néanmoins la promesse de se voir chaque mardi pour garder le lien. Coup de coeur de Cinémarges, il sera projeté les 17 et le 19 avril, respectivement, à 20h20 et 11h30.

Deux héroïnes américaines seront mises à l’honneur, samedi après-midi. D’un côté, Wonder Women, the untold story of american superheroines, un documentaire qui s’intéresse à cette super-héroïne née pendant la seconde guerre mondiale, palliant enfin, aux super-héros masculins, déjà en supériorité numérique…  De l’autre, Regarding Susan Sontag, un superbe portrait de l’intellectuelle américaine primé à Tribeca, dont nous vous parlions ici. 

Le soir, le film lesbien et lituanien, The summer of Sangailé sera projeté en avant-première ! Sangailé a 17 ans. Accablée par sa torpeur solitaire et la moiteur de l’été, elle cherche à réveiller ses sensations dans un sombre rituel désenchanté. Elle rêve d’apesanteur et de vol plané mais ses démons la retiennent au sol. La rencontre avec une artiste, intrépide et solaire, pourrait amorcer la voie de son épanouissement…

Dimanche 19 avril, on ne peut que vous conseiller, à nouveau, d’aller voir Parole de king ! Le documentaire de Chris Lagg sur la scène drag king française nous avait enchanté lors de sa projection à Paris. Par le biais du travestissement, on se réinvente, on revisite les codes de la masculinité, on caricature, on questionne véritablement le genre mais, par le biais accessible de la scène de cabaret et de l’humour potache.

Ne manquez pas la clôture du festival et le film inédit Je suis Annemarie de Véronique Aubouy : Comment incarner à l’écran l’écrivaine suisse Annemarie Schwarzenbach ? Figure littéraire sulfureuse des années 30, androgyne, bisexuelle, féministe, journaliste, aventurière.…nombreuses sont les casquettes qu’elle a pu revêtir. La séance sera suivie d’une rencontre avec la réalisatrice et l’actrice principale, Julia Perrazini.

En parallèle des séances, auront lieu des conférences et autres soirées…

Toutes les informations du festival sont sur leur site et leur page Facebook. 

Angie

Caution bisexuelle de BBX, Angie écrit sur le cinéma et les arts. Mais en vrai, elle aime surtout les paillettes et les sequins dorés. Twitter : @angelinaguiboud

Plus d'articles

One Comment

  1. timide says:

    ” … I am what I am …”

    this is weird !?! like I should be considered as … an object ! I don’t get that !?!

Leave a Comment

*