Andrea-and-Carissa-Levine-1

Introducing… The Semenette !

Une fois n’est pas coutume, aujourd’hui, ce n’est pas d’un livre que j’ai envie de parler mais d’un objet insolite, une invention type concours Lépine version lesbiennes. Parmi tant d’autres choses étranges qu’on peut découvrir sur internet, la semaine dernière, je suis tombée sur le « Semenette ».

Cet étrange objet, qui se présente tout à fait comme un bon vieux sextoy, a été inventé par une américaine, Stephanie Berman. Sauf que le fameux godemiché est judicieusement muni d’un petit tube interne lui-même relié à une pompe pour reproduire une éjaculation. En clair, cet objet curieux peut permettre aux lesbiennes de procréer, comme les hétéros quoi. On peut lire sur le site dudit objet qu’il « permet aux partenaires d’imiter des rapports traditionnels […] en recréant le rapport et l’éjaculation dans l’intimité de leur propre foyer » (ma traduction).

Stephanie Berman, la lesbienne qui a inventé le gode en question explique que « le Semenette [lui] a permis d’avoir vraiment le sentiment de prendre part à la conception de [leur] bébé ». L’histoire qu’elle raconte ressemble à un conte de fée. Elle bossait dans l’industrie de la santé, et plus particulièrement dans une entreprise spécialisée dans la procréation médicalement assistée, en témoigne son surnom « Spermin’ Berman » et se marie en 2011. Sa femme et elle veulent un enfant, et après s’être un peu creusé les méninges, elle invente le Semenette. Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, une petite fille naquit. En clair, c’est un objet magique, tout droit issu d’un conte de fée, une alternative aux méthodes pas toujours glamour de l’insémination « artisanale » ou aux coûteuses cliniques de PMA là où celle-ci est autorisée.

Loin de moi l’idée de porter un jugement sur la sexualité de chacun.e, et il n’est même pas ici question d’aborder les multiples facettes de la sexualité lesbienne. Mais découvrir le Semenette a soulevé chez moi tout un tas de questions, que je ne comprenais pas forcément au départ. Après mûres réflexions, j’ai compris que ce qui me dérangeait dans le Semenette, ce n’était pas que ce soit un sex-toy, ce n’est pas non plus le fait qu’il s’agisse d’une méthode pour concevoir un enfant. Au contraire, je peux tout à fait concevoir que l’insémination « à la bonne franquette » ne soit pas des plus sexy.

Stephanie Berman et sa fille

Mais c’est parce que sa conception même est fondée sur le postulat que les lesbiennes doivent imiter une sexualité « traditionnelle », c’est le terme employé sur le site du Semenette, à trois reprises. Ce qui me dérange fondamentalement, c’est l’usage répété du verbe anglais « mimic » sur ce même site : « mimic traditional intercourse », « mimic ejaculation », « mimic the traditional ejaculation process », j’en passe et des meilleures. En fait, ce qui me dérange profondément, c’est l’idée que le couple de lesbiennes doive reproduire le couple hétérosexuel, dans ses pratiques et son fonctionnement. Il me semble justement que la sexualité lesbienne, aussi diverse et protéiforme soit-elle, s’épanouit surtout quand elle s’émancipe des normes hétéros.

Ce qui pose problème dans ce curieux objet c’est qu’il laisse penser que ma sexualité et même mon intimité, mon désir d’enfant, en tant que lesbienne, est forcément lacunaire. Ce qui me heurte, c’est que l’existence d’un tel objet, et plus encore le marketing et la communication qui l’entourent, font penser qu’être lesbienne, c’est manquer de quelque chose. En somme, ce que le Sémenette heurte en moi, en réalité, c’est mon féminisme.

 

 

Leslie

Leslie aime les paradoxes, les gens curieux et la grammaire mais aussi le reblochon et le rugby. Elle écrit sur la vie des gens et les livres. Twitter : @LPreel

Plus d'articles

8 Comments

  1. Artemisia.g says:

    Bien d’accord! Le discours qui fait la promotion de cet objet est hyper hétéronormé! Autant je trouve l’idée plus sexy et plus “playful” que l’insémination artisanale (cela peut constituer un jeu sexuel excitant), autant faire cela pour se donner l’illusion de concevoir selon les normes en vigueur me gêne beaucoup. C’est finalement le fossé entre le fantasme et l’idéologie qui bloque.

  2. Bbx ' Veterante says:

    … ne dirait pas mieux dire que A.g !

  3. nrtslm says:

    Je suis tout à fait d’accord avec vous les filles c’est aberrant qu’on puisse créer des objets pareil dans le but de procréer comme les hétéros à la limite de dire “Allons faire un enfant de façon NORMALE”.

  4. Rosalie says:

    D’autres part la faisabilité me parait assez douteuse, il ne faut pas oublier que le sperme ne se conserve que très peu de tps, et ne doit absolument pas changer de température, du coup on ne peut pas transvaser le liquide comme ça à notre gré de fantasme…, il faut que le monsieur éjacule dans la semenette et la donne tout de suite au couple de femmes, du coup un peu rentrer dans l’intimité si le couple commençait à s’exciter dans une autre chambre, car bon je vois mal enfiler la semenette comme ça d’un coup ? Non franchement ya rien d’excitant la dedans ! autant que le geniteur participe aux ebats tant qu’on y est non ?

  5. Zozo says:

    Je pense que la création de cet objet par d’une très bonne intention, le fait de vouloir procréer chez soi, en faisant l’amour, c’est ce que la plupart des gens veulent. (Enfin à mon avis, je me trompe peut être)
    En plus de ça, l’insémination artificielle n’est pas autorisée partout pour les femmes homosexuelles.
    Je trouve ça plutôt bien qu’un objet comme celui ci existe.
    (Après je ne parle pas de toute la communication qui a pu être fait autour de cet objet, et qui est peut être maladroite dans sa façon de nous le vendre)

  6. June says:

    La veine centrale sur le pénis artificiel !… Je gerbe ce souci du détail, et le message nauséabond assorti. C’est Freud qui doit être bien content.

  7. Bbx ' Veterante says:

    … Ah ah ah ! J’en étais sûre !!!

    Merci BBX, vraiment sans toi, sur internet on est foutue ! Ce qui est une honte en soi, bien plus que n’importe quel gode vanille, chocolat ou caramel pour ne pas dire et penser autre chose et conserver sa liberté de conscience exacte et intacte.

    #trolld’unjour,trolltoujours

  8. Léa says:

    Souvent d’accord et intéressée par tous vos articles, là j’émet une objection …
    Je ne trouve pas que ce produit soit honteux ou mauvais, Ok on est lesbiennes, Ok notre sexualité est une sexualité bien à part de celle des hétéros, mais jusqu’à preuve du contraire, pour faire des enfants il faut du sperme provenant d’un HOMME et une ovule de femme, jusque là nous sommes d’accord et même vous, O grandes féministes ne pourrez pas le nier. Alors où est le mal à mettre toutes les chances de son côté en essayant de recréer un système de procréation ?
    J’ai l’impression que même quand des personnes comme cette femme essaient de trouver des solutions à la complexité de la procréation pour nous, ce n’est jamais assez bien … Je pense qu’utiliser ce genre de god que BEAUCOUP d’entre nous utilisent juste pour le plaisir (et que ça n’offusque pas) ne verront pas de problème à l’utiliser à des fins de maternité.
    Les choses avancent, si on peut dire adieu à la bonne vieille seringue qui casse toute la magie du moment, pourquoi râler sans cesse … Soumettez d’autres idées, faites avancer les choses mais arrêter d’émettre des opinions aussi tranchantes sur tout ce qui est en train de se faire pour nous, même si ces démarches sont encore maladroites.

Leave a Comment

*