s413672919339323194_p2_i5_w2560-650x331

« Free the nipple » : de quoi les tétons sont-ils le nom ?

Depuis quelques jours, le mouvement « Free the nipple » fait reparler de lui. Après les Etats-Unis, et la France, les tétons fleurissent sur les réseaux sociaux islandais. Pourquoi tant de mamelles ?

Le mouvement « Free the nipple » naît il y a 3 ans aux Etats Unis d’une revendication simple : pourquoi les hommes auraient-ils le droit de se promener torse nu, d’exhiber leurs pectoraux alors que les femmes devraient cacher ses seins que nul ne voudrait voir.

Aux Etats-unis, comme en France, l’exhibition des organes sexuels est interdite dans les lieux publics. Problème : alors que pour les hommes la « zone » se confine à l’entrejambe, pour les femmes l’interprétation est plus complexe. En 2012, une artiste américaine Holly Van Host décide de se balader torse nu, dans les rues de la grande pomme. Arrêtée une dizaine de fois, elle est enfermée quelques heures et condamnée pour « exposition indécente ». Pourtant dans l’Etat de New-york, il n’est pas interdit de se promener sein nu.

Mais en sexualisant les seins des femmes, on en fait un tabou. Il n’est alors plus question de droit, mais de mœurs. Et c’est bien cela que le mouvement « Free the nipple » pointe (du doigt). Des dizaines de jeunes filles vont suivre le mouvement, et la réalisatrice Lina Esco va même en faire un film. Le titre « Free the nipple » devient un hashtag. Et la revendication un point de ralliement sur l’égalité homme-femme.

Depuis, le mot d’ordre s’est propagé sur les réseaux sociaux. Le mode d’emploi : prendre en photo ton téton, et la poster sur Facebook, Twitter, instagram etc.. Le but : dénoncer la censure qui sévit aussi sur internet. En effet, les seins nus sont interdits sur les réseaux sociaux. En témoigne l’affiche de la Wet for me édition ?? censurée par facebook.

De nombreuses personnalités suivent la marche, et contribuent à la notoriété du #freethenipple. Parmi elles, la top Cara Delevingne, la « chanteuse » Miley Cyrus, Lena Duhnam la créatrice de la série Girls, ou encore la musicienne/actrice Soko qui a appelé il y a quelques semaines les fans londoniennes venues la voir en spectacle à dénuder leur poitrine.

Photo Cara delavingne (capture d’écran instagram)

En Islande, où le hashtag devient viral depuis quelques jours, une députée de centre gauche, Björt Ólafsdóttir s’est jointe au mouvement. Sous la photo de sa poitrine un commentaire bien senti : « Ceci sert à donner à manger aux enfants. Carrez vous le dans votre patriarcat ».

Twitter @Bjortolafs

Provoc facile, pourraient dire certains. Mais quand on voit le nombre impressionnant de poitrines généreuses qui fleurissent à la vue de tous sur les panneaux publicitaires, on se demande bien ce qui pose problème à se promener les seins à l’air.

 

Margaux

Margaux

Petit format, grandes lunettes. Livrée avec un micro LEM et une carte UGC illimitée. Option journalisme et gender studies.

Plus d'articles

Be Sociable, Share!

One Comment

  1. Bbx ' Veterante says:

    Free the nipple and … nipple the Free.

Leave a Comment

*