andrea-balency-deep-sunk

CETTE SEMAINE DANS TES OREILLES #14

Parce que les temps sont durs et que ce vent dans nos oreilles rendrait folle la plus saine des bibliothécaires, puis aussi parce qu’on s’était absenté le temps d’un festival aussi joli que celui des Femmes s’en Mêlent, il convenait de débarquer cette semaine avec une playlist à la hauteur de vos tympans en manque. On a donc arpenté les rues de Londres, Berlin, Mexico, Las Vegas, avec un petit crochet par Paris et un mini détour par Santiago, pour vous dégoter les derniers phénomènes extra-ordinario-diva-esques à ne SURTOUT pas rater, à acheter de suite et à mettre en guestlist de vos playlists, histoire de briller en soirée et… de prendre un peu de plaisir, aussi. Parce que le plaisir, c’est la vie ! Et la vie, c’est le plaisir ! Play.

1 – GEORGIE / Move Systems

On aime parce qu’.. il est rare de voir un track allier avec autant de justesse frénésie rythmique, tension narrative et aplomb dans le flow. Après une sortie remarquée avec son premier EP, Move In en 2014, une apparition lunaire en octobre dernier sur When I’m Gone, du producteur Eyedress, la londonienne annonçait mardi 31 mars sa signature chez Domino. Autant dire qu’on ne peut lui promettre qu’un bel avenir au sein d’une famille si créative que celle de Domino (Blood Orange, Austra, Animal Collective, Panda Bear, Wild Beasts). Il ne reste plus qu’à attendre l’album !

En quelques mots : Londres / batteuse / Come In / Domino / Rollo Jackson

Idéal pour…

2 – ANDREA BALENCY / Waterfalls

On aime parce que.. Andrea Balency a le chic pour faire que la terre s’arrête de tourner le temps de quelques minutes et de deux trois minauderies très esthétiques. Entre pop glacée, véritables oxymores veloutées et envolées ritualistes oniriques, celle qui créait la surprise au festival Les Femmes s’en Mêlent en mars avec son EP fraîchement sorti, Volcano, a encore de beaux morceaux tout froids à nous offrir…

En quelques mots : Mexique / Björk / cold pop / Bataille / oxymore / Volcano

Idéal pour…

3 – MARIE DAVIDSON – Je ne t’aime pas

On aime parce que.. rien ne remplace la nuit et ça, la compositrice, musicienne et poète québécoise Marie Davidson l’a très bien compris. C’est même en elle, à travers ses périples électroniques nocturnes, que l’on découvre que la prose synthétique n’est pas morte dans les années 1980. « Je ne t’aime pas, je t’adore » résonne comme un gimmick sexy au cou duquel on aimerait se pendre et se perdre. Sorti il y a maintenant un an, son premier LP, Perte d’Identité, n’a pas pris une ride. Et si le premier extrait de son prochain opus prévu pour la mi-avril, Insomnie, vient de sortir, nous préférions vous faire découvrir cette merveille ci, car vous l’aviez peut-être ratée l’année dernière. Gainsbourg doit se retourner dans sa tomber, mais pour une fois depuis 20 ans, sans doute du bon côté…

En quelques mots : Montreal / poésie électronique / perte d’identité / muse / dark-synth

Idéal pour..

4 – TUBBE – In Berlin

On aime parce que.. ça fait déjà quelques années qu’on suit les deux berlinois de Tubbe avec grande attention. Après Eiscafé Ravetto, explosif premier opus sorti en 2013, Klaus et Steffi les coquins reviennent ce mois-ci avec un TRÈS BON deuxième album Keine Arbeit lieber Tanzen (traduisez “Pas de travail, je préfère danser”, ndlr). On est même tenté de dire que cet album est meilleur, à contresens de la tendance actuelle qui consiste à sortir un deuxième album très mauvais, souvent incapable de palier avec la magie des débuts (Blood Orange, Austra, Grimes, etc.). Plus lissé, plus carré que Eiscaffé Ravetto, mieux produit, Keine Arbeit lieber Tanzen nous trimballe dans les rues de la capitale allemande d’une balade mélancolique et électrique de Berlin Est à une course effrénée sur les trottoirs bondés d’un boulevard de Berlin Ouest à travers des tracks impétueux, presque intégralement écrits… en allemand. Si si ! Alors, la nouvelle vague de l’électroclash allemande, on adore !

En quelques mots : électroclash / Berlin / chats / Audiolith / tanzen

PS : À noter, une super collab avec Joachim Kühn en track 4.

Idéal pour…

5 – SHAMIR – On The Regular

On aime parce que.. Shamir semble tout droit venu d’une autre planète, une planète où tout a l’air plus juste et mieux fait. Shamir Bailey est devenu l’année dernière la grande sensation dancepop et il vient tout juste d’annoncer la date de sortie de son premier LP, Ratchet, le 18 mai prochain. Et on s’en lèche les babines. Car entre l’excitation groovy d’un Frankie Knuckles, la modernité d’une Azealia Banks et l’univers coloré diva-esque d’Hercules & Love Affair, ce fan de musique punk d’à peine 20 ans a visiblement plus d’un .. cintre à son dressing. Son dernier titre, Call It Off, vient de débarquer sur les Internet. Résultat ? Véritable déclaration d’émancipation, sorte de revanche sur la vie, pour ce nouveau visage androgyne de la pop, unique, classieux et hautement impertinent. À suivre donc !

En quelques mots : Diva / Las Vegas / Shamir Bailey / androgyne / Nick Sylvester

Idéal pour.. 

BONUS

VISONIA / A Lonely White Wolf

On adore Visonia depuis qu’on le suspecte d’être d’une façon ou d’une autre le rejeton lettré de Gesaffelstein. Arrivé tout droit du Chili en 2014 avec un premier EP, Journey to Humility, sorte d’electro dark wave complètement transcendante, Nicolas Estany revient avec le cauchemardesque et clair-obscur, A Lonely White Wolf, premier extrait sous tension de son EP à venir, Nausicaa, à choper le 7 avril prochain.

 

 

 

Adeline

Caution musicale de la team et rédactrice en chef du mag Heeboo, Adeline est amatrice de sonorités brutes et de soirées sans façons. Elle aime : le bleu / ponctuer ses interventions de points / râler. Ses soirées à elle (et à tout le monde) : Sneaky Sneaky.

Plus d'articles

2 Comments

  1. Bbx ' Veterante says:

    excellent merci !

  2. Lysoon says:

    Idéal pour….rajeunir

Leave a Comment

*