fiv

Des bébés à partir de cellules souches de personnes de même sexe ?

Des chercheurs de l’université de Cambridge ont découvert comment créer des cellules d’ovocyte et de sperme à partir des cellules de peau de deux adultes, peu importe leur sexe. Si l’expérience est concluante, elle pourrait permettre aux couples infertiles ou de même sexe d’accéder à la conception.

On est loin, très loin, d’un débat national sur la PMA. Encore moins sur la GPA. Enterrée depuis le vote de la loi pour le mariage pour tous, la procréation pour les couples de même sexe n’est toujours pas d’actualité. Mais une équipe de recherche israëlo-britannique nous donne l’espoir de croire à un futur où les couples gays et lesbiens pourront accéder à la procréation… sans recours à un don de sperme ou d’ovocyte. Explications.

Financée le Wellcome Trust, et soutenue par le centre de recherches israélien Weizmann Institute of Science, l’équipe scientifique de Cambridge a été capable de créer des formes primitives d’ovocytes et de sperme à partir de cellules de peau. Si les chercheurs parviennent à aller au bout de leur expérimentation, ces nouvelles cellules créées pourraient se développer en spermatozoïdes ou en ovules, et permettre à terme de concevoir à un enfant.

Quelle est la différence entre une cellule d’ovocyte et un ovule, me direz-vous ? “Il s’agit de cellules naïves qui se multiplient dans les premières semaines du développement du fœtus lorsque les cellules souches embryonnaires de l’ovule fécondé commencent à se ‘spécialiser’ et à se différencier”, a expliqué le Dr Jacob Hanna, à une chaine israélienne. “Une fois que ces cellules choisissent de se différencier et de prendre un certain trajet, qui conduit à l’élaboration d’un organe spécifique,(…) certaines d’entre elles conduisent au développement d’ovules ou de spermatozoïdes”.

Une précédente expérience menée par une équipe japonaise avait déjà réussi à faire naître une souris vivante à partir d’ovules et de sperme obtenus sur des cellules souches. Comment ? En transformant des cellules souches de souris en cellules germinales capables de se différencier en ovocytes et en spermatozoïdes. Une fois placées dans les testicules de souris, elles pouvaient se différencier en sperme et transplantées dans les ovaires, en œufs. Le sperme et les œufs étaient alors utilisables pour la fécondation in vitro.

Chez l’homme, le taux de transformation des cellules souches en gamètes était trop modeste pour être concluant. L’expérience de Cambridge est parvenue à réaliser la première étape, in vitro, sur des cellules humaines. L’idée de base repose sur l’utilisation de ces cellules souches naïves dont les chercheurs pilotent la voie de différenciation. Ici, en partant de cellules souches embryonnaires, à la fois d’hommes et de femmes, les chercheurs sont parvenus à fabriquer des cellules précurseurs de gamètes avec des taux de 25 à 40% d’efficacité.

Si ces expériences soulèvent de lourds questionnements éthiques, plusieurs chercheurs ont d’ors et déjà exprimé leur engagement en faveur des couples homosexuels. “Une telle découverte pourrait permettre de faire un bébé à partir d’un échantillon de cellules de peau de deux personnes de même sexe, un espoir pour les couples de même sexe.” peut-on lire sur le site de l’Université de Cambridge. Selon Jacob Hanna, la technique pourrait être appliquée d’ici seulement deux ans.

 

Lubna

Grande rêveuse devant l'éternel, Lubna aime les livres, les jeux de mots et les nichoirs en forme de ponts. Elle écrit sur l'art, avec un petit a : bd, illustration, photo, peinture sur soie. Twitter : @Lubna_Lubitsch

Plus d'articles

Be Sociable, Share!

6 Comments

  1. C-M.C says:

    oulà !

    alors ça, c’est vraiment pas un sujet qui m’intéresse. mais, dans sa toute bienveillance, BBX est présent sur la toile pour fraîchement nous apporter les news qui nous permettent de se faire une opinion.

    c’est important d’avoir une opinion …

  2. recti says:

    Sauf erreur de ma part,… il me semblait que cette recherche servait avant tout à fin “thérapeutique” pour éviter les maladies etc. C’est à dire isoler certains gènes du premier donneur et les remplacer oar les gènes sains du 2nd.
    Et donc en aucun cas pour une ouverture aux personnes de mm sexe… même si in fine, la technique utilisée peut offrir cette possibilité..
    Je pense dc qu’il faut rester bien vigilant. Prouesse technique OUI. Mais jusqu’à ce que ce droit soit ouvert à tous…

  3. Artemisia.g says:

    J’aime pas les bébés! lol

  4. V13 says:

    Je plussoie Artemisia. Depuis quelques temps, tout a été questionné et confronté chez nous… sauf le natalisme et le familisme, en fait ! Bref, la norme hétéra que c’est super de vivre en famille (lire en couple) et de faire et d’élever des lardons est supposée encore plus universelle qu’elle ne l’était déjà.

  5. Camille says:

    Aaaah ! Enfin une bonne nouvelle ! Quoi de mieux que de laisser une chance à tous de fonder sa propre famille ! N’est ce pas “Recti” ;)

  6. Recti says:

    Ah .. mais je suis entièrement pour Camille :) :) ..
    Je dis juste qu’il faut être prudente… Se réjouir, oui mais restons vigilante ! (point de faux espoir..)

Leave a Comment

*