lostanddelirious2001hdt

Gina, Cléa, Piper…que sont-elles devenues?

Le film lesbien est un genre à part entière. Mélange de comédie romantique et de satire sociale, confidentiel tout en étant grand public, il met généralement en scène les mêmes personnages : jeune fille naïve Vs butch aguerrie, hétéro détournée et lesbienne fatale, gouine bordeline contre fille à Papa.

Aimant se noyer dans des intrigues tourmentées ou amours contrariés flirtent avec passions fiévreuses, le film lesbien a vu naître quelques figures, celles qui ont su incarner avec brio l’âme torturée et le regard lubrique, donnant à leur rôle toute la profondeur et l’authenticité qu’il exigeait. Leur nom ne vous dit sans doute pas grand chose, mais si vous avez déjà erré dans les recoins des films L, leur visage vous diront sans doute quelque chose.

Gina Gershon

Mais c’est qui ? Au milieu des 90′s, Gina Gershon est à l’apogée de sa gloire. Après un rôle dans le cultissime Showgirls de Paul Verhoeven, elle enchaine sur Bound des frère et soeur Wachowski où elle incarne Corky (oui, elle porte un nom de Yorkshire) une butch sans pitié à la sexualité très… décomplexée. Toute en muscles rutilants, débardeurs moulants et sourires en coins, Gina Gershon a amplement participé à faire du film un essentiel de la filmographie lesbienne.

Que devient-elle ? Disons que la carrière de Gina a connu des hauts et des bas. Collectionnant les seconds rôles, on a pu la voir chez Michael Mann aussi bien que dans des séries confidentielles, du genre Les décalés du Cosmos. Récemment, elle est apparue en femme fatale dans le policier satirique Killer Joe, avec une plastique n’ayant rien à envier aux nouvelles starlettes d’Hollywood. Cantonnée à jouer les canons, Gina ? Depuis son rôle dans Showgirls, la belle n’a en effet jamais dérogé à la règle du sexy. Mais elle ne regrette rien : “Ce film a été une belle leçon de pouvoir. Les gens venaient me voir pour me dire: ‘t’as fait Showgirls’ en me regardant de haut. Et je les regardais dans les yeux et leur répondait, ‘Oui, je courais nue et j’embrassais des jolies filles, c’était génial”. Merci Gina.

Natasha Lyonne

Mais c’est qui ? Vous vous rappelez sans doute de sa petite frimousse de pom-pom girl ingénue dans But, i’m a cheerleader!, comédie lesbienne kitsch et culte. À l’époque, Natasha Lyonne a 20 ans et déjà une bonne filmographie derrière elle. Son rôle dans American Pie lui a ouvert la voie vers les rôles de “petites pépées”, qu’elle accumule. Pour interpréter le rôle de Megan Bloomfield, la cheerleader refoulée, Natasha a pris les choses en main : sur le tournage, elle se tape sa partenaire à l’écran, la très butch Cléa Duvall, avec qui elle restera trois ans.

Que devient-elle ? Malgré son air malicieux et sa chevelure hirsute, Natasha Lyonne n’a jamais embrassé de “grands rôles”. Jusqu’à là cantonnée aux films de genre, entre comédies potaches et nanars horrifiques (Scary Movie, Blade, Madhouse), la starlette est réapparu sur les écrans il y a peu grâce aux séries Weeds et Orange is the new black. Dans la série de Jenji Kohan, elle interprète Nicky, la gouine de service. Un beau retour aux sources.

Cléa Duvall

Mais c’est qui ? Cléa, c’est un peu l’Hilary Swank du pauvre. Même mâchoire carrée, même silhouette combattive, même propension à jouer les lesbiennes… Les oscars en moins. Si Cléa n’a pas encore rencontré son Clint, la belle a sans doute trouvé son clit, et c’est déjà pas si mal (pardon). Après avoir joué les ados rebelles en veste en cuir dans The Faculty, elle interprète la butch Graham de But I’m a cheerleader puis participe à Une vie volée, film crypto-lesbien s’il en est.

Que devient-elle ? Fini les rôles d’ado torturée, Cléa a fait du chemin. Loin d’elle les plateaux miteux des films de seconde zone. Depuis 2003, on la retrouve au casting de plusieurs films primés :  21 grammes, l’excellent Zodiac ou encore Argo. Elle incarne ensuite Wendy Peyser dans American Horror Story, un rôle de lesbienne qui lui va comme un gant. Elle y partage l’affiche avec Sarah Paulson, gouine outée plus connue de l’autre côté de l’Atlantique que dans nos contrées. Cléa, s’il y avait des oscars LGBT, t’aurais déjà tout rafler !

Piper Perabo 

Mais c’est qui ? Difficile de voir un film lesbien sans croiser Piper Perabo. Après un premier rôle très olé-olé dans Coyote Girls (mais si, vous savez, le film qui passe un samedi soir sur trois sur M6), Piper remporte le rôle de Paulie dans le cultissime Lost and Delirious, aux côtés de l’actrice Jessica Paré. Ellle y joue le rôle d’une étudiante casse-cou qui entretient une passion secrète avec sa camarade de chambrée. Elle enchaine avec un deuxième rôle titre quatre ans plus tard, celui de Rachel dans Imagine me & you avec l’actrice Lena Headey (l’actuelle reine incestueuse de Game of Thrones). La rumeur dit que Rachel et Lena auraient été très amies *sivousvoyezcequejeveuxdire* mais l’info n’a jamais été vérifiée et Piper a depuis retrouvé le droit chemin les bras d’un réalisateur de téléfilms.

Que devient-elle ? Soyons honnête, la carrière de Piper piétine. On a récemment pu l’apercevoir dans Le Chihuahua de Beverly Hills et Treize à la douzaine 2, deux films qui auront littéralement marqué leur génération. Plus récemment, un petit rôle dans le nanar SF Looper nous avait donné un peu d’espoir mais Piper a préféré signer pour une énième série policière, Covert Affairs. Boring.

 

Lubna

Lubna

Grande rêveuse devant l'éternel, Lubna aime les livres, les jeux de mots et les nichoirs en forme de ponts. Elle écrit sur l'art, avec un petit a : bd, illustration, photo, peinture sur soie. Twitter : @Lubna_Lubitsch

Plus d'articles

Be Sociable, Share!

5 Comments

  1. M says:

    Natasha <3

  2. Thelma says:

    intéressant ce petit sujet :) mais comment fais tu pour connaître ces folles rumeurs!!!!heureusement que t’es là parce sinon nous on saurait jamais rien!!!!ps: Looper c’était pas un nanar d’abord!!!!;)

  3. Lubna says:

    Le site d’Ellen Degeneres est une mine d’or…

  4. C-M.C says:

    Aïl aïl aïl … Corky … Ex-con !!!

  5. Yaz says:

    @Lubna, si tu veux parler de Afterellen.com, ce n’est pas le site d’E. Degeneres mais il a été nommé ainsi pour prendre comme point de départ son coming-out quant à la visibilité lesbo & bi dans les médias… son petit frère est nommé Afterelton.com… et il n’a rien à voir avec Elton John, ou juste de nom !

Leave a Comment

*