Header Militaire

Portfolio : Derrière le camouflage

Memorial Day et Veterans Day ont lieu chaque année aux Etats-Unis pour rendre hommage aux soldats qui dédient leur vie pour protéger et servir leur pays. C’est pour aller au-delà de l’idée selon laquelle l’armée serait une masse homogène sans individualité que le photographe et sociologue américain Devin Mitchell – ouvertement homosexuel – a lancé son projet Veteran Art Project.

Commencé en octobre dernier, le projet itinérant réuni à l’heure actuelle une centaine de clichés de militaires en activité ou vétérans principalement en Californie et Arizona. But annoncé : recueillir 10 000 photographies au travers des Etats-Unis pour montrer la diversité au sein de l’armée. Ambitieux. Le fait que Devin ait majoritairement eu des modèles volontaires qui l’ont contacté via son compte instagram veteranvisionproject – qui regroupe plus de 18,1K followers – et son compte Facebook personnel, prouve pourtant que ce but est atteignable tant les militaires et vétérans souhaitent participer au projet.

Basé sur le concept d’illusion d’optique, chaque sujet est placé devant un miroir devant lequel son côté « civil » exerce une activité quotidienne banale (se maquiller, se brosser les dents…) tandis que son côté « militaire » l’observe attentivement. Devin Mitchell y applique ensuite des effets sur les détails importants qui permettent de faire ressortir la « double identité » que les soldats doivent gérer au quotidien. Cela donne la possibilité à chaque sujet de s’exprimer visuellement sur sa vie passée et sa vie actuelle. Ainsi l’on découvre dans le making off d’une session photo, le témoignage d’un lieutenant-colonel de l’armée de l’air qui est resté dans le placard pendant 10 ans avant d’épouser son partenaire une fois sorti des rangs. Cet exemple illustre bien la dualité entre la fierté de porter l’uniforme et l’obligation de cacher sa véritable identité pour honorer ce même uniforme… Ce n’est qu’en 2010 que le gouvernement fédéral aux Etats-Unis a abrogé la loi « Don’t Ask, Don’t Tell » qui interdisait à tout militaire lesbienne, gay ou bisexuelle d’assumer ouvertement sa sexualité pendant le service (malheureusement les personnes transgenres sont toujours soumises à cette loi).

Les témoignages montrent la réalité des sacrifices et risques que cela implique d’être mobilisé : l’isolement à cause de sa sexualité non normative, les séparations forcées, syndrome post traumatiques… Les photos mettent également en lumière la difficulté / nécessité d’être soi-même. Ainsi dans la série, nous retrouvons Claude le transgenre, Layla la musulmane, Jovane la working girl, Alyssa et Kayla les deux sœurs jumelles, Mylee la survivante au cancer du sein et mère célibataire, Jennifer la pin up etc. Le point commun de ces personnes étant d’être là où on ne les attend pas.

Devin Mitchell souhaite aller plus loin et photographier 10 000 personnes tout au long de sa vie dont 30 membres du Congrès, 3 généraux et un – actuel ou ancien – Président des Etats-Unis. L’idée étant de briser les préjugés à l’égard de celles et ceux qui servent leur pays mais aussi d’améliorer la lutte contre les discriminations aux Etats-Unis en raison de l’origine, de l’orientation sexuelle, de la religion ou du genre.

Emmanuelle

Emmanuelle

Globe-trotteuse sur-diplômée touche-à-tout (nous n'avons toujours pas compris quel était son vrai métier). Un quart geek, un quart TDAH, un quart Taubira et un quart Ted Mosby ascendant Barney Stinson. Twitter : @emmanuellecamp0

Plus d'articles

One Comment

  1. Marion says:

    J’ai tilté là dessus “Claude le transgenre” ? Merci de me rectifier si ce n’est pas le cas mais il me semble qu’il s’agit d’un travesti, or le travestissement n’a rien à voir avec les transidentités. Ou alors, vous auriez dû écrire “la transgenre” si c’est une femme qui a été assignée homme à la naissance.

Leave a Comment

*