Sans toit ni loi

Une semaine de cinéma au féminin à Saint-Denis !

Chaque année, le cinéma L’Écran Saint-Denis reçoit les Journées Cinématographiques Dionysiennes. Pour leur 15e édition qui se tient du 4 au 10 février, elles seront exclusivement consacrées aux femmes sous le marrainage de Virginie Despentes et de Lina Wertmüller. Une programmation qui n’est pas pour nous déplaire ! Nous vous en avons sélectionné les meilleurs moments.

” Selon une étude récente du CNC, le nombre de films de réalisatrices a bondi de 41,9 % entre 2008 et 2012 en France. De quoi espérer en toute logique que les héroïnes se multiplient à leur tour et faire résonner les célèbres vers d’Aragon : ‘ L’avenir de l’homme est la femme / Elle est la couleur de son âme/ Elle est sa rumeur et son bruit “

Ainsi s’achève l’édito de Boris Spire, directeur de l’Écran à Saint-Denis qui reçoit les 15e Journées Cinématographiques Dionysiennes consacrées aux femmes. Pendant six jours, 90 films seront présentés, ponctués de masterclass et autres débats cinémato-féminins voire féministo-cinématographiques.

” Les femmes dans le cinéma, c’est cette accumulation de plans qui entrent dans nos têtes et qui nous forgent une identité.” décrit Virginie Despentes, marraine des ces journées. Le cinéma créé et renforce un monde genré, dépeint des habitudes de vie et des réflexes soi-disant naturels. “Je ne dis pas qu’il n’y a que des nunuches inintéressantes, je dis qu’elles sont surtout pensées dans leur rapport aux hommes, dans leur rapport au regard de l’homme ” poursuit l’auteure. À cet égard, elle cite le test de Bechdel qui permet de vérifier qu’un film offre un véritable rôle à une femme. Il consiste en trois critères simples : Le film contient au moins deux personnages féminins (1), qui discutent et échangent entre elles (2) et dont le sujet de la conversation porte sur autre chose que les hommes (3). “Là où le test se révèle vraiment intéressant, c’est que la grande majorité des films ne le passe pas.” conclut-elle.

Ce type de rencontres permet de mettre à l’honneur des réalisatrices qui donnent de véritables rôles aux femmes, là où celles-ci ne sont pas reléguées au second plan et trouvent une activité différente que celle du ménage.

Jeudi 5 février, 20h30 : Le Procès de Bobigny. En 1972, à la suite d’un viol Léa décide d’avorter avec l’aide de sa mère. Dénoncées, elles feront l’objet d’un procès ultra-médiatique. Gisèle Halimi, avocate et féministe, les a défendues. La projection sera suivie d’une rencontre avec l’équipe du film et Gisèle Halimi, herself !

Vendredi 6 février : Agnès Varda sera à l’honneur ! À 12h, projection de L’une chante, l’autre pas, à 14h, de Sans toit, ni loi avant de la retrouver à 16h, pour une masterclass animée par Catherine Bizen (entrée gratuite). Dans une autre salle, à 16h30, une carte blanche au collectif Braquage aura lieu. L’occasion de découvrir le pan expérimental de la création cinématographique féminine. Cruel choix. Le temps d’un dîner et de digérer les projections de l’après-midi, revenez au cinéma à minuit pour Dynamite Jackson de Cirio H. Santiago dans lequel, la karatéka Diana Jackson, va, en plein Hong-Kong des années 1980, venger la mort de son frère.

Samedi 7 février, 15h : Jeunes cinéastes et actrices françaises : une nouvelle odyssée ? Cette table ronde entre Sophie Letourneur, Lucie Borleteau, Clarisse Hahn, Sarah Adler et Virgil Vernier promet des discussions plus que passionnantes. Non seulement, cette équipée représente une nouvelle génération qui dynamise le cinéma français mais qui plus est, interroge et met en scène de nouveaux types de personnages féminins et masculins. Ils proposent de nouvelles perspectives que ce soit dans la comédie, l’aventure, le drame voire l’érotique. Le tout est animée par la directrice de la rédaction d’Art Press, Catherine Millet (entrée gratuite).

NB : La table ronde est précédée à 13h45 de la projection de courts-métrages des réalisateur-rice-s présents.

À 18h, Virginie Despentes présente son film, Mutantes- Féminisme porno punk , accompagnée d’Elisabeth Lebovici avant la projection à 20h30 de Baise-moi que l’auteure et réalisatrice présentera en compagnie de Carolie Trin Thi et Stéphanie Heuze. À 22h30, Despentes, toujours aura carte blanche pour une nuit Rape and Revenge

Lundi 9  février, 14h : On file voir ou revoir, La Bataille de Solférino réalisée par Justine Triet avant de se plonger dans Romance  de Catherine Breillat à 16h30. Vous arriverez pile à temps, à 18h, pour la carte blanche au Centre audiovisuel Simone de Beauvoir qui présentera Sois belle et tais-toi ! de Delphine Seyrig (la fée-maraine dans Peau d’âne…).

Mardi 10 février, 18h45 : On achève cette belle semaine avec A Girl Walks Home At Night d’Ana Lily Amirpour, un film de vampires irano-américain, à découvrir !

Toute la programmation (extrêmement riche !) et les infos pratiques sont ici.

Cinéma L’Écran : Place du Caquet 93200 Saint-Denis, Métro Basilique Saint-Denis.

Angie

Angie

Caution bisexuelle de BBX, Angie écrit sur le cinéma et les arts. Mais en vrai, elle aime surtout les paillettes et les sequins dorés. Twitter : @angelinaguiboud

Plus d'articles

Leave a Comment

*