52ecb6242401cc9b0f6a171ccf4df7c6.1421238171

Eclair Fifi, ou la candeur survoltée

La jeune écossaise Eclair Fifi a plus d’une foudre à son arc. Fraîchement diplômée en illustration de la « Edinburgh College of Art » et compositrice émérite de mixtapes à l’éclectisme musical assumé (entre italo-disco, électro et R’n’B), elle commence à se faire un nom dans le ciel du clubbing européen. Portrait.

Elle a l’air sage comme ça, avec sa blondeur candide et ses traits diaphanes. 
Eclair Fifi (de son vrai nom Clair Stirling), enfant chérie du label écossais Lucky Me, n’en est pourtant pas à sa première surprise party. Elle grandit entourée de djs, touche toute petite aux tables de mixage de ses parents. Bercée dans un univers musical haut en couleurs et en décibels, elle est nourrie de « Détroit Techno » et de « Chicago House » bien avant d’avoir l’ âge de comprendre le sens du mot « scratching ». Suivant l’exemple de sa mère, dj elle aussi, elle commence à mixer à l’âge de 17 ans. De radio pirates en clubs underground, de la vibrante Glasgow à l’éclectique Edimbourg, Fifi parcourt sa natale Ecosse et fait danser les foules.

Mais c’est quand elle obtient une résidence à la BBC radio qu’Eclair Fifi sort de son rayonnement régional pour partir à la conquête du Royaume Uni. Elle livre alors chaque semaine un mixe bondissant, ambiance doigts dans la prise. Le coup de foudre est en train d’opérer.

Petit à petit, Fifi fait son nid. Elle tourne dans tout le pays, commence à être invitée Outre-Manche, squatte les studios de Rinse FM et visite les plus grands festivals électro du monde. Mais Fifi ne se contente pas de cajoler nos oreilles. Diplômée de communication visuelle, elle participe à la production graphique de son label Lucky Me. Elle monte des vidéo clips, participe au design des t-shirts d’artistes, produit des illustrations.

Amie du collectif électro et exclusivement féminin GirlsGirlsGirls (dans lequel on retrouve notamment Piu Piu, Betty ou encore la jolie et prolifique Louise Chen), Eclair Fifi s’affirme doucement mais sûrement.
 Et lorsqu’on lui demande s’il est difficile aujourd’hui de se faire un nom en tant que femme dans la scène électro, elle répond qu’elle préfère ignorer « toutes les comparaisons entre les genres » et souligne qu’il faudrait « faire plus attention au talent de l’artiste qu’au genre auquel il appartient ».

Depuis les podcast pirates qu’elle enregistrait dans la chambre d’ado, Eclair Fifi a fait du chemin. Jouer devant 10000 personnes au Sonar, avoir sa propre émission de radio, une résidence au Social Club à Paris…

Le 30 janvier prochain, c’est à la Machine du Moulin Rouge qu’elle nous rendra visite à l’occasion de la Wet for Me du 30/01. Laissez vos dramagouines de côté le temps de son set et venez hurler son prénom, elle vous le rendra bien.

Ses mixtapes sont disponibles ici : http://thisisluckyme.com/music/eclair-fifi/

Son Facebook  // Son Soundcloud // Son site 

An Si

 

 

 

An Si

Sbire candide de BBX, An Si s'intéresse à la culture queer, porn et mainstream. Ré-invente la langue française avec ses fautes d'orthographe.

Plus d'articles

Leave a Comment

*