safia-2

Safia Bahmed-Schwartz, artiste grande-gueule et touche à tout

Elle se décrit comme une kaïra fleur bleue. Illustratrice, musicienne, tatoueuse et vidéaste, Safia Bahmed-Schwartz ressent continuellement le besoin de faire quelque chose de ses dix doigts. Entre DIY underground et mises en scène trash, la belle autodidacte multiplie les supports… Et les provocations.

1 – Plutôt université ou Tuto Youtube? (comment as-tu appris tout ce que tu fais ?)

Wikipédia et la rue. Dire que j’ai appris seule ne serait pas totalement vrai, c’est surtout les rencontres que j’ai faites, toutes sans exception, les bonnes comme les mauvaises, et surtout les erreurs. Les erreurs c’est important, ça sert à pas recommencer deux fois la même connerie, et quand je foire une fois je suis tellement en colère que je cherche à comprendre d’où vient le problème et ça ne se reproduit pas. En plus, les erreurs ça t’emmène où tu ne peux pas aller, à faire des découvertes…

Et puis pour apprendre il faut avoir envie, l’envie d’avoir envie comme Johnny. A l’école j’étais brillante mais je m’en foutais, j’ai pas le bac, j’en avais rien à foutre, je voulais faire de l’argent. Quand j’ai une envie, une idée, j’apprends tout le processus pour pouvoir réaliser ce que je veux faire, toute seule. C’est comme ça que j’ai appris à dessiner, à photographier, à éditer, à filmer, monter, plus globalement à réaliser, à tatouer, à chanter, à écrire, à photoshoper, à sculpter, à peindre, à currater…

2 – Chômage ou CAC 40 ? (tu vis de ton art ?)

Un doux mélange entre Tony Montana, Van Gogh et le lapin d’Alice au pays des merveilles (“chui en retard, chui en retard, chui en retard”). La vie d’artiste c’est pas la bohème de Charles Aznavour, c’est un choix qui demande des concessions et beaucoup de travail…

Mais je ne me vois pas vivre autrement j’ai fait le choix d’être libre, de dire et penser ce que je veux, ça à un coût. Mais je ne me vois pas faire autre chose que de te divertir avec tes propres souffrances, et te donner un petit sourire au coin des lèvres.

3 – Sport ou charcut’ ? (Ta vie, elle est plutôt healthy ou débauche ?)

Healthgoth, le sport jusqu’à la mort. De façon générale j’adore la sueur.

4 – Chocolat ou cocaïne ? (ta drogue en vrai, c’est quoi ?)

L’amour, l’Evian et le travail, les 3 en version pure. Je ne prends rien de coupé : http://fr.wikipedia.org/wiki/Safia

La meilleure foncedé c’est celle de la fatigue, celle de quand tu ne dors plus, celle qui te fait confondre la réalité avec ton imaginaire, celle qui te fait divaguer, changer des mots, en inventer d’autres.

5 – Drama ou peace&love?

Kaïra fleur bleue, currently mood : YOLOL, jusqu’à ce qu’on me fasse chier. Dans ce cas-là je ne réponds plus de rien.

6 – Discothèque ou plateau tv ? (si tu sors, où, quand, comment ?)

Si on parle de clubbing a proprement parlé je sors seule et je me laisse porter d’endroit en endroit, de groupe en groupe, de musique en musique et d’ambiance en ambiance. Sinon j’adore sortir de Paris, et sortir dans différentes villes de province soit avec des potes qui s’y produisent soit m’inviter chez des gens que je ne connais pas et m’inventer un personnage, une vie et encore faire des rencontres, je ne vais rien t’apprendre en te disant que les meilleures soirées sont les moins organisées.

J’aime danser, peu importe l’endroit, le moment, que ce soit très tôt le matin sur mon vélo, ou tard dans la nuit à moitié nue dans un club gay. J’adore la nuit, j’adore rouler dans Paris, quand les rues sont vides, vers 4h30. Une discussion avec un chauffeur de taxi en pleine nuit me suffit à passer une bonne soirée. Je sors depuis que j’ai 15 ans, j’ai commencé à Pigalle, ce quartier est inévitable dans mon circuit nocturne…

7 – C’est quoi ton féminisme?

Etre dans le déni d’une quelconque différence entre les hommes et les femmes. Même si, en vrai il en existe et pas qu’une…

Je n’aime pas trop parler de ça, parce que c’est un sujet qui me met beaucoup trop en colère, entre les filles qui en font leur fond de commerce, les mecs qui se comportent comme des connards mais à qui on ira jamais chercher des poux, et puis les questions importantes sur lesquelles on revient sans cesse comme celle de l’avortement…

Quand j’étais gosse je ne me considérais pas différente d’un garçon, puis à l’adolescence j’ai compris que des différences il y en avait dans le fond et dans la forme. J’ai eu du mal à passer le cap mais sincèrement je m’en fous, notre génération est complètement nikée, à mon échelle j’ouvre par-delà le bien et le mal… En espérant à différent niveaux dans mes travaux faire réfléchir au moins un quart de seconde…

8 – La vie idéale, c’est quoi pour toi?

J’en sais rien, j’ai jamais eu le guide entre les mains, vivre chaque jour comme si c’était le premier le finir comme si c’était le dernier… Vivre vraiment intensément, faire les choses, pas avoir de regrets, pas le temps pour ça.

9 – Tes projets pour les mois à venir ?

Dans l’ordre :

La sortie de mon prochain clip AUTOMOTO dont je suis l’interprète et dont j’ai réalisé le clip (en Janvier 2015)

La sortie d’une ligne de vêtement “MANIERE NOIRE” (Février 2015)

La sortie de mon prochain livre “Safia BAHMED-SCHWARTZ isn’t available” aux éditions BAHMED&SCHWARTZ (en Avril 2015)

La sortie du livre “L’utopie d’August Sander” de Mohamed Bourouissa (en Mars 2015)

Une expo en juin 2015 à Paris

Je crois que c’est tout ce dont je peux parler, le reste c’est surprise

10 – Ton site / blog ?

www.safiabahmed-schwartz.net

www.safiabahmed-schwartz.fr

www.bahmedschwartzeditions.com

Propos recueillis par An Si

photos :KEFFER

An Si

Sbire candide de BBX, An Si s'intéresse à la culture queer, porn et mainstream. Ré-invente la langue française avec ses fautes d'orthographe.

Plus d'articles

2 Comments

  1. Gast says:

    Un lien pour voir son taff en tattoo ?

Leave a Comment

*