lucie-inland_exquis-ortie_06

Barbie du mois #5: Lucie Inland

Le noir et blanc contrasté donnent à ses photos une atmosphère tantôt légère, tantôt lourde. Basée à Rennes, Lucie travaille l’image, figée ou en mouvement. Inspirée par l’horreur (au cinéma, en littérature) elle arrive à recréer ce qui la marque, sans frôler la folie.

BBX: Plutôt université ou tuto YouTube? (Comment as-tu appris à faire tout ce que tu fais ?)

Lucie: Moitié université moitié autodidacte. J’ai commencé à faire de la photo pendant mon adolescence via une association de photographie argentique, où j’ai appris sur le tas avec les autres adhérents la prise de vue et le travail en labo. Maintenant je ne travaille qu’en numérique, c’est plus économique et pratique, mais j’ai gardé ce goût pour le noir et blanc assez brut et l’application pour la composition (au lieu de mitrailler de façon peu consciencieuse en me disant « c’est pas grave je ne suis pas limitée par une pellicule et je peux compenser avec Photoshop »). J’ai étudié l’histoire de l’art avec une spécialité en photographie, ce qui a grandement éduqué mon œil et ma sensibilité, même si c’est un enseignement uniquement théorique. Et je passe pas mal de temps sur Tumblr depuis quatre ans. Ma rencontre avec le photographe Jérôme Sevrette a beaucoup joué aussi, j’ai énormément appris à son contact et il est devenu un véritable frère de cœur.

Chômage ou CAC 40 ? (Tu vis de ton art ?)

Je ne vis absolument pas de mon art, comme la majorité des artistes que je connais. Je jongle entre boulots alimentaires plus ou moins ennuyeux à temps partiel et RSA pour avoir à la fois un minimum pour vivre et le temps pour créer. C’est un équilibre usant au fil des années, vu que je pointe à l’aube pour mon petit boulot principal, plus d’autres boulots occasionnels en journée, et que je sors pas mal le soir notamment pour des activités artistiques, mais je ne peux pas me permettre d’arrêter pour le moment car ça me précariserait encore plus, et donc me bloquerait totalement dans la vie. J’aimerais évidemment avoir des revenus réguliers avec mes photos mais je ne sais pas vraiment « me vendre », être visible parmi tou.te.s les photographes en activité, je suis trop peu sociable et assurée pour ça. De plus, je bosse principalement avec des gens qui n’ont pas vraiment de fric pour me payer (musicien.ne.s, associations culturelles alternatives), et je sais très bien que les commandes qui permettent aux photographes de vivre sont « alimentaires » (mariages, publicité, etc) et ne relèvent pas de la création personnelle.

Sport ou charcut’ ? (Ta vie, elle est plutôt healthy ou débauchée ?)

Je suis végétarienne depuis quasiment huit ans mais je ne suis pas vraiment un exemple de personne « healthy » ! Ma santé a toujours été fragile, je dors n’importe comment, ai un bon lever de coude et quelques autres mauvaises habitudes. À côté de ça je marche pas mal, fais un minimum attention à ce que je mange (merci les poubelles de marché pour les stocks de fruits et légumes frais gratuits), et m’accorde des périodes de repos seule avec mon chat pour recharger mes batteries.

Chocolat ou cocaïne ? (Ta drogue en vrai, c’est quoi ?)

Le thé et le chocolat noir.

Drama ou peace&love?

Je pense être une personne sympathique et bienveillante mais je peux devenir très conne si on en abuse ou si on s’en prend aux personnes que j’aime. Avec le temps je me dis que les journées sont trop courtes pour se laisser dévorer par des choses négatives, que si la vie m’offre des citrons autant en faire une Margarita, mais je reste une personne sensible, rancunière, assez colérique et très angoissée par le quotidien, avec un seuil de tolérance plutôt bas.

Discothèque ou plateau télé ? (Si tu sors, où, quand, comment ?)

Concerts, beaucoup, notamment au Terminus où un couple de potes fait passer pas mal de bons groupes. Des projections de films, comme celles du Fist. Quelques bars de prédilection et vernissages. Soirées à la maison en (tout) petit comité car c’est plus intimiste et pratique quand on est fauché.e. Je sors régulièrement car il se passe toujours plein de chouettes trucs à Rennes, ça me fait du bien de voir mon entourage et vivre des moments qui m’inspirent, mais supporter les gens est vite une épreuve quand on est introvertie, alors je compose en fonction de mes moyens.

C’est quoi ton féminisme ?

Vaste question! Il n’est pas vraiment universitaire, à vrai dire j’ai lu très peu de textes théoriques, même si Tumblr me permet d’avoir régulièrement des pistes de réflexion (on ne vantera jamais assez les mérites des réseaux sociaux pour se documenter et partager sur le sujet). En plus j’ai du mal avec le jargon militant car il ne parle qu’aux personnes sensibilisées, et donc une minorité. La très grande majorité des personnes que je fréquente ne l’est pas du tout. Mon féminisme essaie d’être évolutif, inclusif, et conscient de ses contradictions. Par exemple j’adore les films d’horreur, en tant que meuf ça m’a toujours posé question (des films réalisés par des hommes pour un public majoritairement masculin), mais depuis l’année dernière j’ai découvert quantité de choses sur le sujet, comme Kier-La Janisse et son génial « House Of Psychotic Women » (attention c’est très remuant à lire quand on est personnellement concernée), Hannah Neurotica qui a fondé la revue Ax Wound et le festival Women In Horror Month, et les réalisatrices Jennifer et Sylvia Soska (je recommande à tout le monde de regarder American Mary, qui est pour moi un bel exemple de film d’horreur féministe).

Quant à mon travail, je ne le considère pas comme féministe car il n’est pas militant, mais je me questionne évidemment, notamment quand je fais des photos de nu/érotique avec des femmes, et de façon générale des photos avec des corps humains, pour créer quelque chose que je trouve positif en terme de représentation. J’ai déjà reçu des mails de filles voulant poser « quand elles auront perdu du poids sinon c’est moche », ça me donne envie de pleurer à chaque fois, même si je comprends tout à fait qu’elles aient besoin de se sentir à l’aise. La motivation derrière est tellement déprimante… Je sais aussi qu’il y a des choses que j’accepterais difficilement de faire, voire refuserais carrément, comme faire des photos ou des clips dans l’esprit « groupe de rock and roll de mecs avec une armée de groupies meufs à leurs pieds qui ne sont là que pour le regard masculin » parce que c’est au-delà de mes limites.

La vie idéale, c’est quoi pour toi?

Un bon équilibre créatif, financier, sentimental et médical, en étant un maximum indépendante.

Quels sont tes projets en cours / à venir ?

Fin août j’ai tourné un film d’horreur arty/absurde avec une pote super talentueuse, Alexandra Brillant. Il est en cours de montage/post-production.
Je commence à collaborer avec le site Rennes Musique pour des photos et des compte-rendus de concerts, j’ai commencé par celui de Lust For Youth qui est un groupe que j’adore, qui devrait sortir sous peu.
J’ai aussi une série de photos réalisée avec une amie qui devrait bientôt arriver sur mon site, et quelques projets en collaboration avec d’autres personnes que j’espère mener à terme quand on sera tou.te.s disponibles.

Ton site / blog ?

Son site : lucieinland.com

Son Facebook

Son Tumblr

 

Propos recueillis par Sarah

Sarah

Sarah ne parle plus trop de cul ni d'amour d'ailleurs mais ses passions demeurent : féminisme, antispécisme, santé mentale et gingembre.

Plus d'articles

Follow Me:
Facebook

Be Sociable, Share!

One Comment

  1. soo fille says:

    à quand l’interview de Marie Rouge en Barbie du mois ?

Leave a Comment

*