Vitali-Gelwich-Photography-Berlin-meggy-Suol-dj-music-artist-web

Cette semaine dans vos oreilles #10

Cette semaine, on avait pas assez de place pour vous parler de tout. On vous propose donc une sélection légèrement schizophrène mais surtout, très cosmopolite ! Des rues vides de Berlin aux allées chargées de Londres, en passant par la sophistiquée Copenhague, les déserts vibrants d’Australie et les desserts glacés d’Islande, vous aurez, avec ces 5 (non 7) tracks, de quoi faire vibrer votre semaine. Bim. Bam. PLAY.

1 / MEGGY – Anything You Can

En quelques mots : Berlin / Suol / Dance / groove / Rampa / Goldengate

« Le 29 novembre, JE VAIS À LA WET ! »

On aime Anything You Can parce qu’il cadre à pic avec ce joyeux revival des années 90 qui anime les clubs depuis quelques années. Extrait de l’EP Hide 4 Love, de la jeune berlinoise Meggy, Anything You Can est un parfait hommage à la dance et au dancefloor lui-même. Après ses marquantes collaborations avec notamment Fritz Kalkbrenner, Rampa et Pete Tong, Meggy, à peine 24 ans et pur produit berlinois, est le nouveau nom que l’on retrouve sur toutes les bouches depuis quelques temps…. Barbi(e)turix ne pouvait pas laisser passer ça : elle sera à découvrir à la Wet For Me Diva Édition le 29 novembre prochain à La Machine du Moulin Rouge.

2 / TALA – Everybody’s free

En quelques mots : Aesop / Londres / Iran / piano / fusion

Comme une bonne chevauchée sous le cagnard…

Malgré l’aspect simpliste du gimmick, Everybody’s Free vous fera froncer les sourcils de plaisir et hocher la tête d’approbation. On découvre Tala avec le bel EP, The Duchess, sorti en juin dernier. Depuis, les singles s’égrainent et les sourires fusent. Parce que le son de Tala est sans doute un des plus excitants ayant vu le jour en 2014. Inspiré des racines iraniennes de son père et du background so british et pop de sa mère, le son Tala est hybride, puissant et doux à la fois, un vrai bol d’air frais en ce parfois bien maussade 21e siècle.

3 / SHURA – Touch

Jenny l’avait prédit…

En quelques mots : Londres / Russie / premier single / hypnotique / dream R’n'B & pop / Amazonie 

On aime Touch, et surtout son clip, parce que tout plein de gens s’y embrassent. Puis évidemment, on aime Touch, pour son flow, son aspect hypnotique qui rappelle les plus jolis slows, les influences de pop 80s et de hip-hop 90s. Enfin quelque chose de doux, de pas prétentieux, qui donne envie de se laisser aller à un peu de romantisme… Ouf ! On souhaite une belle réussite à cette jeune anglaise dont le soundcloud explosait en début d’année. En attendant l’album, bon slow et bon roulage de pelle.

À noter : la sortie toute récente de son deuxième single, ici.

4 / IGGY AZALEA feat. MO – Beg For It

Beg For It…

En quelques mots : Sydney / swag / mannequin / rap / Copenhague / Sony / vierge

On aime Beg For It car chaque featuring de la danoise MO est un vrai petit bijou. Puis aussi parce qu’on supporte Iggy depuis ses débuts, avant qu’elle ne passe à la radio et soit entonnée à chaque coin de rue par les adolescentes faussement rebelles des beaux quartiers parisiens.

5 / THE DO – Despair, Hangover & Ectasy

La nouvelle bande son de Wonderwoman..

En quelques mots : Dan / Olivia / On My Shoulders / Finlande / Get Down ! / L’Empire des loups

On aime Despair, Hangover & Ectasy tout comme le nouvel album de The Dø, parce que c’est un retour… plutôt réussi ! Après leur semi-explosion il y a six ans et un deuxième album très remarqué en 2011, le duo franco-finlandais revient avec Shake, Shook, Shaken. Une belle leçon d’anglais pour un troisième opus plus minimaliste, synthétique, une terre nouvelle et épurée d’où ont été écartées pratiquement toutes sonorités de guitare. Intense, puissant, Shake, Shook, Shaken est rempli d’hymnes et Despair, Hangover & Ectasy est l’un d’eux.

BONUS : En bonus, deux titres, deux coups de coeur pour deux envolées de deux univers bien distincts. A For Ache, pour commencer, le lunaire, disco et synthétique premier track de Theodora, exe bassiste du trio Théodore, Paul et Gabriel. Puis le mélancolique, enneigé et très rêveur Lone Wolf , extrait de Beyond The North Wind, premier album de Kat May, auteure-compositrice française expatriée à Londres. On leur souhaite bonne chance à toutes les deux !

 

Adeline

Adeline

Journaliste musique bipolaire, Adeline est amatrice de son brut, un peu sombre à tendance viol-des-oreilles. Aime jouer sur/avec les mots, voir la vie en bleu et en points. Site pro : adeline-journet, site perso : L'amourfou

Plus d'articles

One Comment

  1. soo fille says:

    J’adore ce format… MERCI pour la découverte de Shura, depuis que j’ai “Touch” en intraveineuse, je baigne dans un immense bain de vapeur chaud et vaporeux.

Leave a Comment

*