existrans-2013

Existrans : rendez-vous samedi pour la 18e édition

Trop souvent oublié-e-s des luttes pour les droits des LGBT, la 18e édition de l’Existrans redonne de la visibilité aux personnes Trans et Intersexes tout en nous rappelant l’importance de préserver la liberté et la diversité de chacun-e.

La Marche Existrans

Existrans est un collectif regroupant à l’origine l’Association du Syndrome de Benjamin, le Groupe Activiste Trans (GAT), Act Up, Sans contrefaçon, Mutatis Mutantis, Trans Act et l’Organisation Internationale des Intersexué-e-s (OII Francophonie).

En 1997 le collectif Existrans organise à Paris la première manifestation Existrans, « la marche des personnes Trans & Intersexes et de celles et ceux qui les soutiennent ». La marche est avant tout un moyen de donner de la visibilité aux corps des Trans, personne dont l’identité de genre ne correspond pas au genre qui lui a été assigné à sa naissance, et aux Intersexes, personne qui présente à la naissance des organes génitaux ni totalement masculins, ni totalement féminins. Nous vous invitons à lire l’article de Vincent Guillot sur les intersexes.

La marche Existrans sert également à revendiquer publiquement des droits pour les Trans et les Intersexes. Depuis 2007, l’Existrans s’exporte en Europe, ce qui a eu pour conséquence l’adoption en 2010 de la résolution 1728 par le Conseil de l’Europe. Cette résolution clé affirme « garantir le droit des personnes transgenres à obtenir des documents officiels reflétant l’identité de genre choisie, sans obligation préalable de subir une stérilisation ou d’autres procédures médicales comme une opération de conversion sexuelle ou une thérapie hormonale. »

Pourquoi les Trans et Intersexes ont besoin de visibilité ?

Au regard du droit international et européen, l’orientation sexuelle et l’identité de genre ne peuvent être motifs de discrimination. Au regard du droit français, il n’y a aucune loi qui protège les Trans et les Intersexes. La France s’est déjà faite épinglée par l’ONU, notamment sur la question du changement d’état civil pour les personnes FTM, MTF ou Intersexe. Les personnes concernées par un changement d’état civil sont aujourd’hui dépendantes du bon vouloir de l’officier d’état-civil, ce qui peut parfois relever du parcours du combattant et prendre plusieurs longues et douloureuses années.

Heureusement les mentalités commencent à évoluer grâce au travail des militants. Jules, un des organisateurs de l’Existrans à Paris, nous explique que la plupart des problèmes au quotidien des Trans et Intersexes découlent de la non-reconnaissance de leur identité par l’état-civil : « La France est un pays où l’on demande régulièrement ses papiers pour faire les moindres démarches, il est difficile pour les Trans et Intersexes d’accéder aux soins, de participer à un concours, d’accéder à un emploi…». Cet obstacle majeur conduit les plus fragiles à des comportements à risques : prostitution, suicide faute de soutien et protection antidiscriminatoire, etc. Ces personnes se heurtent quotidiennement à des préjugés voire à une hostilité qui peut s’exprimer de façon verbale comme physique.

Pourquoi faut-il venir à la 18e édition de l’Existrans ce samedi ?

L’Existrans porte cette année une revendication phare, avec le mot d’ordre suivant : « Changement d’état-civil libre et gratuit : Promesses non tenues, les Trans et les Intersexes sont dans la rue ! ». Cette revendication n’ayant jamais été prise en compte par les politiques, l’Existrans s’adresse cette année aux personnes qui ont le pouvoir de changer juridiquement la donne.

Jules attend beaucoup de cette marche : « Aujourd’hui rien de concret n’a été fait, à part deux propositions de loi, dont une dernière ébauche proposée par les députés socialistes. Mais l’on regrette que les associations ne soient pas consultées au préalable pour répondre aux besoins réels des personnes Trans et Intersexes au lieu de répondre aux besoins présumés par des politiques qui restent finalement assez ignorants sur ces problématiques ».

Le collectif Existrans revendique un changement d’état civil libre et gratuit, de façon déclarative auprès d’un officier de l’état civil sans aucune condition de suivi médical, stérilisation, sans délai et frais supplémentaires d’avocat. Le collectif revendique également la fin des opérations forcée à la naissance pour laisser le choix aux personnes Intersexes de déterminer leur sexe via un accompagnement médical.

La première édition de l’Existrans a réuni une soixantaine de personnes. 18 ans après les organisateurs se félicitent d’atteindre le millier de participants ! On espère vous y voir nombreuses et nombreux dès 14H ce samedi 18 octobre à Stalingrad pour exiger du gouvernement qu’il tienne ses promesses pour assurer l’égalité et la sécurité des Trans et intersexes !

Toutes les infos sur l’Existrans 2014 et le parcours sur le site web www.existrans.org et l’event Facebook 

 

Be Sociable, Share!

3 Comments

  1. C-M.C says:

    J’espère que Barbieturix prévoit une délégation sur place.

  2. Lubna says:

    On s’y retrouve Timide ?

  3. C-M.C says:

    coucou looloo !

    timide aurait voulu t’écrire : “Avec Grand Plaisir” mais, d’autres engagements sont pris à la dernière minute ! C’est unique le militantisme Queer.

    Bonne marche aux kings de Barbieturix !

Leave a Comment

*