UN Women's HeForShe Campaign Special Event

Emma Watson, d’enfant star à ambassadrice de l’ONU

Devenue Ambassadrice de bonne volonté de l’ONU Femmes, le 21 septembre dernier, Emma Watson a déclamé un stupéfiant discours en faveur de l’égalité des droits entre hommes et femmes. Alliant diction parfaite, humour british et mots soigneusement choisis, l’actrice de 24 ans s’est imposée sur la scène médiatique, comme figure de proue d’un féminisme inclusif mais vindicatif. Portrait.

“Il faudrait que tu revoies l’ordre de tes priorités !” assenait-elle à ses camarades, Harry et Ron, dans Harry Potter à l’école des sorciers, premier épisode de la  saga qui la fit connaître à l’âge de dix ans. Emma Watson, fameuse enfant actrice, née à Paris en 1990, a parcouru bien du chemin depuis. Cantonnée pendant plus de dix ans au rôle d’Hermione Granger, élève assidue, intelligente, courageuse et légèrement bizarre, elle fut souvent confondue avec son double fantastique. La comédienne contribua à cette confusion en affirmant, lors d’interviews qu’elle se retrouvait dans les comportements de la jeune sorcière. Raillée par ses camarades de Poudlard, elle était cette fille étrange, hirsute, de parents moldus, qui s’enfermait des heures dans la bibliothèque loin des considérations coquettes des adolescentes de son âge.

A cinq ans, Emma quitte la France avec sa mère fraichement divorcée et son frère pour rejoindre l’Angleterre. Elle continue sa scolarité dans la très select’ Dragon School d’Oxford, ou elle apprend à jouer au hockey sur gazon. Alors à l’école primaire, on lui diagnostique un trouble déficitaire de l’attention, avec hyperactivité. Un trouble qu’elle canalisera à travers la comédie et la scène. A sept ans, elle révèle ses talents précoces de comédienne à l’occasion d’un récital de poésie, la Daisy Pratt Poetry Competition, qu’elle remporte haut la main.

En 1999, elle a 9 ans lorsque son professeur de théâtre la met en contact avec un directeur de casting. Huit auditions plus tard, elle remporte le rôle qui va la rendre célèbre…Vous connaissez la suite…

Après huit films au sein de ce monde parallèle, Emma Watson est devenue une superbe jeune femme de 20 ans, égérie de nombreuses campagnes de mode. La weirdo Hermione Granger s’est transformée en canon made in Britain sans pour autant se départir de son image d’intellectuelle.

Elle a ainsi mis sa carrière de côté depuis 2011 (seulement quatre films en quatre ans) pour se consacrer à son Bachelor de littérature anglaise, qu’elle a obtenu en mai dernier, à l’Université de Brown aux Etats-Unis. Ses choix cinématographiques sont par ailleurs assez disparates, loin d’un parcours balisé amenant tout droit aux Golden Globes : d’un second rôle d’habilleuse dans My Week with my Marilyn, à celui d’un ado rock’n'roll dans Le Monde de Charlie ou d’une enfant gâtée de Beverly Hills dans The Bling Ring de Sofia Coppola… Cette année, on l’aura uniquement aperçue dans le péplum américain Noé, de Darren Aronofsky.

Emma Watson se fait aussi discrète quant à sa vie privée. Wikipédia semble en savoir presque plus à son sujet qu’elle-même ; la jeune femme fuit la presse à scandales, les photographes indiscrets et les interviews intrusives. Après la surmédiatisation de son long premier rôle, elle semble s’être construite loin du destin des enfants-stars. Pas prête de sombrer dans une quelconque addiction, Emma ne joue avec sa langue que sur les plateaux de tournage. Elle offre aux médias avides, l’image d’une étudiante sobre, livres à la main et uniforme sweat à capuche-jeans-baskets… Loin des sorties en boites de nuit de ses comparses hollywoodiennes.

C’est seulement quelques semaines après son diplôme, qu’Emma Watson, 24 ans rappelons-le, est nommée Ambassadrice de bonne volonté à l’ONU Femmes – non diplomate, elle se sert de sa renommée afin de servir les valeurs de l’organisation internationale. Elle déclame son premier discours le 21 septembre dernier au siège de l’ONU à New-York, en faveur de l’égalité entre hommes et femmes, présentant par la même occasion la campagne HeForShe, qui vise à ce que les hommes s’engagent autant que les femmes dans le combat pour l’égalité des droits.

Drapée dans une élégante robe blanche, l’actrice entame un discours juste, pertinent, d’une voix quelque peu impressionnée – qui ne l’aurait pas été ? “Quand, à l’âge de 14 ans, j’ai commencé à être sexualisée par la presse, quand, à 15 ans, mes amies ont arrêté de faire du sport pour ne pas “risquer” de prendre trop de muscles, quand, à 18 ans, mes amis garçons sont devenus incapables de parler de leurs sentiments, alors j’ai décidé que j’étais féministe.” annonce-t-elle, fièrement avant de détailler : “Je suis Britannique et je pense avoir le droit d’être payée autant qu’un homme. Je pense avoir le droit de prendre les décisions que je veux en ce qui concerne mon corps. Je pense que les femmes ont le droit de s’engager et de me représenter dans les décisions politiques. Hélas, je peux vous dire qu’il n’y a aucun pays dans le monde où les femmes peuvent espérer avoir ces droits.”

Près de 175 000 hommes soutiennent, désormais, la campagne HerForShe et s’engagent à militer auprès des femmes pour qu’elles puissent accéder aux mêmes droits qu’eux. On ne sait si ce sont la force de ses propos, l’intransigeance de son regard ou encore simplement sa notoriété qui les convainquirent mais Emma Watson semble bel et bien être une figure du féminisme en devenir.

Angie

Caution bisexuelle de BBX, Angie écrit sur le cinéma et les arts. Mais en vrai, elle aime surtout les paillettes et les sequins dorés. Twitter : @angelinaguiboud

Plus d'articles

Leave a Comment

*