Pro-democracy protesters switch on their mobile phones during a campaign to kick off the Occupy Central civil disobedience event in Hong Kong

Hong Kong : Occupy Central et activisme LGBT

Dix jours après le début des manifestations prodémocratiques organisées à Hong Kong par le mouvement de désobéissance civile Occupy Central with Love and Peace, les rues commencent à se vider lentement.

Le gouvernement a accepté d’ouvrir un dialogue – limité en termes de sujets abordés, à en croire le compte Twitter d’Occupy Central – le 10 octobre avec les meneurs du mouvement étudiant, que ces derniers acceptent tout en restant sur leur gardes. En attendant que se jouent les décisions sur le futur démocratique du pays, retour sur la présence d’activistes LGBT dans les manifestations.

Que les combats prodémocratiques et l’activisme LGBT aillent de pair n’étonnera personne, et le mouvement actuel à Hong Kong ne fait pas exception. Parmi les nombreuses célébrités ayant soutenu activement le mouvement, on compte par exemple le chanteur Anthony Wong Yiu-Ming (qui a annoncé publiquement son homosexualité lors d’un concert en 2012) ; non content de signifier son soutien au mouvement, il a donné un concert gratuit dans les rues occupées, le 30 septembre.

Anthony Wong avait co-fondé avec la chanteuse Denise Ho (également présente lors des manifestations), la campagne Big Love Alliance. Lancée en janvier 2013 et prévue sur une durée de 18 mois, celle-ci vise à donner plus de visibilité à la communauté LGBT de Hong Kong et à promouvoir le combat pour l’égalité des droits.

En plus des membres de Big Love Alliance, d’autres associations LGBT ont été présentes durant les manifestations. Le groupe Rainbow Action, par exemple, a fait en sorte d’avoir des membres postés en permanence sur tous les sites de manifestation ; selon leur représentant Tommy Chen, les activistes LGBT, en général, représentent une partie importante des membres de mouvements pour les droits civils impliqués dans l’organisation des manifestations, comme le Civil Human Rights Front.

A Hong Kong, malgré un environnement relativement favorable à la communauté LGBT et un engagement politique certain de la part de ses membres, la loi reste en retard sur les réalités sociales, et les citoyens non hétérosexuels ou cisgenres ne bénéficient pas encore de réelles protections légales. La politique en la matière, ainsi qu’en droits de l’homme, en général, reste dominée par des lobbys puissants et entravée par les lacunes démocratiques du système.

Sans représentation démocratique, pas de véritable activisme LGBT possible ; les associations concernées le savent bien, et c’est pour cela que la communauté s’engage depuis au moins une décennie dans des combats revendiquant des droits civils et un système politique représentatif. La présence lors d’Occupy Central de ces associations, ainsi que de célébrités portant publiquement leurs revendications, marque l’espoir d’être associés aux changements politiques potentiels à venir.

Pour l’instant, tout est encore en suspens ; les discussion qui commenceront demain et la façon dont le gouvernement se sortira de cette crise politique donneront le ton des combats à venir.

Sources : Gaystarnews  // South China Morning Post (et ici) // Big Love Alliance

Kit

Kit

Kit est un croisement entre ta prof de lettres préférée et un monstre sous-marin tentaculaire énervé et misandre, un animal hybride qui hante les bibliothèques et les failles spatio-temporelles.

Plus d'articles

Leave a Comment

*