Kbarré1

Festival Jerk-Off : Lydia Lunch dans K-Barré Apoca-Lipstick au Cabaret Sauvage !

Chanteuse, poète, écrivain, actrice… Lydia Lunch est une artiste complète. Âgée de 54 ans, l’emblématique représentante de la No Wave (un court mouvement musical américain inspiré du punk) et du post-punk sera sur la scène du Cabaret Sauvage le 17 septembre prochain, dans le cadre du Festival Jerk-Off, pour un cabaret dé-jant-é !

Sous le titre de K-Barré Apoca-Lipstick, ce spectacle créé -mais aussi interprété- par Barbara Mavro Thalassitis met en scène Lydia Lunch accompagnée de Maria Clara Villa Lobos et de Jessica Batut. Cabaret singulier, cette création interroge les enjeux de la représentation du genre féminin à travers une succession de numéros mêlant danse et chant aux “spoken words” de Lydia Lunch- textes écrits pour être interprétés lors de performances-.

Ces essais philosophico-gender-littéraires de Lydia Lunch apparaissent comme le fil rouge de ce spectacle hors-norme qui cherche à libérer les corps féminin par les mots et la performance. Habillés, déguisés, maquillés, dénudées ou légèrement effeuillés, les corps des artistes se prêtent à l’expérience de la délivrance de la chape de plomb sociétale.

“La question centrale qui traverse ce projet des plus singuliers c’est la féminité, ou plutôt les féminités d’un point de vue clairement féministe, celui véhiculé par Virginie Despentes ou Béatrice Preciado dans la foulée des pensées qui ont émergé du courant des gender studies…” explique Barbara Mavro Thalassitis.

Musicalement, Lydia Lunch s’est toujours distinguée par sa volonté d’indépendance, sa volonté de sortir du circuit des labels et des grandes compagnies de production. Tout d’abord avec son groupe de No Wave : Teenage Jesus and the Jerks dont elle fut la leader pendant trois ans (1976-1979), une formation aux chansons extrêmement courtes (leur album dure dix-huit minutes) et où la voix de la jeune femme domine une musique sans fioriture, une voix féminine typique de la fin des années 1970 et de ces groupes. On pense aux Slits ou encore à Linder, lors de ses performances. Après avoir quitté le groupe, elle fonde Widowspeak son propre label où outre ses chansons, elle produit des lectures de textes ou réalise des collaborations avec d’autres artistes tels que Kim Gordon, Nick Cave ou encore Marc Almond qui mettent en musique ses textes.

Prolifique, l’artiste reforme même un groupe en 2009, Big Sexy Noise - avec lequel elle tourne toujourstout en continuant ses multiples activités. Artiste engagée, elle participe au documentaire de Virginie Despentes, Mutantes : Féminisme, Porno, Punk sur le mouvement post-porno lesbien. La même Virgnie Despentes qui a préfacé son ouvrage Paradoxia, lors de sa réédition en 2011 -il avait été publié en 1998-. Les deux auteures ont ce combat féministe en commun : des femmes qui ont subi la sexualité hétérosexuelle avant de la contrôler, de la théoriser et d’écrire de véritables manifestes, à l’image de King Kong Théorie.

Ce combat, elle l’interprétera pendant 70 minutes dans une mise en scène où la drôlerie et le kitsch seront à l’honneur !!

Venez nombreux-ses voir K-Barré Apoca-Lipstick, le 17 septembre dès 20h au Cabaret Sauvage !!

Le spectacle sera suivi d’un DJ-set de Rag !

Préventes conseillées : 15 € (17€ sur place)

Angie

Photos : Roberta Dance Cie

Barbi(e)turix vous fait gagner 2×1 places en envoyant “BBX loves Lydia”  à barbieturix@gmail.com ! Premières arrivées, premières servies ! [jeu-concours terminé]

Angie

Caution bisexuelle de BBX, Angie écrit sur le cinéma et les arts. Mais en vrai, elle aime surtout les paillettes et les sequins dorés. Twitter : @angelinaguiboud

Plus d'articles

Be Sociable, Share!

2 Comments

  1. above says:

    Est-ce qu’il y aura une billetterie sur place ?

  2. Lubna says:

    Oui, les places sont disponibles sur fnac et digitick, ainsi que sur place

Leave a Comment

*