1280-girls-who-code

Informatique : les femmes se mettent au code

Rentrée oblige, c’est l’occasion de se lancer dans de nouveaux projets : monter sa boîte, suivre une formation… Focus sur une tendance qui fait son petit bout de chemin dans un univers encore très masculin : l’apprentissage du langage informatique, « le code » pour les intimes, chez les femmes.

Google vient d’investir cet été 50 millions de dollars dans plusieurs programmes, dont Made With Code, pour apprendre aux jeunes filles les secrets du code. Le but étant de réduire le gender gap dans un secteur tech dominé par les hommes. En France les femmes représentent en moyenne 32,5% de l’emploi du secteur informatique. Elles sont encore minoritaires dans les filières informatiques et techniques, que ça soit dans les formations diplômantes courtes (IUT) ou d’excellence (6,8% dans les Grandes Ecoles d’ingénieur) alors qu’elles sont nombreuses à être impliquées dans le web 2.0 et les réseaux sociaux (bloggueuse, community manager…).

Ce constat vient en partie d’idées reçues sur le code (les hommes ont bien souvent un niveau supérieur en informatique), mais aussi au manque de visibilité de modèles féminins dans ce secteur pour inspirer les plus jeunes à envisager des études dans le secteur informatique pour devenir développeuses web. Pourtant l’envie et le besoin sont là, la première saison de cours de coding gratuits proposés par l’association Girls In Tech Paris en partenariat avec Microsoft était full house et plusieurs initiatives françaises dont le succès de WI-Filles, programme éducatif destiné aux filles de 14 à 17 ans de Seine-Saint-Denis, confirment cette tendance.

Credit photo : Hors Serie Mode ELLE, Sept 2014

Nul besoin de sortir de Polytechnique pour savoir coder. Si vous avez joué à des jeux vidéo, vous avez sans doute déjà effleuré les bases du code sans vous en rendre compte. 

Jouer à Minecraft, dont le principe est de récupérer des matériaux que l’on peut détruire/déplacer/transformer pour avancer dans le jeu en fonction de plusieurs modes (survie, créatif, etc.),  permet de s’initier au code puisqu’on vous demande les mêmes compétences qu’en programmation : concevoir, customiser, raisonner logiquement, pour arriver à un but précis. Cette relation entre gaming et  coding n’a pas échappé aux téchos ce qui explique le succès des langages de programmations ludiques intuitifs comme Scratch, Alice ou Beta. En misant sur le visuel, le glissé-déposé de blocs de code simplifiés traduits en langage courant, Scratch permet de rendre accessible la programmation à tous et est principalement utilisé aujourd’hui pour apprendre à coder aux enfants et ados.

Capture d’écran de Scratch : création d’un jeu de type Tétris

Si toutefois cela ne vous parle pas, en France plusieurs initiatives ont été lancées pour rendre le code accessible à toutes.

“Coder, mais pourquoi faire ?”

On peut avoir pleins de raisons de coder, par curiosité, par passion, pour le boulot… On en retient trois essentielles :

Option 1 : le code comme empowerment

Si vous avez déjà essayé de réaliser votre propre site web (« ouais t’inquiète en 2H mon site pro sera nickel sous WordPress »), après des heures de visionnage de tutos sur YouTube, sans jamais bien tout comprendre et qu’au final vous avez lâché l’affaire par dépit (ou préféré lancer un Skyblog/Tumblr ou une page Facebook/Wikipédia).

Option 2 : le code pour éviter les arnaques

Si vous avez eu la bonne idée de déléguer cette tâche à un pro mais que vous ne compreniez ni ses tarifs ni son vocabulaire (« je te fais ça sous CMS pour que ça soit facilement personnalisable en HTML et CSS ») et que vous avez la nette impression qu’on vous prend pour un pigeon.

Option 3 : le code pour pécho

Si vous souhaitez impressionner votre target geek ou non-geek.

“Coder, oui, mais comment ?”

Que vous soyez novice ou padawan (fausse débutante) plusieurs options en français s’offrent à vous :

En ce qui nous concerne on a testé et approuvé les options Code Cademy, la plus efficace pour progresser à son rythme, et Girls In Tech même si ces cours ne feront pas de vous le prochain Monsieur Facebook, enfin pas tout de suite. On y a fait pas mal de rencontres de femmes (25 – 35 ans) qui souhaitaient monter leur boîte, créer un site web ou une appli. On y a appris le vocabulaire geek, on a découvert le langage de programmation C#, on a réussi à faire une appli mobile, un jeu en ligne, un site web…

Quelques outils (en anglais) pour coder lorsqu’on débute sans se prendre la <head> :

  • Vérifier si mon code fonctionne bien avec Can I Use
  • Rendre mon site sexy avec Jqueryui (idéal quand on ne maîtrise pas le CSS)
  • Retrouvez toutes les polices avec Google Fonts 
  • Trouver les bons codes couleur avec Kuler
  • Ajouter des icônes sympas avec Font Awesome 

Coder n’est plus limité aux ingés/geeks, oubliez vos préjugés, soyez curieuses, créatives pour ne plus être limitée technologiquement dans vos projets : le code c’est cool. OK ?

Emmanuelle

 

 

Emmanuelle

Caution militante et intersectionnalité de la team, hyperactive touche-à-tout (nous n'avons toujours pas compris quel était son vrai métier), co-fondatrice des soirées Peaches & Cream, DJ à ses heures perdues.

Plus d'articles

Follow Me:
TwitterFacebook

Be Sociable, Share!

3 Comments

  1. Crys says:

    Trop bien, juste les infos que je recherchais! Pour une lettreuse comme moi c’est l’idéal. Code Academy est un super début. :-)

  2. Sofia says:

    Top les filles ! Merci pour tous ces articles de folie. <3 BBX

  3. Samgirl says:

    Moi qui suis dans l’informatique je peux vous dire que 1 : ça ne se voit pas et 2 : il était temps !

Leave a Comment

*