01939954-photo-linda-hamilton-est-sarah-connor-dans-terminator-2-le-jugement-dernier

Les 10 héroïnes les plus badass de tous les temps

On vous parlait il y a quelques semaines du Test Bechdel, ce test qui propose de classer les films selon une grille d’appréciation féministe. Il faut dire qu’en matière de fiction, les femmes sont souvent réduites à leurs attributs (= leur cul) ou à leur statut social : “femme de”etc.

Les personnages féminins forts et courageux se font eux, plus rares. Vous savez, des femmes qui affrontent l’adversité sans se reposer sur le triceps poilu d’un héros réconfortant, qui sont présentées comme des individus avant d’être des femmes, qui n’ont ni courbes généreuses ni jupe trop courte, qui ne se gênent pas pour manier le couteau et n’ont aucun petit copain pour les sauver du grand méchant terroriste. Des héroines Badass qui envoient valdinguer les codes de la dévotion féminine, qui s’affranchissent des conventions liées à leurs genre, il y en a, même dans le cinéma mainstream. On en a fait un Top 10.

10. SCREAM – SIDNEY PRESCOTT (Neve Campbell)

Pauvre Sidney, la vie ne lui fait pas de cadeaux ! Non seulement sa maman meurt au début de la série, mais son petit-copain se révèle un dangereux maniaque ravagé du ciboulot. Ce qui est intéressant avec Sidney, c’est qu’à force d’endurer les pires sévices, le personnage devient de plus en plus dur et intraitable. Une véritable battante, résistante à tous les traumatismes. C’est sur que ça endurcit de survivre aux tentatives de meurtre de son amoureux, des parents de son amoureux, son demi-frère et même sa nièce !

9. HALLOWEEN – LAURIE STRODE (JAMIE LEE CURTIS)

Dans le rôle de la Final Girl, je demande Laurie ! Interprétée par Jamie Lee Curtis, l’intrépide Laurie Strode n’est jamais à court d’idées pour venir à bout de son détraqué de frère, j’ai nommé l’homme au masque blanc : Michael Myers. Pendant que ses petits amis s’ébrouent en toute naïveté sur le canapé familial, Laurie, elle, doit faire face aux fantômes du passé. Certes, le film se vautre dans les pires fadaises de la morale américaine à savoir le poncif qui veut que la jeune fille la plus prude soit nécessairement la seule survivante (tandis que les ados qui succombent au plaisir de la chair finissent empalés sur des cintres) mais Laurie restera dans nos cœurs celle qui survivra à l’un des psychopathes le plus flippant de l’histoire (brrrr).

8. MATRIX – TRINITY (Carrie-anne Moss)

Experte es kung-fu, tireuse aguerrie, motarde de compet’, Trinity peut venir à bout d’une armée de méchants sans même une égratignure. Ce qui nous intéresse dans ce personnage, c’est qu’il renverse les rapports de genre classiques des films d’action. Déjà parce que Trinity est celle qui sauve, qui secourt. Mais c’est aussi celle qui ressuscite. Clairvoyante, Trinity figure une sorte de divinité protectrice, prête à tous les sacrifices. Même si on reste un peu sceptique face à toute cette symbolique biblique de bas étage, Trinity remporte la 8e place : elle est définitivement l’antithèse de la demoiselle en détresse.

7. MILLENIUM – LISBETH SALANDER (Noomi rapace)

Ah Lisbeth ! Cette hackeuse de génie quasi-autiste, victime de la noirceur des hommes méritait bien une place dans notre top. Fragile mais intraitable, libérée mais torturée, Lisbeth est un être tourmenté, attachante malgré la violence qu’elle dégage, résolument complexe. Rendue injustement tièdasse dans l’opus de David Fincher, c’est la Lisbeth sombre et radicale interprétée par Noomi Rapace que nous retiendrons.

6. TRUE GRIT – MATTIE ROSS (Hailee Steinfield et Elizabeth Marvel)

Si Mattie ne s’est jamais mariée, c’est qu’elle n’a jamais eut le temps, trop à faire en une seule vie ! Dans ce western des Frères Coen, elle incarne une fière banquière, intraitable et orgueilleuse. Une volonté de fer, une sorte de franchise mêlée à une lucidité étonnante, un pragmatisme à toute épreuve qui ont permis à Mattie de devenir riche et respectée. Un personnage qui ne change guère avec le temps, à 14 ans comme à 50 ans, elle reste  une redoutable négociatrice et une femme à poigne. Pas besoin de Prince charmant !

5. JACKIE BROWN – (Pam Grier)

Les hommes croient avoir le pouvoir. Ils parlent, ils jacassent, ils font les coqs. Ils pensent détenir la vérité, pouvoir jouer avec les autres, manipuler… Et pendant qu’ils sont occupés à fanfaronner, celle qu’ils croyaient être une marionnette se charge secrètement de tous les doubler. Avec Jackie Brown, Tarantino adapte le roman Rum Punch, mais en modifie quelques aspects, à commencer par ceux de l’héroïne principale : Jackie devient noire et c’est tout un pan de l’histoire qui bascule. Une héroïne noire, pauvre, plus toute jeune, qui prend le pouvoir, c’est soudainement la loose qui change de camp.

4. STAR WARS – PRINCESSE LEIA (Carrie Fisher)

La Princesse Leia c’est l’héroïne intello par excellence. Dotée de pouvoirs psychiques et d’une mémoire spectaculaire, elle joue un rôle phare dans la destruction de l’étoile noire. Torturée par un robot utilisant des sérums de vérité, sa résistance aussi bien physique que mentale lui vaut les honneurs du jury de ce top 10. La princesse Leia est aussi une figure politique, maniant avec bravoure les armes de l’éloquence et de la diplomatie. Elle rejoindra l’Alliance rebelle et deviendra la Présidente de la Nouvelle République. Fait notable : sa tenue est d’une simplicité extrême (si on omet les macarons), et on ne la verra qu’une fois en bikini (quand elle est prisonnière de ce gros dégueu de Jabba The Hutt). À ce titre, on regrette qu’elle passe autant de temps prisonnière (trois fois en trois épisodes, c’est un petit peu beaucoup non ?).

3. LE SILENCE DES AGNEAUX – CLARICE STARLING ( Jodie Foster)

Clarice est peut-être le personnage le plus intéressant de ce top 10. Parce que jouer au plus malin avec un psychopathe, c’est quand même pas donné à tout le monde. Avec l’aide du docteur Hannibal, Clarice, jeune recrue ambitieuse, se retrouve à mener une enquête morbide sur un tueur en série. Clarice Starling évolue dans un monde d’hommes, que ce soit dans les rangs du FBI ou lors de ses investigations. Elle doit se faire respecter, et tenter d’imposer son professionnalisme, en dépit de son physique agréable, auquel elle est constamment ramenée. Tout au long du film, le personnage exprime un rejet du contact physique et une gêne intensive du regard des hommes. Clarice Starling est un personnage en lutte permanente contre le male-gaze, omniprésent dans le film.

2. THE TERMINATOR – SARAH CONNOR (Linda Hamilton)

Toujours la clope au bec, Sarah c’est un peu le Mc Gyver des héroïnes. Le genre de meuf capable de dégommer un robot T-800 venu du futur avec un ticket de métro. Pas de mièvreries à deux balles, ni d’épaule confortable sur qui se reposer, pour Sarah, un paquet de clopes, quelques litres de sueur, un M-16 et basta !

1 . ALIEN – RIPLEY (Sigourney Weaver)

Ellen Ripley, c’est LA star de ce Top 10. L’héroine qui ne se laisse jamais abattre. En plus d’être monstrueusement brave, prête à tous les sacrifices et dotée d’un charisme à décrocher les cœurs (le mien, par exemple) Ripley est aussi un modèle d’héroïne assez résistante ! Parce qu’en 4 épisodes, Ripley accuse quand même une bonne dizaine d’attaques d’aliens, se fait féconder, brûler, cloner, tout ça sans rien perdre de sa superbe ! Replay, on en demande encore !

On pourrait encore citer the bride de Kill Bill, Cherry Darling de Planet Terror, Nikita…Et vous, quels sont vos héroïnes préférées ?

Lubna

Article initialement publié en novembre 2013

Lubna

Grande rêveuse devant l'éternel, Lubna aime les livres, les jeux de mots et les nichoirs en forme de ponts. Elle écrit sur l'art, avec un petit a : bd, illustration, photo, peinture sur soie. Twitter : @Lubna_Lubitsch

Plus d'articles

11 Comments

  1. timide says:

    ben, l’article dont on se frotte les mains avant de se mettre à son clavier.
    donc, j’élargis gentiment la liste à la demande de la chef !

    - jean grey, x-men
    - alice, resident evil
    - liloo, 5è élément
    - matilda, léon
    - jeanne, jeanne d’arc
    - lara croft, tomb rider
    - charlie’s angels ;-)
    - lieutenant jordan o’niel, g.i jane
    - linsdey brigman, abyss
    - teena brandon, boys don’t cry
    - corky, bound
    et notre
    - janine castang, la petite voleuse

    avec “un petit b-mol” concernant l’impérialisme blanc hétérocentré dans les productions majoritairement hollywoodiennes.

  2. poulolo says:

    Salma dans Frida

  3. Cham says:

    Sigourney Weaver, mon modèle de femme :-)
    Buffy alias Sarah Michelle Gellar dans la série la plus fémininste de tous les temps! Merci Whedon ;-)

  4. timide says:

    @Cham,

    si S.W est ton modèle de femme, alors, tu dois absolument te rendre à WFM tonight à paris pigalle !!! car, barbi(e)turix l’annonce : king tonight …

    #barbatruc !

  5. Maîtresse Gilda says:

    Dans le désordre :

    Hedwig – (John Cameron Mitchell) “Hedwig and the angry inch”
    Erzsébet Báthory – (Julie Delpy) “La Comtesse”
    Bernadette – (Terrence Stamp) “Les aventures de Priscilla, folle du désert”
    Muriel – (Toni Colette) “Muriel’s wedding”
    Mia Wallace – “Pulp Fiction”
    Catherine Tramel – “Basic Instinct”
    Jeanne – (Isabelle Huppert) La Cérémonie
    “Elle” – (Isabelle Adjani) “l’été meurtrier”
    Madame Rosa (Simone Signoret) – “La vie devant soi”

    et forcément :
    Gilda – (Rita Hayworth) – Gilda.

  6. Youpi says:

    “Avec “un petit b-mol” concernant l’impérialisme blanc hétéro centré dans les productions majoritairement hollywoodiennes…” -> Merci à Tarantino pour Jackie Brown !!! Culte !
    - Les héroïnes de Boulevard de la mort
    - Thelma & Louise
    - Samantha Caine, au revoir à jamais
    - Sheena
    - Selena, 28 jours plus tard
    - Malika, Chaos -> film français de Coline Serreau, juste ouf !
    - Geum-ja Lee , Lady vengeance
    - Erin Brockovich
    - la dernière en date: Katniss Everdeen, Hunger game

    Dans l’genre kid Badass à la Matilda dans léon:
    - Hayley Stark, Hard Candy
    - Hit girl, Kickass

    - Et même Disney a son personnage avec Mulan… ;)

  7. M4R1N says:

    J’aimerais qu’on parle du fait que personne ne mentionne Michele Rodriguez dans Machete. Niveau badass, elle est quand même inclassable.

  8. BozondeHic says:

    Ouaaaaais Michelle Rodriguez elle défonce tout!

  9. Hypathia says:

    Et Misery qui terrorise et torture l’auteur qui tue son héroïne de roman préférée ? Dans le genre casse-couilles, pas mal non plus !

  10. Crunch says:

    Comme d’habitude, l’éternel rôle de la lesbienne badass… Ou avide de pouvoir. Difficile de nous caser dans un autre genre, ou alors ce sera pour finir vampire comme dans Carmilla ! Merci à la video des lesbiennes qui font peur (https://www.youtube.com/watch?v=SceLGKBgS1Y&t=73s) de m’avoir fait réaliser qu’en fait on a vraiment TOUJOURS le même rôle dans les films/séries/livres !

Leave a Comment

*