sabina_altynbekova_by_simooi-d7sbewk

Crème putassière #10

La Crème Putassière, c’est quoi ? L’argent, le buzz et le cul de la crémière. Barbi(e)turix décrypte pour vous l’actualité brulante de la semaine.

Qui mieux que Renault peut entretenir votre sexisme ?

C’est bien connu, femme au volant, mort au tournant ! C’est vrai que c’est difficile de se garer avec une manucure et des stilettos, mais heureusement, la filiale belge du constructeur automobile Renault a pensé à nous, pauvres femelles. Elle propose aux conductrices de Twingo des jolies petites cartes rose bonbon pour s’excuser de stationner n’importe où.

«Nous les femmes, nous avons tendance à improviser quand nous ne trouvons pas de place de parking […] c’est pourquoi la nouvelle Renault Twingo vous offre l’option “Désolée de m’être garée là”. Des petites cartes qui vous font passer pour une fille sympa, même quand vous êtes mal garée.»

Nous, on pousserait bien le bouchon plus loin en proposant un éventail d’excuses encore plus vastes : “Désolée de m’être garée là, j’ai mes règles”, “Désolée de m’être garée là, j’ai sucé mon examinateur de conduite pour avoir mon permis”, “Désolée de m’être garée là, mais on peut pas faire un créneau et changer son tampon en même temps”… On vous rassure, la publicité a été depuis retirée du compte Youtube de la marque. Dommage, on tenait un super bon concept publicitaire !

Plus belle que la plus belle de tes coéquipières.

Délit de beauté. À 18 ans, Sabina Altynbekova est joueuse de volley dans l’équipe des moins de 19 ans du Kazakhstan. A priori, tout se passait bien jusqu’à ce que la jeune fille participe à un tournoi à Taipei, Taïwan. Avec son allure de poupée manga, ses jambes immenses, ses grands yeux noirs et son teint d’albâtre, elle est rapidement devenue l’attraction de la compétition, ce qui n’est pas au goût de son coach et de ses coéquipières. “Il est impossible de travailler dans ces conditions”, ”Le public se comporte comme s’il n’y avait qu’une seule joueuse dans le championnat” a expliqué son coach Nurlan Sadikov au Daily Mail.

Photographiée sous tous les angles, scrutée, la jeune fille est devenue un véritable phénomène, relayé dans les journaux locaux et surtout sur internet. Blogs, pages fan sur Facebook et VK (l’équivalent asiatique du géant américain), faux comptes Twitter, mangas, déclarations d’amour en tous genres, Sabina a récolté pas moins de 239 000 abonnés sur Instagram en l’espace de quelques semaines. Ses moindres faits et gestes sont épiés, ce qui semble doucement faire flipper la belle. Effrayée par tant de succès, elle aurait affirmé vouloir se consacrer uniquement au sport et aurait décliné plusieurs propositions de mannequinat. Tu vaux mieux que ça Sabina !

Dans son plus simple apparel.

Depuis sa création en 1989, la marque américaine de vêtements qui ne survivent pas à un passage en machine American Apparel n’avait jamais compté de membre féminin au sein de son conseil d’administration. C’est à présent chose faite ! Sortez les cotillons, Colleen Brown, directrice générale d’une entreprise de consulting, est la première femme à rejoindre le CA de la marque californienne. Il faut dire que les actionnaires prennent les choses en main. Après avoir mis à la porte Dov Charney, le PDG et créateur de la griffe, -accusé entre autres de harcèlement sexuel, exhibitionnisme, agressions, sexisme aggravé et j’en passe – la marque fait l’objet d’une complète réorganisation interne. Il était temps, non ?

Rose c’est rose, y’a plus d’espoir.

Depuis 10 ans, l’artiste sud-coréenne Jeong Mee Yoon s’intéresse de près au phénomène du marketing genré à travers la série “The pink and blue project” . Le concept, photographier des enfants dans leur chambre, entourés de leurs jouets.

Tracteurs, dinosaures, cosmonautes, petites voitures, ballons, vélos VERSUS poussettes, poupées, mini-aspirateurs, bijoux en plastique, robes de princesse. Perdus dans un océan de rose ou de bleu, les enfants semblent perdre toute identité, devenir un objet parmi d’autres. Ramenés à l’essence de leur genre, ils se construisent à travers l’étiquette d’un amusement estampillé “fille” ou “garçon”.

Ce que pointe Jeong Mee Yoon, au-delà des couleurs associées à tel ou tel sexe, ce sont les activités liées à ces couleurs. Les jouets pour petits garçons tournent autour de la science, des super-héros, du sport ou d’animaux ; c’est à dire une valorisation du monde extérieur, de la découverte, de l’expression de soi. Les jouets pour les filles, eux, concernent la cuisine, le maquillage, la beauté, une valorisation du monde intérieur, de l’apparence, du plaire aux autres.

Est-ce que ce monde est sérieux ?

Une femme « ne doit pas rire en public ». C’est ce qu’a déclaré le vice-Premier ministre turc, Bülent Arınç, figure du parti AKP au pouvoir, lors d’un discours sur la « corruption morale » le 28 juin dernier. Il s’est également plaint que les femmes passaient leur temps à « échanger des recettes au téléphone » et s’est demandé « où étaient passées nos filles qui baissaient la tête et détournaient les yeux quand on les regardait ». C’est bien vrai ça, si les femmes pouvaient arrêter de rire, de téléphoner, de regarder où elles marchent, de respirer même aussi ! Les vaches seront bien gardées et le lait arrêterait de tourner. En réaction à ce propos, des turques ont décidé de protester… avec humour.

Des femmes ont donc décidé de partager des photos d’elles s’exclamant de rire sur les réseaux sociaux, avec les mots-clé #kahkaha (rire) et #direnkahkaha (rire résistant). Un acte d’autant plus fort que le pouvoir turc avait tenté d’interdire l’accès à Twitter au printemps dernier, sans succès.

Je sais, je sais qu’est-ce qu’on rigole, le féminisme, c’est vraiment le sujet le plus drôle du moment. Heureusement, il y en a pour remettre les choses à leur place et nous rappeler qu’il y a des priorités dans la vie.

Thon pour moi, merci.

 

Lubna

Lubna

Grande rêveuse devant l'éternel, Lubna aime les livres, les jeux de mots et les nichoirs en forme de ponts. Elle écrit sur l'art, avec un petit a : bd, illustration, photo, peinture sur soie. Twitter : @Lubna_Lubitsch

Plus d'articles

4 Comments

  1. ghost dog says:

    bon j’comprends la pub Renault c’est de l’abus… mais METTRE garée (m’être ?) c’est franchement hilarant…aussi :)

  2. Lubna says:

    dyslexique un jour, dyslexique toujours…

  3. Olivia says:

    J’ai vomi dans ma bouche devant la pub Renault.
    Merci Renault d’investir de l’argent pour contribuer au sexisme. Il est vrai qu’investir pour la sécurité routière est devenu tellement old fashioned de nos jours….

  4. Olivia says:

    Un petit topo sur les stereotypes de genre qu’il faudrait envoyer à nos amis de chez Renault

    https://www.youtube.com/watch?v=G4_4c6j0IVk&feature=share

Leave a Comment

*